Menu
A+ A A-

Pétrole: début d'année studieux pour l'Opep+

OPEP OPEP+Londres: Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires via l'accord Opep+ se retrouvent par visioconférence lundi pour décider du volume de brut à remettre sur le marché en février.
Cette réunion ministérielle s'inscrit dans le cadre d'une politique "attentive aux conditions de marché" de l'alliance, alors que la reprise de la demande d'or noir en 2021 reste incertaine.

A l'issue du dernier sommet, qui s'est tenu entre le 30 novembre et le 3 décembre, l'OPEP+ s'était engagée à ajouter 500.000 barils quotidiens en janvier, au lieu des deux millions initialement prévus.

C'est aussi à cette occasion que les treize membres du cartel, emmenés par l'Arabie saoudite, et leurs dix alliés, conduits par la Russie, avaient convenu de se retrouver à chaque début de mois afin de statuer sur l'ajustement, ou non, du volume de production, pour le mois suivant.

Ce suivi au cordeau illustre la volonté du cartel de garder une forte influence sur le marché mais aussi la gravité de la situation dans laquelle sont plongés les producteurs de brut qui se satisfaisaient avant la crise sanitaire de deux sommets par an au siège de l'organisation à Vienne, en Autriche.

Cette stratégie s'est avérée payante pour les analystes de JBC Energy qui constatent "la capacité de l'OPEP+ à gérer le marché, installant les fondations de la reprise du Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. malgré l'incertitude qui continue de peser sur la demande".

Les deux contrats de référence, le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la Mer du nord européen et le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. américain, évoluaient en fin de semaine aux alentours de 50 dollars le baril, un niveau moins élevé qu'au début de 2020 mais très supérieur aux tréfonds touchés en avril dernier.


Deux poids lourds

Le résultat des négociations des vingt-trois membres de l'OPEP+, dont trois sont pour le moment exemptés de quotas, est assez dépendant du bon vouloir des deux poids lourds de l'alliance, la Russie et l'Arabie saoudite, respectivement deuxième et troisième producteurs mondiaux derrière les États-Unis.

En mars dernier, c'est la mésentente entre Ryad et Moscou, débouchant sur une courte mais intense guerre des prix, qui avait fait trébucher une première fois les cours du brut avant que l'arrivée à saturation des capacités de stockage ne les précipite encore davantage, jusqu'en terrain négatif pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie..

Le climat est aujourd'hui plus apaisé, et les ministres saoudien et russe de l'Energie ont affiché mi-décembre leur unité lors d'une réunion bipartite.

"La charte de coopération de l'OPEP+ nous a rassemblés et a apporté de bons résultats (...) C'est pour cette raison qu'elle doit continuer", avait alors déclaré le ministre de l'Energie saoudien Abdelaziz ben Salmane.

Son homologue russe Alexandre Novak, chargé du secteur énergétique, avait lui aussi insisté sur l'importance de "travailler ensemble afin d'aboutir à un équilibre de la situation sur le marché".

Demande fragile

Difficile toutefois de prédire comment va évoluer la demande pétrolière, déprimée par la pandémie de Covid-19.

Dans son dernier rapport mensuel, le cartel prévoit un rebond moindre qu'espéré et note "les incertitudes élevées, essentiellement en ce qui concerne le développement de la pandémie de Covid-19 et le déploiement des vaccins". Il s'interroge aussi sur "les effets structurels du Covid-19 sur les comportements des consommateurs, en particulier dans le secteur des transports".

D'autres voix se veulent plus optimistes: l'analyste de Price Futures Group, Phil Flynn, estime pour sa part que la demande va se redresser avant la production cette année, notamment aux États-Unis.

Néanmoins, l'offre proposée en dehors du cadre de l'accord de l'OPEP+ reste importante: celle des États-Unis est toujours de 11 millions de barils par jour et la Libye, membre du cartel mais exemptée, a plus que doublé la sienne en novembre à la suite du cessez-le-feu signé dans le pays, selon le cartel.

(c) AFP

Commenter Pétrole: début d'année studieux pour l'Opep+


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 16 septembre 2021 à 21:43

    Le pétrole finit fort, le Golfe du Mexique garde l'attention…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont repris, légèrement, en fin de séance jeudi, le marché tablant sur une offre...

    jeudi 16 septembre 2021 à 13:05

    Le pétrole stable, la production américaine inquiète toujour…

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient au lendemain de sommets en un mois et demi, alors que des limitations de la...

    mercredi 15 septembre 2021 à 21:22

    Le pétrole poursuit son ascension grâce à des stocks américa…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont poursuivi leur hausse mercredi après l'annonce d'une baisse des stocks américains de brut plus...

    mercredi 15 septembre 2021 à 17:40

    🛢️USA: les stocks de pétrole brut diminuent plus qu'attendu…

    New York: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont diminué nettement plus qu'attendu la semaine dernière, selon les chiffres du...

    mercredi 15 septembre 2021 à 12:47

    Le pétrole poursuit sa hausse avant les stocks américains

    Londres: Les cours du pétrole s'inscrivaient en hausse pour la quatrième séance consécutive, à un nouveau plus haut depuis un mois et...

    mardi 14 septembre 2021 à 21:34

    Le pétrole se stabilise au plus haut depuis presque un mois …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont stabilisés mardi à leur plus haut niveau depuis près d'un mois et demi...

    mardi 14 septembre 2021 à 15:19

    Chevron veut tripler ses investissements dans les énergies m…

    New York: Sous la pression d'activistes demandant des actions plus franches contre le changement climatique, Chevron a annoncé mardi vouloir tripler ses...

    mardi 14 septembre 2021 à 14:20

    ⛽️ Les prix des carburants en forte hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service en France étaient en forte hausse la semaine dernière. Pour sa part, le cours moyen du pétrole Brent...

    mardi 14 septembre 2021 à 11:54

    Le pétrole grimpe, la production américaine menacée par les …

    Londres: Les prix du pétrole montaient mardi à leur plus haut niveau depuis près d'un mois et demi, dopés par les perturbations...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 9 septembre 2021 "Si nous cessons abruptement d'investir dans le secteur des énergies fossiles, alors il y aura une +famine énergétique+ et les prix de l'énergie vont bondir"; "la demande en pétrole et en gaz pourrait bien baisser, mais à court terme nous pourrions voir un scénario à 100 ou 200 dollars le baril", a déclaré le ministre de l'Energie du sultanat d'Oman.

    En mai 2021, le prix du pétrole se redresse

    Le vendredi 25 juin 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En mai 2021, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après −1,5 % en avril). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) ralentissent (+3,9 % après +5,2 %), à l’image des matières premières alimentaires (+1,8 % après +6,8 %). En revanche, les prix des matières premières industrielles accélèrent (+6,5 % après +3,2 %). Le prix du pétrole se redresse En mai 2021, le prix en euros du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se redresse (+4,3 % après −1,5  %), s’établissant à 56.4 € en moyenne par...

    Lire la suite

    Rien ne semble freiner les cours pétroliers, un an après leur plongeon

    Le mardi 20 avril 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Londres: Il y a un an, les cours du brut sombraient dans les abîmes, anéantis par la pandémie et les dissensions au sein de l'Opep+. Ils ont depuis refait surface et continuent à grimper, dopés par la vaccination et les espoirs de reprise.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2020

    Le mardi 12 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2020.

    Lire la suite