Menu
A+ A A-

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer du Nord britannique

prix du petrole LondresLondres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de la mer du Nord britannique, Forties, qui pourrait durer des semaines selon Ineos.
"Il est trop tôt pour dire combien de temps prendra la réparation, mais ce sera davantage une question de semaines que de jours. Nous confirmons la déclaration formelle de l'état de +force majeure+", a annoncé Ineos dans un communiqué jeudi.

Ce pipeline permet habituellement l'acheminement de 40% de la production d'hydrocarbures assurée en mer du Nord britannique.

Ineos avait annoncé lundi la fermeture temporaire de cette installation, évoquant une fêlure le long du pipeline.

"La surveillance constante du pipeline depuis lundi nous a permis de confirmer que la fêlure s'était stabilisée et ne s'était pas aggravée ces dernières 48 heures", a expliqué jeudi Ineos, qui a précisé étudier "diverses options pour accomplir les réparations".

La "force majeure" est un terme juridique qui libère l'entreprise de ses obligations contractuelles en raison de circonstances hors de son contrôle.

Ineos vient à peine d'acquérir cette installation, achetée le 31 octobre à la major pétrolière britannique BP pour 250 millions de dollars. Il s'agit en fait d'un réseau, appelé Forties Pipeline System (FPS), qui transporte en temps normal quelque 450.000 barils de pétrole par jour, d'après la direction d'Ineos.

Au vu du rôle déterminant de cette installation dans la circulation des hydrocarbures de la région, les cours du baril de pétrole Brent étaient montés à la suite de l'annonce de la suspension lundi.

Le pétrole de Forties constitue d'ailleurs un des étalons utilisés pour établir le prix du Brent, le standard européen en la matière.

"Si la suspension est limitée à 15 jours, cela priverait le marché de la mer du Nord de quelque 7 millions de barils", ont expliqué les experts de JBC Energy Market dans un commentaire publié mercredi. "La raffinerie écossaise de Grangemouth devrait être la principale victime de cet arrêt", ont-ils ajouté.

Approvisionnements en gaz


Les cours du gaz en Europe étaient aussi montés lundi à l'annonce de la suspension, et ont subi un choc supplémentaire mardi matin avec une explosion au terminal gazier de Baumgarten, dans l'est de l'Autriche, qui a fait un mort et 21 blessés dont un grave.

"La suspension de Forties va mettre 1,2 milliard de pieds cubes de gaz par jour hors du marché - plus de 10% de la demande de gaz du Royaume-Uni", a prévenu Massimo Di Odoardo, analyste spécialiste du gaz chez Wood Mackenzie.

Interrogé par l'AFP, le gouvernement britannique s'est toutefois voulu rassurant sur l'approvisionnement du pays.

"Il n'y a aucun problème d'approvisionnement pour le carburant ou le gaz du fait des réparations nécessaires sur le pipeline Forties", a souligné un porte-parole du gouvernement. "Comme le montrent les données issues de notre réseau national, nous avons des marges confortables tant pour le gaz que pour l'électricité cet hiver", a-t-il ajouté.

Lundi, un premier méthanier chargé gaz naturel liquéfié (GNL) issu du mégaprojet Yamal en Russie a appareillé du port de Sabetta en Sibérie arctique. Cette première cargaison de 170.000 mètres cubes, chargée via ce projet hors norme, a été achetée par Petronas LNG UK, filiale britannique du groupe malaisien Petronas.

Petronas LNG UK reste maître de la destination du méthanier brise-glace et de l'acheteur final de ce gaz.

Le chargement du méthanier, baptisé Christophe de Margerie en raison de l'implication du feu PDG de Total dans le projet Yamal, a été inauguré par le président russe Vladimir Poutine lui-même. Le projet Yamal, chiffré à 27 milliards de dollars, est tenu par un consortium international mené par le groupe privé russe Novatek.


(c) AFP

Commenter "Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer du Nord britannique


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 25 avril 2019 à 15:48

    L'Irak deviendrait le 3e exportateur de pétrole du monde en …

    Bagdad: L'Irak devrait produire près de six millions de barils par jour (mbj) en 2030, a estimé jeudi l'Agence internationale de l'énergie...

    jeudi 25 avril 2019 à 10:47

    Le pétrole brent dépasse 75 dollars pour la première fois de…

    Londres: Le baril de Brent a dépassé jeudi les 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre, dopé par le durcissement...

    jeudi 25 avril 2019 à 06:34

    Le pétrole recule en Asie après la hausse des réserves améri…

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer, jeudi en Asie, les investisseurs réagissant toujours à la hausse de la production et...

    mercredi 24 avril 2019 à 22:09

    Le pétrole hésite à la clôture, entre stocks américains et s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé mercredi, hésitant entre une hausse des stocks américains de brut...

    mercredi 24 avril 2019 à 18:40

    Les stocks de pétrole brut montent plus que prévu aux USA (E…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une hausse plus forte que prévu la semaine dernière tandis que...

    mercredi 24 avril 2019 à 12:21

    Le pétrole recule un peu avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des données officielles sur les stocks américains...

    mercredi 24 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole se replie en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, les investisseurs attendant de savoir si l'Organisation des pays...

    mardi 23 avril 2019 à 21:52

    Le pétrole continue à monter avec les sanctions américaines …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur hausse mardi au lendemain d'une décision américaine de stopper les exemptions aux...

    mardi 23 avril 2019 à 12:58

    Le pétrole repousse ses sommets avec le durcissement des san…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient à leur plus hauts en près de six mois mardi en cours d'échanges européens, dopés par...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite