Menu
A+ A A-

Le pétrole s'envole, saluant un accord ambitieux au sein de l'Opep

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole se sont envolés de près de 10% mercredi, l'Organisation des pays exportateurs de pétroles (Opep) ayant mis fin à deux mois de suspense par un accord jugé particulièrement ambitieux sur une limitation de son offre.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a pris 4,21 dollars, soit 9,31%, à 49,44 dollars sur le contrat pour livraison en janvier au New York Mercantile Exchange.

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord a avancé de 4,09 dollars, soit 8,82%, à 50,47 dollars à l'Intercontinental Exchange (ICE), également sur le contrat pour livraison en janvier.

"L'OPEP a conclu un accord et c'est un accord solide", a résumé Bob Yawger, de Mizuho Securities.

Réuni comme tous les six mois à Vienne, le cartel a annoncé que ses membres s'étaient entendus pour réduire leur production, marquant un événement sans précédent depuis 2008 ainsi que la fin d'un suspense de deux mois.

En effet, le cartel avait fait part dès la fin septembre de son intention de conclure un tel pacte, mais les cours n'avaient cessé de fluctuer face aux rumeurs plus ou moins engageantes sur la capacité et la volonté de ses membres de faire les concessions nécessaires à un tel accord.

Finalement, "c'est un très bon accord, à ma propre surprise !", a reconnu M. Yawger, résumant le sentiment général sur le marché.

- "Front uni"

Au delà du simple fait que le cartel compte, à partir du 1er janvier 2017, réduire sa production de 1,2 million de barils par jour (bj), les détails de l'accord semblaient inspirer confiance aux investisseurs, comme l'imposition de quotas précis aux différents pays ou la mise en place d'un comité de surveillance.

"Le cartel a montré un front uni, et c'est ce qui compte", s'est félicité Naeem Aslam, de Think Markets.

L'Arabie saoudite, membre dominant du cartel et fer de lance d'un accord ambitieux, sera logiquement le membre qui réduira le plus sa production, de presque 500.000 bj, mais l'Irak, qui s'était montré bien peu enclin à en faire beaucoup, a finalement accepté de diminuer la sienne de plus de 200.000 bj.

Quant à l'Iran, rival régional de l'Arabie saoudite, le cartel a accepté de lui laisser une marge de 90.000 bj pour augmenter encore sa production, puisqu'il achève de faire son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions.

Pour ajouter à l'euphorie générale, "la Russie a aussi accepté d'abaisser sa production de 300.000 bj", a enchaîné M. Yawger.

Membre du trio de tête des producteurs mondiaux avec l'Arabie saoudite et les Etats-Unis, la Russie ne fait pas partie de l'OPEP mais les investisseurs espéraient bien qu'elle rejoigne un tel pacte.

L'accord constitue "une décision extrêmement favorable aux cours", a écrit Jason Schenker, de Prestige Economics.

"Toutefois, je ne m'attend pas à ce que la production soit autant abaissée que prévu, malgré le comité de surveillance", a-t-il relativisé.

Il comparait l'OPEP à une "banque centrale du pétrole", qui cherche par différents leviers à stabiliser ou relancer les cours de l'or noir, de la même manière que la Réserve fédérale américaine ou la Banque centrale européenne (BCE) veillent à ne pas perturber les marchés en employant une rhétorique pesant chaque mot.

Dans ce contexte écrasé par l'OPEP, les investisseurs n'ont par ailleurs guère prêté d'attention aux chiffres hebdomadaires du département américain de l'Energie (DoE), qui a fait état d'une baisse inattendue des réserves de pétrole mais de hausses des stocks d'essence et de produits distillés (fioul...).

(c) AFP

Commenter Le pétrole s'envole, saluant un accord ambitieux au sein de l'Opep


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 18 mai 2019 à 03:00

    L'Argentine attribue 18 zones maritimes à l'exploration de g…

    Buenos aires: Le gouvernement argentin a attribué 18 zones maritimes à de grandes entreprises pour qu'elles en explorent les éventuelles ressources pétrolières...

    vendredi 17 mai 2019 à 12:11

    Le pétrole dopé sur la semaine par les tensions géopolitique…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, en nette hausse sur la semaine alors que les tensions géopolitiques...

    vendredi 17 mai 2019 à 05:49

    Le pétrole continue de flamber en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de flamber, vendredi en Asie, en raison de l'escalade entre Washington et Téhéran, alors que l'Iran...

    jeudi 16 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte, la tension grimpe au Moyen-Orient

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé jeudi avant une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et de ses...

    jeudi 16 mai 2019 à 12:21

    Le pétrole grimpe, situation tendue avant une réunion de sui…

    Londres: Les prix du pétrole montaient jeudi en cours d'échanges européens à l'avant-veille d'une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et...

    jeudi 16 mai 2019 à 06:01

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse jeudi en Asie, en raison des tensions aux Moyen-Orient.

    mercredi 15 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte avec des stocks américains de brut moins él…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi dans le sillage d'une hausse des stocks américains moins forte que des...

    mercredi 15 mai 2019 à 17:10

    USA: les stocks et les exportations de pétrole brut bondisse…

    New York: Les stocks ainsi que les exportations de pétrole brut ont fortement augmenté la semaine dernière aux Etats-Unis, selon les chiffres...

    mercredi 15 mai 2019 à 15:02

    Le marché du pétrole s'inquiète des tensions dans le Golfe

    Londres: Les prix de l'or noir pourraient flamber en cas d'embrasement de la situation dans le Golfe et de perturbations dans le...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite