Menu
A+ A A-

Le pétrole reprend ses esprits après une incursion téméraire au-dessus des 50 dollars

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole poursuivaient leur léger repli vendredi en cours d'échanges européens, lestés par des prises de bénéfices après que les cours ont franchi brièvement la veille, pour la première fois depuis l'automne, le seuil symbolique des 50 dollars le baril.
Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 49,04 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 55 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 40 cents à 49,08 dollars.

Après deux mois et demi qui ont vu les cours quasiment doubler de valeur, le seuil des 50 dollars a été dépassé à mesure que les investisseurs digéraient l'annonce, mercredi, d'une nette baisse hebdomadaire des réserves américaines de brut, qui a conforté la bonne disposition de marchés espérant une résorption de la surabondance mondiale.

Les cours du brut n'avaient pas franchi cette barre depuis l'automne dernier et, surtout, avaient chuté jusqu'à 26-27 dollars, soit leur plus bas niveau depuis plus de 12 ans en janvier et février.

Les cours du Brent et du WTI sont ainsi montés respectivement jeudi jusqu'à 50,51 et 50,21 dollars le baril, au plus haut en plus de six mois et demi, avant de quelque peu reprendre leur souffle sur fond de prises de bénéfices.

Le pétrole est déjà de retour de son voyage au-dessus des 50 dollars alors que les marchés commencent peut-être à intégrer dans leurs prix une possible prochaine hausse des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) alors que la seconde estimation de la croissance des États-Unis est attendue ce vendredi, relevaient Michael van Dulken et Augustin Eden, analystes chez Accendo Markets.

Un nouveau relèvement des taux de la banque centrale américaine rendrait en effet le dollar plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes mais pèserait à l'inverse sur les achats de pétrole, libellés dans cette devise.

En outre, estimaient les analystes, le marché avait désormais en ligne de mire la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) le 2 juin à Vienne, à laquelle il est de plus en plus impossible qu'un quelconque type de gel de la production soit mis en oeuvre, non seulement parce que c'est logiquement impossible de toute façon, mais parce que les prix du pétrole ont progressé de 80% depuis leurs plus bas de janvier.

Aussi de nombreux observateurs se montraient-ils sceptiques sur la capacité des prix à se maintenir durablement au-dessus des 50 dollars le baril, un seuil de rentabilité qui pourrait encourager un certain nombre de producteurs de pétrole de schiste américains à relancer leurs activités mises à l'arrêt en raison de la faiblesse des cours.

Cette appréciation des cours est remarquable et pourrait être classifiée comme un rebond technique simplement parce que la surabondance fondamentale (d'offre) continue à persister en arrière-plan, prévenait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Mais alors que la principale lueur d'espoir du marché réside dans la baisse continue de la production américaine depuis plus de deux mois, comme l'ont encore confirmé mercredi les chiffres du département de l'Énergie (DoE) des États-Unis, les investisseurs porteront une attention particulière ce vendredi au décompte hebdomadaire des puits de forage en activité aux États-Unis établi par la société Baker Hughes.

Pour la première fois depuis la mi-mars, leur nombre n'a pas chuté la semaine dernière, ce qui avait conduit le marché à s'interroger sur la durabilité de la résorption de l'offre américaine.

Si les dernières données confirment, quand elles seront publiées (vendredi après la clôture des échanges), que le nombre de puits en activité s'est stabilisé, cela pourrait inciter les investisseurs financiers à prendre des bénéfices, ce qui pèsera par répercussion sur les prix, concluaient les analystes de Commerzbank.
(c) AFP

Commenter Le pétrole reprend ses esprits après une incursion téméraire au-dessus des 50 dollars


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 23 juillet 2019 à 15:27

    Les prix du pétrole en baisse sur fond de tensions commercia…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mardi en cours d'échanges européens, après avoir été stables une bonne partie de la journée...

    mardi 23 juillet 2019 à 12:23

    Le pétrole se stabilise malgré les tensions avec l'Iran

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mardi matin, alors que les tensions dans le détroit d'Ormuz restaient élevées.

    lundi 22 juillet 2019 à 21:14

    La montée des tensions dans le Golfe persique fait grimper l…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse lundi, soutenus par la montée des tensions dans le détroit d'Ormuz...

    lundi 22 juillet 2019 à 16:06

    Perspectives en berne pour les cours du pétrole

    Londres: Le sentiment s'est brutalement détérioré ces derniers jours sur le marché pétrolier, où fonds spéculatifs, producteurs et traders adoptent une position...

    lundi 22 juillet 2019 à 14:44

    BP s'associe à Bunge dans les biocarburants au Brésil

    Londres: Le géant britannique des hydrocarbures BP a annoncé lundi se renforcer dans le marché des biocarburants au travers d'une co-entreprise au...

    lundi 22 juillet 2019 à 12:41

    Les prix des carburants toujours en hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont augmenté dans leur globalité la semaine dernière, avec une hausse plus marquée pour le...

    lundi 22 juillet 2019 à 12:06

    Le pétrole grimpe après l'accroissement des tensions avec l…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient lundi, aidés par les tensions avec l'Iran, dans un marché qui reste cependant prudent du fait...

    dimanche 21 juillet 2019 à 18:16

    Libye: arrêt des exportations depuis un terminal pétrolier (…

    Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé l'arrêt des exportations depuis le terminal pétrolier de Zawiya (ouest), après la...

    samedi 20 juillet 2019 à 16:55

    L'Iran sourd aux appels à libérer un pétrolier battant pavil…

    Londres: L'Iran restait samedi sourd aux multiples appels à libérer un pétrolier battant pavillon britannique arraisonné dans le détroit d'Ormuz, le Royaume-Uni...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite