Menu
A+ A A-

Sous pression, l'Opep pourrait continuer à limiter sa production d'or noir

prix du petrole LondresLondres: Coincés entre un ralentissement de la croissance mondiale, des stocks abondants et des prix toujours fragiles, l'Opep et ses partenaires, réunis jeudi et vendredi à Vienne, devraient une nouvelle fois prolonger la réduction de leur niveau de production de brut.
Cette réduction, fixée à 1,2 million de barils par jour (mbj) depuis décembre 2018 par rapport au niveau d'octobre de la même année, a déjà été reconduite jusqu'en mars 2020 lors de la dernière conférence de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en juillet.

Elle pourrait être prolongée "jusqu'à juin, à l'occasion du prochain sommet", selon Tamas Varga, analyste chez PVM, voire même "jusqu'à la fin de l'année 2020" selon d'autres analystes comme Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

L'organisation a déjà envoyé un signal fort: sa commission économique a indiqué jeudi dernier que le marché du pétrole serait "équilibré" en cas de maintien en 2020 des limitations actuelles de production.





Marge de manoeuvre réduite


Le contexte économique mondial invite les pays du cartel à la prudence: la guerre commerciale pèse sur la croissance chinoise, très gourmande en pétrole, tandis que celle de l'Europe, autre zone de forte demande, reste faible.

Les niveaux de production des pays non-OPEP battent des records: les États-Unis, premier producteur mondial depuis 2018, extraient de grandes quantités de pétrole de schiste, le Brésil et le Canada ont également augmenté leur production et d'autres comme la Norvège projettent de le faire.

De plus, les États-Unis disposent de stocks énormes, de l'ordre de 452 millions de barils, selon les derniers chiffres publiés mercredi dernier par l'Agence américaine d'information sur l'Énergie (EIA).

Cette offre pléthorique d'or noir restreint la marge de manoeuvre de l'OPEP qui, selon les analystes, n'a d'autre choix que de faire le dos rond afin d'assurer son objectif de maintenir "des prix équitables et stables aux producteurs" - sa mission déclarée.

Les cours sont relativement stables depuis la précédente réunion, tournant autour des 60 dollars le baril pour le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. - la référence européenne -, hormis un pic en septembre à la suite des attaques contre des installations pétrolières saoudiennes.

Si ce niveau semble confortable pour la Russie - son budget 2019 est calculé sur la base d'environ 42 dollars le baril -, il est trop faible pour d'autres comme l'Arabie saoudite dont le budget nécessiterait un cours bien plus élevé, et ce malgré un coût de production parmi les plus faibles du globe.


Quotas et dissensions

En amont du sommet, les doutes planent surtout sur la position de la Russie. Le deuxième producteur de pétrole mondial, avec qui l'OPEP est associée depuis fin 2016 via l'accord OPEP+, a soufflé le chaud et le froid ces dernières semaines.

La Russie dépasse régulièrement ses limites de production imposées par l'accord, de même que l'Irak ou le Nigéria, premier producteur de pétrole d'Afrique, dont les budgets dépendent très largement du cours de l'or noir.

A l'inverse, l'Arabie saoudite fait figure de bon élève en matière de quota: elle reste en-dessous des limites et a rappelé à l'ordre ses partenaires en septembre. La réduction de la production de l'OPEP, et donc sa stratégie, "repose sur les épaules saoudiennes", résume M. Lipow.

Le Royaume pourrait vouloir "aller plus loin dans les coupes", estime Neil Wilson, analyste de Markets.com, pour maximiser les revenus de l'introduction en Bourse de la compagnie pétrolière nationale, Aramco, prévue ce mois-ci.

L'opération a été décalée à plusieurs reprises et se ferait à un niveau de valorisation plus faible qu'espéré initialement, autour de 1.700 milliards de dollars.

Les attaques contre certaines de ses installations en septembre, revendiquées par les rebelles du Yémen, ont mis en lumière sa vulnérabilité - les capacités de production ont été un temps divisées par deux - et ravivé les tensions avec Téhéran, accusé par Ryad de "parrainer" ces attaques.

(c) AFP

Commenter Sous pression, l'Opep pourrait continuer à limiter sa production d'or noir


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mercredi 25 mai 2022

    La production de pétrole russe a augmenté de 8% au 1er trime…

    Moscou: La production de pétrole brut russe, y compris le condensat de gaz naturel, a bondi de 8% sur un an au...

    lundi 16 mai 2022

    L'Arabie saoudite veut dépasser les 13 millions de barils pa…

    Manama: L'Arabie saoudite prévoit d'augmenter sa capacité de production quotidienne de pétrole de plus d'un million de barils pour dépasser les 13...

    lundi 16 mai 2022

    La production pétrolière russe a augmenté de 1,7 % en glisse…

    Moscou: La production moyenne de condensat de pétrole et de gaz russe a augmenté d'environ 1,7 % en glissement mensuel pour atteindre...

    mardi 10 mai 2022

    Les États-Unis ont demandé à la société brésilienne Petrobra…

    Rio de Janeiro: En mars, des responsables du gouvernement américain ont demandé à la compagnie pétrolière publique brésilienne Petrobras si elle pouvait...

    vendredi 06 mai 2022

    Le Nigeria et l'Angola sont responsables de près de la moiti…

    Vienne: Près de la moitié de l'insuffisance de l'offre de pétrole prévue par l'OPEP et ses alliés est imputable au Nigeria et...

    jeudi 05 mai 2022

    L'Opep+ reste attentiste devant les craintes liées à la Chin…

    Vienne: Les pays producteurs de pétrole de l'Opep+ ont convenu jeudi d'une nouvelle hausse marginale de leur production d'or noir, confortés par...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 26 mai 2022 à 11:23

    Le pétrole en hausse timide, une augmentation de la demande …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse jeudi, soutenus par une augmentation de la demande attendue aux États-Unis avec l'ouverture...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:48

    Le pétrole grignote du terrain après un rapport américain mi…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi, soutenus par la possibilité d'un accord européen sur les importations russes, dans...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:25

    La production de pétrole russe a augmenté de 8% au 1er trime…

    Moscou: La production de pétrole brut russe, y compris le condensat de gaz naturel, a bondi de 8% sur un an au...

    mercredi 25 mai 2022 à 17:37

    🛢️USA: les stocks de pétrole baissent moins que prévu, produ…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont moins reculé que prévu la semaine dernière, selon...

    mardi 24 mai 2022 à 22:51

    Petrobras recule à la Bourse de Sao Paulo après le limogeage…

    Sao paulo: Les actions de la compagnie publique Petrobras ont perdu jusqu'à plus de 4% à la Bourse de Sao Paulo mardi...

    mardi 24 mai 2022 à 21:51

    Le pétrole oscille autour de l'équilibre avant les stocks am…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont oscillé autour de l'équilibre mardi pour terminer en ordre dispersé, dans un marché prudent...

    mardi 24 mai 2022 à 18:10

    Le sommet de l'UE ne trouvera probablement pas de solution à…

    Davos: Les dirigeants de l'Union européenne ont peu de chances de parvenir à un accord sur un embargo pétrolier contre la Russie...

    mardi 24 mai 2022 à 11:29

    Le pétrole rattrapé par les craintes quant à la croissance m…

    Londres: Les prix du pétrole se repliaient légèrement mardi, les craintes quant à la croissance mondiale et les difficultés de l'Union européenne...

    lundi 23 mai 2022 à 21:53

    Le pétrole en très modeste hausse avec les premiers assoupli…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont conclu en très modeste hausse lundi, légèrement soutenu par des adoucissements de restrictions sanitaires...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite