Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole sans direction en attendant d'en savoir plus sur un éventuel gel de la production

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole hésitaient sur la marche à suivre mardi en cours d'échanges européens, dans un marché restant sceptique sur les avancées à attendre de la réunion entre producteurs prévue fin avril et ne disposant pas de nouvel indicateur à se mettre sous la dent.
Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 41,55 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1 cent par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, perdait à l'inverse 6 cents à 41,46 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui ont connu lundi une séance particulièrement volatile, oscillant entre pertes et gains avant de finalement conclure en hausse, semblaient bien partis pour reproduire le même schéma mardi.

Le Brent et le WTI restent sur leur tendance haussière (engagée) depuis leurs plus bas de janvier, annulant leurs pertes de lundi grâce à de nouvelles discussions concernant des gels de production, relevait Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

Le cours du WTI a même atteint mardi 41,79 dollars, un nouveau plus haut en trois mois et demi, une progression toutefois largement attribuable au changement du contrat de référence pour le pétrole échangé à New York.

De nombreux observateurs du marché attribuent la hausse des prix aux espoirs que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) va réduire ou geler sa production, commentaient pour leur part les analystes de Commerzbank.

Le Qatar a annoncé mardi avoir invité les 13 États membres de l'OPEP, dont l'Iran, ainsi que les autres grands producteurs non membres du cartel à la réunion du 17 avril à Doha pour soutenir les prix du brut plombés par une surabondance de l'offre.

Le secrétaire général de l'OPEP, Abdallah el-Badri, avait indiqué lundi à Vienne que 15 ou 16 pays participeraient le 17 avril aux discussions sur un gel de la production à Doha mais il n'a pas pu dire si l'Iran en ferait partie.

L'Iran, qui a fait son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions internationales, avait prévenu qu'il ne participerait pas au gel, ce qui rend la plupart des analystes circonspects sur les résultats à attendre de cette réunion.

Selon nous, les attentes avant la réunion de Doha en avril sont désespérément excessives, poursuivaient les analystes de Commerzbank, qui précisaient n'anticiper aucune décision majeure lors de cette rencontre.

Plusieurs analystes considéraient en outre que les séries d'explosions, sans doute terroristes, qui ont visé mardi matin la ville de Bruxelles, n'avaient pour l'heure qu'un impact limité sur les cours du brut.

La capitale belge a été secouée mardi matin par plusieurs attaques meurtrières, apparemment terroristes, avec des explosions à l'aéroport international et dans le métro de la capitale belge qui ont fait au moins 21 morts et des dizaines de blessés, selon les pompiers.

On ne peut pas vraiment considérer que le risque terroriste ait un impact notable sur le marché des matières premières, notait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Selon l'analyste, cet élément n'est guère susceptible d'attiser l'aversion au risque dans la mesure où il est par nature épisodique.

Surtout, les investisseurs ont conscience depuis déjà quelques années que le risque terroriste fait partie intégrante du quotidien des sociétés européennes qui ont développé une certaine forme de résilience pour faire face, poursuivait M. Dembik.

En revanche, les répercussions de ces attaques étaient davantage sensibles sur le marché des changes, ce qui, par ricochet, pourrait avoir à terme une influence sur le marché pétrolier, relevait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

Les attaques de Bruxelles pourraient influencer le pétrole vis-à-vis du dollar ou des changements dans la perception (des investisseurs) à l'égard du risque en général, expliquait l'analyste.

Si les marchés actions accroissent fortement leur déclin et que le dollar profite de son statut de valeur refuge, alors cela pourrait entraîner un repli du pétrole, ajoutait-il.

(c) AFP


Commenter Le pétrole sans direction en attendant d'en savoir plus sur un éventuel gel de la production

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

mardi 20 février 2018 à 21:59

Le pétrole, scrutant toujours l'Opep, en ordre dispersé

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York et à Londres ont terminé en ordre dispersé mardi dans un...

mardi 20 février 2018 à 18:44

Chevron a repris ses activités au Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a confirmé mardi avoir relancé ses opérations dans la région du Kurdistan irakien, après les...

mardi 20 février 2018 à 16:12

Le pétrole recule un peu dans un marché calme

Londres: Les cours du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens dans un marché calme qui surveillait tout de même la...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite