Menu
RSS
A+ A A-

Blocage de dépôts pétroliers: rationnement du carburant dans plusieurs départements de l'Ouest

prix du petrole rennesRennes: Stations fermées, files d'attente qui s'allongent... Plusieurs préfectures ont pris des arrêtés limitant temporairement la distribution de carburant en raison du blocage, dans l'ouest et le nord de la France principalement, de raffineries ou de dépôts de carburants par des manifestants opposés à la loi Travail.
Faute d'approvisionnement et confrontées à la panique de certains usagers qui se sont précipités à la pompe craignant une pénurie, de nombreuses stations-service se sont retrouvées à sec depuis jeudi et ont dû fermer.

Ainsi au Havre, vendredi matin, il fallait souvent tourner pendant une heure pour trouver une station encore ouverte. A Rennes en fin de journée, les files d'attente s'allongeaient aux pompes à essence encore ouvertes.

Face au spectre d'une pénurie de carburant, les pouvoirs publics ont décidé vendredi de prendre des mesures de rationnement, mais aussi de déblocage par la force de certains dépôts de carburant, alors que dans le même temps, les syndicats votaient l'arrêt de production de certaines grosses raffineries, ajoutant à la confusion.

Les préfectures d'Ille-et-Vilaine, des Côtes-d'Armor, du Finistère, de l'Orne, de Loire-Atlantique, de Vendée, de Mayenne ou encore de l'Eure ont pris vendredi des arrêtés limitant à 20 ou 30 litres le volume maximal de carburant pour les véhicules, et à 40 ou 150 litres pour les poids lourds.

Plusieurs préfectures ont interdit le stockage de carburant dans des bidons, comme en Seine-Maritime, dans le Calvados, mais aussi dans le Nord, la Somme ou encore le Pas-de-Calais, en appelant au civisme et à la responsabilité de chacun, ou encore réquisitionné certaines stations pour alimenter en carburant les services d'urgence.

Vendredi après-midi la préfecture de Seine-Maritime a estimé à environ 40 sur 130 le nombre de stations en rupture de gazole. Dans l'Eure, 20% des stations-service sont fermées. Dans la Manche, la préfecture annonçait 24 stations en rupture totale de carburant et 45 en rupture partielle.

Selon Certas Energy France, qui gère des stations-service sous la marque Esso, il y a à peu près 10% de rupture sur les essences au niveau français dans leur réseau avec des problèmes principalement concentrés sur la zone Normandie et Haut-de-France et environ 23% pour le gasoil. Dans l'Oise, la Seine-Maritime et la Somme, il y a des ruptures sur le gasoil quasiment à 100%, a précisé le porte-parole de l'entreprise, Jean-François Vigier.

- Dépôts débloqués -

En Bretagne, un dépôt de carburant situé à Vern-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine) et un autre situé sur le port de Lorient (Morbihan), tous deux bloqués depuis le milieu de semaine, ont été débloqués par les forces de l'ordre vendredi après-midi, selon les préfectures.

Les autorités préfectorales ont pris les moyens nécessaires afin de permettre le réapprovisionnement des stations-service et la levée des blocages des dépôts pétroliers, explique dans un communiqué la préfecture de la zone de défense ouest.

Près de Rouen, les forces de l'ordre ont aussi débloqué le dépôt de carburant du terminal Rubis du Grand-Quevilly et, sur quatre dépôts qui étaient bloqués dans le Nord, il n'en restait plus qu'un seul bloqué vendredi soir, selon les préfectures.

Sur les huit lieux de stockage de pétrole (qui étaient bloqués en France, ndlr), six sites ont été libérés soit par la négociation, soit par l'intervention des forces de l'ordre. Parce que les services publics doivent fonctionner (...) la vie économique doit se poursuivre, a déclaré vendredi soir le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur TF1.

Pour permettre le réapprovisionnement des stations-service, le gouvernement a pris des arrêtés autorisant les camions de carburant à circuler ce weekend, a annoncé de son côté dans un communiqué Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports.

Mais dans le même temps, la situation s'est crispée dans les raffineries.

Dans la région du Havre, les syndicats de la raffinerie Total de Gonfreville-l'Orcher ont voté vendredi l'arrêt des installations et entamé leur procédure d'arrêt, qui va durer plusieurs jours, selon les syndicats. Il en est de même pour la raffinerie Total de Feyzin, près de Lyon, et celle de Donges (Loire-Atlantique), selon cette même source.

La 3e raffinerie de France, celle d'Exxon Mobil, à Notre-Dame-de-Gravenchon, est également bloquée depuis jeudi et va le rester, selon les syndicats.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite