Menu
A+ A A-

Le pétrole retombe face à une situation toujours défavorable

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole sont nettement retombés lundi, sans pour autant effacer totalement leur rebond massif de la précédente séance, dans un marché qui subissait le coup de nouveaux éléments sur l'excès d'offre et une demande mondiale incertaine.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars a perdu 1,85 dollar à 30,34 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).


A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance a perdu 1,68 dollar à 30,50 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Le marché pétrolier revient ainsi sur environ la moitié de son bond spectaculaire de vendredi, qui l'avait vu prendre quelque 10% et qui avait lui-même suivi une chute à des niveaux historiques depuis le début de l'année.

"On avait surtout assisté à des mouvements spéculatifs après une chute à des niveaux sans précédent depuis douze ans", mais "cette semaine s'ouvre avec plusieurs éléments qui ont réveillé les inquiétudes à l'origine de cette chute", a résumé Gene McGillian, de Tradition Energy.

Peu d'observateurs jugeaient le marché pétrolier en mesure de se relancer durablement, à la fois face à la surabondance générale d'or noir, que ce soit des Etats-Unis, de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ou de Russie, et aux doutes sur la demande, notamment chinoise.

Sur le premier plan, "la compagnie pétrolière publique saoudienne va continuer à financer ses projets sans aucune réduction de ses investissements", a noté M. McGillian.

Aramco a assuré lundi avoir réussi à maintenir ses investissements par la limitation de nombreuses autres dépenses, "simplement en réduisant les coûts".

Cette attitude ne laisse pas entrevoir de resserrement du marché, comme Ryad est l'acteur dominant de l'OPEP, qui a contribué à faire plonger les prix encore plus avant fin 2015, en renonçant à se fixer des objectifs chiffrés de production.

Dans le même ordre d'idée, le Koweït a subventionné des projets économiques à un montant record qu'il prévoit d'augmenter encore en 2016 malgré une chute de ses revenus pétroliers, selon un rapport publié lundi par la National Bank of Kuwait (NBK), principal créancier du pays.

En plus des signaux négatifs envoyés par les monarchies du Golfe, "on s'inquiète de voir l'Irak encore accélérer sa production", a remarqué John Kilduff d'Again Capital, en référence à des propos tenus par le ministre du Pétrole de cet autre acteur majeur de l'Opep.


- Tempête retombée

"Il semble peu probable qu'il y ait un accord avec les producteurs extérieurs à l'OPEP, et une réunion d'urgence du cartel ne ferait qu'affaiblir le marché s'il n'y a pas de +volonté de changement+, comme l'a souligné le ministre iranien du Pétrole, (Bijan Namdar) Zanganeh", a rapporté Tim Evans, de Citi, faisant allusion à des déclarations tenues lors du week-end.

Sur le plan de la demande, les analystes ne voyaient pas plus d'actualité encourageante.

"Les inquiétudes sur l'économie chinoise ont été relancées par l'annonce d'un déclin de la consommation de diesel" en décembre, a noté M. McGillian.

Ce chiffre a baissé pour le quatrième mois de suite, ce qui est de mauvais augure pour l'activité industrielle de la Chine, premier pays importateur de pétrole.

Enfin, certains observateurs estimaient que le marché américain ne pouvait désormais plus profiter des aspects positifs de la tempête Jonas, dont la côte Est des Etats-Unis se relevait progressivement lundi après des chutes de neige historiques.

"Avec toute la neige qui devait tomber sur le Nord-Est, (...) les prix du mazout avaient monté, ce qui explique en grande partie la hausse générale des cours de vendredi", a estimé James Williams, de WTRG Economics. "Mais il n'a pas fait si froid et cela n'a pas eu beaucoup d'effet sur le marché du mazout."

"La question, c'est désormais de savoir si on va encore baisser et retomber à des plus bas historiques... Et pour le moment, rien ne semble pouvoir empêcher cela", a conclu M. McGillian.

(c) AFP

Commenter Le pétrole retombe face à une situation toujours défavorable


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:15

    USA: les stocks de brut plongent, les exportations bondissen…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont chuté de manière inattendue la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    mardi 19 mars 2019 à 16:14

    Le pétrole recule mais reste proche de ses plus hauts en qua…

    Londres: Les cours du pétrole perdaient un peu de terrain mardi en cours d'échanges européens après avoir atteint leurs plus hauts en...

    mardi 19 mars 2019 à 12:39

    Le pétrole monte, profitant des promesses de l'Opep

    Londres: Les prix du pétrole montaient mardi en cours d'échanges européens, continuant de profiter d'une réunion de suivi de l'accord qui unit...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 18 mars 2019 En février 2019, la production de pétrole en Russie a augmenté de 3,5% et celle de gaz naturel de 4.7% sur un an.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite