Menu
A+ A A-

L'Opep+ attentiste malgré des prix dopés par la guerre

cours du petroleVienne: Les producteurs de pétrole de l'Opep+ ont persisté mercredi dans leur approche d'ouverture des vannes au compte-gouttes malgré l'embrasement des cours lié à la guerre en Ukraine, sur fond de craintes pour l'approvisionnement.
Les treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), menés par Ryad, et leurs dix alliés conduits par Moscou sont convenus "d'ajuster à la hausse leur niveau total de production de 400.000 barils par jour pour le mois d'avril", a annoncé le cartel dans un communiqué.

La réunion a été éclair, comme jamais depuis le lancement des réunions en visioconférence en avril 2020, et le résultat sans surprise.

Pourtant, la situation est explosive: les prix du baril sont au plus haut depuis une décennie, à plus de 110 dollars.

Pas de quoi affoler l'OPEP+ qui ne dévie pas de sa ligne, lancée au printemps 2021 à la faveur du redressement de la demande, après des coupes drastiques pour faire face à la pandémie de Covid-19.


"Ils adorent ces prix élevés"

"Le groupe continue de croire que tout déséquilibre est temporaire, probablement en raison des garanties données par Moscou", explique Craig Erlam, analyste d'Oanda, interrogé par l'AFP.

"L'Arabie saoudite se range du côté de la Russie pour maintenir cette relation très importante", "véritable noyau de l'OPEP+ aujourd'hui", abonde Bjarne Schieldrop, chez Seb. Ils semblent ignorer "le risque élevé" de perturbations de l'approvisionnement en brut et en gaz naturel.

"La vérité vraie est que les pays de l'OPEP+ adorent ces prix élevés du pétrole, mais ne l'admettront jamais", assène Fawad Razaqzada de ThinkMarkets.

En théorie, l'alliance pourrait contribuer à freiner l'ascension des cours en accélérant le rythme d'augmentation de la production.

Mais les analystes pensent qu'elle ne s'y résoudra qu'en étant dos au mur.

L'OPEP+ avait adopté la même attitude au début de la pandémie de Covid-19 qui avait conduit à une "extrême destruction de la demande", avant de rectifier le tir en urgence devant un marché "en claire détresse", rappelle Louise Dickson, de Rystad Energy.

En attendant, l'Agence internationale de l'énergie a annoncé mardi la mise sur le marché de 60 millions de barils tirés des réserves de ses pays membres n'a pas eu l'effet d'apaisement escompté.

La décision a été présentée comme "un message uni et fort aux marchés pétroliers mondiaux sur le fait qu'il n'y aura pas de pénurie d'offre résultant de l'invasion russe en Ukraine".

Mais elle a été jugée trop timide par les investisseurs alors que sur le terrain, l'attaque s'intensifiait.


"Promesse sur le papier"

De toute façon, même si les membres de l'OPEP+ augmentent davantage la production, il ne s'agirait que d'une "promesse sur le papier", note Mme Dickson.

Car l'alliance OPEP+ est incapable de remplir ses quotas, "ce qui contribue à la pénurie de l'offre et alimente la hausse des prix".

Entre décembre et janvier, les 23 pays membres ont augmenté le volume de 64.000 barils par jour, selon des sources indirectes citées dans le dernier rapport mensuel du groupe. Un résultat très loin de la hausse convenue de 400.000 barils.

Et la situation va sans doute s'aggraver, pointe Edward Gardner, de Capital Economics. "Car la production russe va connaître des difficultés" sous l'effet des sanctions.


Reste une inconnue: l'Iran.

Les discussions pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien se trouvent dans une phase "critique", selon les diplomates occidentaux qui négocient avec l'Iran à Vienne, aux côtés de la Chine et de la Russie. "C'est le moment de prendre une décision, cela ne peut pas être reporté plus longtemps", a martelé mercredi le chancelier allemand Olaf Scholz.

En cas d'entente, les sanctions internationales qui visent Téhéran seraient levées et les exportations iraniennes débloquées.

La participation au marché de l'Iran, membre fondateur de l'OPEP, est fortement limitée depuis 2018 et le rétablissement des mesures punitives par l'administration de Donald Trump.

Un retour à pleine capacité pourrait ainsi changer la donne et considérablement freiner l'envolée des prix.

(c) AFP

Commenter L'Opep+ attentiste malgré des prix dopés par la guerre



    Communauté prix du baril


    L'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP)

    -Voir toute l'actualité de l'OPEP

    mardi 14 mai 2024

    🛢️ Statu quo pour les prévisions de progression de la demand…

    Paris: La demande mondiale d'or noir ne devrait pas faiblir en dépit des incertitudes géopolitiques, indique mardi l'Opep dans son rapport mensuel...

    mardi 14 mai 2024

    🛢️ L'OPEP maintient ses prévisions optimistes de la demande …

    Vienne: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a réaffirmé aujourd'hui sa projection d'une croissance solide de la demande mondiale de pétrole...

    vendredi 03 mai 2024

    🛢️ Pétrole: Irak et Kazakhstan ferment les vannes pour absor…

    Londres: L'Irak et le Kazakhstan vont procéder à des réductions supplémentaires de leur production de pétrole pour compenser le dépassement de leurs...

    jeudi 02 mai 2024

    🛢️ Quelles sont les réductions de la production de pétrole d…

    Londres: Les producteurs de pétrole de l'OPEP+ procèdent à des réductions volontaires de la production pour un total d'environ 2,2 millions de...

    jeudi 11 avril 2024

    L'Opep maintient ses prévisions de progression de la demande…

    Vienne: L'appétit pour les transports, notamment aériens, devrait continuer à soutenir la demande mondiale d'or noir en 2024, indique jeudi l'Opep dans...

    mardi 13 février 2024

    🛢️ L'OPEP maintient ses prévisions pour 2024

    Vienne: La demande mondiale de pétrole devrait connaître une croissance marquée en 2024, nourrie par les pays non-membres de l'OCDE, en premier...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 22 mai 2024 à 21:00

    Le pétrole poursuit sa baisse, malgré le rebond de la demand…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont enchaîné une troisième séance consécutive de baisse, mercredi, sur un marché sans entrain, malgré...

    mercredi 22 mai 2024 à 17:00

    🛢️ USA: hausse des stocks de pétrole brut, mais la demande d…

    NYC / Stocks aux USA: Les stocks américains de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière, selon des chiffres...

    mercredi 22 mai 2024 à 12:20

    Le pétrole fond avec les premières données sur les stocks am…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient mercredi après de premières données faisant état d'une augmentation des stocks de pétrole aux États-Unis, quand les...

    mardi 21 mai 2024 à 22:21

    L'administration Biden va vendre des réserves d'essence: le …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont repliés mardi, les investisseurs s'accommodant du risque géopolitique tandis que l'administration américaine a...

    mardi 21 mai 2024 à 11:55

    Le pétrole glisse, ignorant le risque géopolitique au Moyen-…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient mardi, les investisseurs s'accommodant du risque géopolitique et se concentrant sur l'absence de ruptures d'approvisionnement, les...

    mardi 21 mai 2024 à 11:08

    Nouvelle plainte à Paris contre TotalEnergies

    Paris: Trois ONG et huit personnes issues du monde entier ont déposé plainte mardi à Paris contre le géant pétrolier français TotalEnergies...

    lundi 20 mai 2024 à 21:10

    Le pétrole recule, la demande inquiète, pas l'offre

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé lundi, passant outre le décès accidentel du président iranien pour se concentrer davantage...

    lundi 20 mai 2024 à 12:25

    Le pétrole fléchit, les investisseurs scrutent le Moyen-Orie…

    Londres: Les prix du pétrole ont inversé leur tendance lundi, fléchissant légèrement, les investisseurs restant attentifs et prudents face aux développements au...

    samedi 18 mai 2024 à 15:00

    💶 Pétrole : maintien des financements, grâce aux rendements

    Analyse: Selon l’Agence internationale de l’énergie, les scénarios d’élimination du pétrole et du gaz (et la neutralité en émissions de carbone) requiert bien...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 13 mai 2024 JPMorgan, l'une des plus grandes banques américaines, est le premier soutien financier mondial des énergies fossiles, avec un investissement d'environ 41 milliards de dollars l'année dernière, représentant une augmentation de 5,4 %.

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    La course aux 100 dollars le baril de pétrole Brent est lancée

    Le jeudi 28 septembre 2023

    Paris: Alors que la hausse des prix du pétrole se poursuivait jeudi après l'envol affiché la veille au soir, le baril de Brent de la mer du Nord a désormais lancé la course vers les 100 dollars. L'or noir se négocie actuellement à ses plus hauts niveaux depuis près d'un an.

    Lire la suite

    🔎 Qu'est-ce que l'OPEP+ et quel est son impact sur les prix du pétrole ?

    Le lundi 20 novembre 2023

    Paris: L'OPEP+, coalition entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres producteurs majeurs tels que la Russie, exerce une influence majeure sur les marchés pétroliers mondiaux. Explorons le rôle de l'OPEP+ et analysons son impact significatif sur les fluctuations des prix du pétrole.

    Lire la suite