Menu
A+ A A-

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer du Nord britannique

prix du petrole LondresLondres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de la mer du Nord britannique, Forties, qui pourrait durer des semaines selon Ineos.
"Il est trop tôt pour dire combien de temps prendra la réparation, mais ce sera davantage une question de semaines que de jours. Nous confirmons la déclaration formelle de l'état de +force majeure+", a annoncé Ineos dans un communiqué jeudi.

Ce pipeline permet habituellement l'acheminement de 40% de la production d'hydrocarbures assurée en mer du Nord britannique.

Ineos avait annoncé lundi la fermeture temporaire de cette installation, évoquant une fêlure le long du pipeline.

"La surveillance constante du pipeline depuis lundi nous a permis de confirmer que la fêlure s'était stabilisée et ne s'était pas aggravée ces dernières 48 heures", a expliqué jeudi Ineos, qui a précisé étudier "diverses options pour accomplir les réparations".

La "force majeure" est un terme juridique qui libère l'entreprise de ses obligations contractuelles en raison de circonstances hors de son contrôle.

Ineos vient à peine d'acquérir cette installation, achetée le 31 octobre à la major pétrolière britannique BP pour 250 millions de dollars. Il s'agit en fait d'un réseau, appelé Forties Pipeline System (FPS), qui transporte en temps normal quelque 450.000 barils de pétrole par jour, d'après la direction d'Ineos.

Au vu du rôle déterminant de cette installation dans la circulation des hydrocarbures de la région, les cours du baril de pétrole Brent étaient montés à la suite de l'annonce de la suspension lundi.

Le pétrole de Forties constitue d'ailleurs un des étalons utilisés pour établir le prix du Brent, le standard européen en la matière.

"Si la suspension est limitée à 15 jours, cela priverait le marché de la mer du Nord de quelque 7 millions de barils", ont expliqué les experts de JBC Energy Market dans un commentaire publié mercredi. "La raffinerie écossaise de Grangemouth devrait être la principale victime de cet arrêt", ont-ils ajouté.

Approvisionnements en gaz


Les cours du gaz en Europe étaient aussi montés lundi à l'annonce de la suspension, et ont subi un choc supplémentaire mardi matin avec une explosion au terminal gazier de Baumgarten, dans l'est de l'Autriche, qui a fait un mort et 21 blessés dont un grave.

"La suspension de Forties va mettre 1,2 milliard de pieds cubes de gaz par jour hors du marché - plus de 10% de la demande de gaz du Royaume-Uni", a prévenu Massimo Di Odoardo, analyste spécialiste du gaz chez Wood Mackenzie.

Interrogé par l'AFP, le gouvernement britannique s'est toutefois voulu rassurant sur l'approvisionnement du pays.

"Il n'y a aucun problème d'approvisionnement pour le carburant ou le gaz du fait des réparations nécessaires sur le pipeline Forties", a souligné un porte-parole du gouvernement. "Comme le montrent les données issues de notre réseau national, nous avons des marges confortables tant pour le gaz que pour l'électricité cet hiver", a-t-il ajouté.

Lundi, un premier méthanier chargé gaz naturel liquéfié (GNL) issu du mégaprojet Yamal en Russie a appareillé du port de Sabetta en Sibérie arctique. Cette première cargaison de 170.000 mètres cubes, chargée via ce projet hors norme, a été achetée par Petronas LNG UK, filiale britannique du groupe malaisien Petronas.

Petronas LNG UK reste maître de la destination du méthanier brise-glace et de l'acheteur final de ce gaz.

Le chargement du méthanier, baptisé Christophe de Margerie en raison de l'implication du feu PDG de Total dans le projet Yamal, a été inauguré par le président russe Vladimir Poutine lui-même. Le projet Yamal, chiffré à 27 milliards de dollars, est tenu par un consortium international mené par le groupe privé russe Novatek.


(c) AFP

Commenter "Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer du Nord britannique


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 03 décembre 2020 à 23:00

    L'Opep+ choisit d'augmenter prudemment sa production d'or no…

    Londres: Les membres de l'Opep+ se sont mis d'accord jeudi pour "restituer progressivement" sur le marché les quelque 2 millions de barils...

    jeudi 03 décembre 2020 à 22:51

    Le pétrole se redresse après une révision par l'Opep+ de ses…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont nettement redressés jeudi en deuxième partie de séance américaine après un accord trouvé...

    jeudi 03 décembre 2020 à 20:52

    L'Opep+ augmentera sa production de pétrole en janvier mais …

    Londres: Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés de l'Opep+ se sont mis d'accord jeudi sur...

    jeudi 03 décembre 2020 à 18:12

    Le pétrole se reprend, espoirs autour d'un accord de l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole se redressaient jeudi après le début de la réunion des pays de l'OPEP+ qui pourrait déboucher sur...

    jeudi 03 décembre 2020 à 15:13

    L'Opep+ se rapproche d'un compromis sur sa production pétrol…

    Londres: Les discussions entre l'Opep et la Russie, qui s'étaient interrompues lundi sur un constat d'échec, se sont rapprochées d'un compromis sur...

    jeudi 03 décembre 2020 à 12:10

    Le pétrole en petite baisse au début d'une journée décisive …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi en première partie de séance européenne, le marché ayant les yeux rivés...

    mercredi 02 décembre 2020 à 22:03

    Le pétrole se redresse, espoirs sur une entente Opep+

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont repris mercredi, après deux séances de baisse, les investisseurs interprétant positivement les signaux...

    mercredi 02 décembre 2020 à 17:27

    USA: petite baisse des stocks de pétrole brut

    New York: Les réserves commerciales américaines de pétrole brut ont reculé un peu moins que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis, tandis...

    mercredi 02 décembre 2020 à 12:08

    Le pétrole en légère baisse, les discussions se poursuivent …

    Londres: Les prix du pétrole reculaient timidement mercredi, dans le sillage des deux séances précédentes, les investisseurs étant toujours suspendus aux avancées...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 3 décembre 2020 Le prix du panier de référence de l’Opep (ORB), composé à partir des cours de référence de 13 pétroles bruts, s'établissait à 46.67 dollars le baril mercredi, contre 46.72 dollars la veille.

    Il est constitué des bruts suivants: Saharan Blend (Algérie), Girassol (Angola), Arab Light (Arabie saoudite), Djeno (Congo), Murban (Emirats arabe unis), Rabi Light (Gabon), Zafiro (Guinée), Basra Light (Irak), Iran Heavy (Iran), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria) et le Merey (Venezuela).

    En septembre 2020, le prix du pétrole est quasi stable

    Le mercredi 21 octobre 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2020, le prix du pétrole en euros se replie (−8,3 % après +0,3 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) augmentent de nouveau (+2,3 % après +2,1 %), du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent pour le cinquième mois consécutif (+1,9 % après +4,4 %) et des prix des matières premières alimentaires qui se redressent (+2,6 % après −0,4 %). Le prix du pétrole se replie En septembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se replie (−8,3 % après +0,3 %)...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite