Menu
A+ A A-

Le pétrole porté par les tensions en Irak

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en hausse lundi après la prise de contrôle par les forces irakiennes du siège du gouvernorat de Kirkouk, une province riche en brut que se disputent Bagdad et la région autonome du Kurdistan.
Le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en novembre, référence américaine du brut, a gagné 42 cents pour clôturer à 51,87 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a fini à 57,82 dollars, en hausse de 65 cents par rapport à la clôture de vendredi.

La province de Kirkouk (nord-est), qui ne fait pas partie de la région autonome du Kurdistan irakien, est au coeur d'un contentieux entre Bagdad et Erbil que le récent référendum sur l'indépendance kurde a encore exacerbé.

Depuis dimanche, l'armée a repris plusieurs zones et infrastructures de la région dont les Kurdes s'étaient emparées en 2014 dans le chaos né de la percée fulgurante de l'Etat islamique (EI). Parmi elles, le champ pétrolier de Baba Gargar.

Selon un haut responsable du ministère irakien du Pétrole, le pompage des deux principaux --Havana et Bay Hassan-- a aussi cessé lundi après-midi, les "techniciens kurdes ayant quitté les puits avant l'arrivée des forces irakiennes".

Perturbations temporaires?


"Jusqu'à présent la menace la plus immédiate (dans la région) était la fermeture par la Turquie du flux de pétrole passant par l'oléoduc allant de Kirkouk à Ceyhan", a souligné James Williams de WTRG Economics.

Avec l'avancée des forces irakiennes, "on ne sait pas vraiment si Bagdad cherche juste à contrôler Kirkouk ou si l'intention est de prendre le contrôle de l'ensemble du Kurdistan", a-t-il noté.

"A quel point la production est perturbée ? Ce n'est pas complètement clair, mais l'inquiétude grandit sur une escalade de la situation alors que des échanges de tirs ont déjà eu lieu", a aussi expliqué Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Les six champs pétroliers de la zone fournissent 340.000 des 550.000 barils par jour (b/j) qu'exporte en moyenne le Kurdistan irakien.

Les Kurdes géraient jusqu'à présent directement trois de ces champs pétroliers, qui produisent 250.000 b/j. Les trois autres -dont Baba Gargar- étaient gérés officiellement par la NOC, institution publique en charge du pétrole, mais les recettes revenaient aux Kurdes.

Le Kurdistan exporte normalement le pétrole via un oléoduc de 1.000 kilomètres de long reliant Kikourk à Ceyhan en Turquie.

Ce dernier "va être difficile à protéger, et il nous paraît probable qu'il soit paralysé au moins temporairement dans un futur proche, qu'il s'agisse d'une intervention irakienne, turque ou d'un sabotage", a estimé Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.

Mais pour Neil Wilson, analyste chez ETX Capital, "toute perturbation des exportations ne devrait être que temporaire, car aucune des parties n'a intérêt à ce que la production soit arrêtée trop longtemps".

Les investisseurs surveillaient aussi la situation autour de l'Iran alors que Donald Trump a refusé de certifier vendredi le fait que Téhéran respecte ses engagements.

Cela pourrait conduire le Congrès américain à rétablir les sanctions économiques qui empêchaient l'Iran, actuellement sixième producteur mondial, d'exporter ses extractions.

L'Union européenne s'est toutefois montrée déterminée lundi à préserver l'accord nucléaire iranien.


(c) AFP

Commenter Le pétrole porté par les tensions en Irak


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 25 avril 2019 à 10:47

    Le pétrole brent dépasse 75 dollars pour la première fois de…

    Londres: Le baril de Brent a dépassé jeudi les 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre, dopé par le durcissement...

    jeudi 25 avril 2019 à 06:34

    Le pétrole recule en Asie après la hausse des réserves améri…

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer, jeudi en Asie, les investisseurs réagissant toujours à la hausse de la production et...

    mercredi 24 avril 2019 à 22:09

    Le pétrole hésite à la clôture, entre stocks américains et s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé mercredi, hésitant entre une hausse des stocks américains de brut...

    mercredi 24 avril 2019 à 18:40

    Les stocks de pétrole brut montent plus que prévu aux USA (E…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une hausse plus forte que prévu la semaine dernière tandis que...

    mercredi 24 avril 2019 à 12:21

    Le pétrole recule un peu avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des données officielles sur les stocks américains...

    mercredi 24 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole se replie en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, les investisseurs attendant de savoir si l'Organisation des pays...

    mardi 23 avril 2019 à 21:52

    Le pétrole continue à monter avec les sanctions américaines …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur hausse mardi au lendemain d'une décision américaine de stopper les exemptions aux...

    mardi 23 avril 2019 à 12:58

    Le pétrole repousse ses sommets avec le durcissement des san…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient à leur plus hauts en près de six mois mardi en cours d'échanges européens, dopés par...

    mardi 23 avril 2019 à 06:54

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, portés par la perspective d'une contraction de l'offre du...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite