Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole gagne du terrain malgré l'entêtement de l'Opep

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole étaient toujours en hausse en cours d'échanges européens, dans un marché calme à la veille des vacances de fin d'année, alors que les monarchies du Golfe martèlent leur refus de réduire leur production.
Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 62,05 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 67 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance s'appréciait de 47 cents à 57,60 dollars.

Après avoir été (l'Harpagon) du monde économique ces six dernières semaines, le pétrole a vécu une légère cure de jouvence, dans le climat économique actuel un prix du Brent au dessus de 60 dollars le baril est porteur d'espoir pour le marché, notait Connor Campbell analyste chez Speadex.

Les cours de l'or noir ont perdu environ 50% de leur valeur depuis la mi-juin, grevés par l'abondance de l'offre et la faiblesse de la demande dans un contexte de ralentissement de l'économie mondiale. Les prix du Brent et du WTI ont marqué, la semaine dernière, leurs plus bas niveaux en cinq ans et demi à 58,50 dollars et 53,60 dollars respectivement.

Pour le moment la chute des cours du pétrole semble enrayée, la confirmation du refus des monarchies du Golfe de diminuer leur offre n'ayant pas ébranlé les marchés qui s'étaient pourtant montrés susceptibles à toutes annonces baissières ces dernières semaines.

L'Arabie saoudite, chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), et le Koweït ont annoncé dimanche qu'ils ne réduiraient pas leur production même si des pays hors de l'Opep diminuaient la leur.

S'ils décident de réduire leur production, ils seront les bienvenus. (...) L'Arabie saoudite ne va certainement pas réduire la sienne, a déclaré le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi, en marge d'un forum arabe sur l'énergie à Abou Dhabi.

Pour M. Campbell, le fait que le marché n'ait pas réagi à l'annonce de l'Arabie saoudite dimanche est particulièrement étonnant. Traditionnellement cette nouvelle aurait été synonyme d'une dégringolade des prix du pétrole, mais les cours ont seulement ouverts en légère baisse, suggérant que la matière première aurait retrouvé une certaine résistance, soulignait-il.

Le Koweït, les Émirats Arabes Unis et le Qatar ont connu une bonne semaine, ils nous ont rappelé qu'ils avaient un énorme pouvoir sur les marchés pétroliers. Ils nous ont démontré que créer un excédent ou un déficit d'offre donne une certaine puissance. Il n'y a pas une industrie, une compagnie ou même une famille qui n'est pas concernée par le changement de stratégie de l'Opec, commentait David Hufton analyste chez PVM.

Lors de leur dernière réunion en novembre l'Opep a opéré un changement de stratégie en ne réduisant pas son plafond de production et en décidant de laisser les prix se stabiliser d'eux-même sans l'intervention du cartel. Le cartel a décidé fin novembre à Vienne de maintenir à 30 mbj son plafond de production.

La nouvelle politique de l'Opep est une stratégie de long terme selon des analystes, ce qui a été d'ailleurs confirmé par le ministre Irakien du Pétrole Abdel Abdelmahdi dimanche. Nous devons attendre et voir les réactions du marché et des autres pays, a-t-il dit, indiquant s'attendre à une stabilisation des prix à 60 dollars le baril.

Nous avons besoin de six mois pour évaluer le marché et même si rien ne se passe lorsque nous nous rencontrons dans six mois, nous ne changerons pas notre position, a prévenu le ministre émirati de l'Energie, Suhail al-Mazrouei.

Les opérateurs de marché restent cependant prudents, n'écartant pas de nouvelles fluctuations des cours. Le rebond des prix du pétrole est aidé par un marché calme en raison des fêtes, mais nous pourrions voir les prix baisser de nouveau l'année prochaine, ajoutait M. Campbell.







Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 août 2018 à 21:52

Le pétrole regagne du terrain mais finit la semaine en retra…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, aidés par deux dossiers commerciaux impliquant les Etats-Unis, la Chine et le Mexique, ont progressé...

vendredi 17 août 2018 à 16:19

Le pétrole regagne du terrain mais reste en repli hebdomadai…

Londres: Les cours du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 12:13

Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

Londres: Les prix du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 07:57

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère baisse, vendredi en Asie, les investisseurs demeurant prudents quant à la perspective de...

jeudi 16 août 2018 à 22:05

Le pétrole se remet modestement d'une lourde chute

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole sont un peu remontés jeudi, dans un marché peinant à se ressaisir après des pertes...

jeudi 16 août 2018 à 16:08

Le pétrole efface une partie de ses pertes dues aux réserves…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes marquées...

jeudi 16 août 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché digère la hausse des stocks am…

Londres: Les prix du pétrole rebondissaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes...

jeudi 16 août 2018 à 11:59

Norvège: la production pétrolière augmente moins qu'attendu …

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a augmenté en juillet, sans toutefois combler les attentes...

jeudi 16 août 2018 à 06:25

Le pétrole remonte en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, jeudi en Asie, après le plongeon enregistré la veille en raison du...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite