Menu
A+ A A-

Le pétrole recule toujours alors que les perspectives d'un rééquilibrage du marché s'éloignent

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole creusaient leurs pertes vendredi en cours d'échanges européens, au terme d'une semaine particulièrement morose qui les aura vus signer de nouveaux plus bas en près de trois mois et demi, sur fond de craintes persistantes concernant la surabondance d'offre.
Vers 10H05 GMT (12H05 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 42,21 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 49 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 29 cents à 40,85 dollars.

Le Brent et le WTI sont encore orientés à la baisse alors que l'excédent d'essence aux États-Unis continue et que des inquiétudes se font jour concernant un ralentissement de la croissance mondiale affectant la demande, commentaient Michael van Dulken et Augustin Eden, analystes chez Accendo Markets.

Les prix des deux contrats pétroliers cotés à Londres et New York se sont nettement enfoncés cette semaine alors que les investisseurs doutent de plus en plus en plus d'un rééquilibrage rapide du marché après une hausse surprise des stocks de brut aux États-Unis et le maintien des réserves d'essence à un niveau inhabituellement élevé pour la période estivale.

Le cours du Brent est ainsi tombé vendredi vers 09H10 GMT jusqu'à 41,83 dollars, un plus bas en quasiment trois mois et demi, tandis que le cours du WTI a atteint au même moment 40,57 dollars, un minimum depuis le 20 avril.

Depuis le début du mois, les prix du Brent et du WTI ont chuté de 15% chacun, soit leur plus important recul mensuel respectivement depuis décembre 2015 et depuis un an, soulignaient les experts de Commerzbank.

Depuis leur plus haut enregistré début juin, les prix du brut ont ainsi perdu quelque 20%, soulevant la question de savoir s'il s'agit simplement d'un mauvais moment à passer ou si la fragile reprise des prix du pétrole a définitivement capoté, s'interrogeait Stephen Brennock, analyste chez PVM.

La pression à la vente endurée en juillet par le marché pétrolier a été entraînée par des inquiétudes persistantes entourant l'offre excédentaire mondiale de pétrole ainsi que des craintes renouvelées d'une surabondance tenace du côté des produits raffinés, expliquait l'analyste.

Ainsi, selon ce dernier, le processus de rééquilibrage du marché a du plomb dans l'aile alors qu'il était censé passer à la vitesse supérieure ce trimestre après que le triumvirat de l'Energy Information Administration (EIA, une antenne du département américain de l'Énergie), de l'Agence internationale de l'Énergie (AIE) et de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a prévu une hausse de 1,3 million de barils par jour en moyenne de la demande mondiale de pétrole à partir du second trimestre.

Ces estimations paraissent cependant de plus en plus irréalistes après que des doutes ont commencé à émerger concernant (ces) perspectives haussières pour la demande mondiale de pétrole, notamment depuis que le Fonds monétaire international a revu à la baisse des prévisions de croissance mondiale pour cette année et alors que la progression de la demande européenne de pétrole pourrait être freinée par les conséquences du Brexit, détaillait M. Brennock.

Ajoutez à cela le fait que la demande d'essence semble moins robuste que prévu mais aussi, du côté de l'offre, le fait que le déclin de la production américaine semble marquer une pause et que la production de l'OPEP se situe à un plus haut pluri-annuel, et il devient difficile de voir comment les prix du pétrole vont dépasser la moyenne vue au second semestre 2015 de 48,02 dollar le baril pour le Brent et de 44,33 dollars le baril pour le WTI, concluait Stephen Brennock.


(c) AFP

Commenter Le pétrole recule toujours alors que les perspectives d'un rééquilibrage du marché s'éloignent


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite