Menu
RSS
A+ A A-

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer du Nord britannique

prix du petrole LondresLondres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de la mer du Nord britannique, Forties, qui pourrait durer des semaines selon Ineos.
"Il est trop tôt pour dire combien de temps prendra la réparation, mais ce sera davantage une question de semaines que de jours. Nous confirmons la déclaration formelle de l'état de +force majeure+", a annoncé Ineos dans un communiqué jeudi.

Ce pipeline permet habituellement l'acheminement de 40% de la production d'hydrocarbures assurée en mer du Nord britannique.

Ineos avait annoncé lundi la fermeture temporaire de cette installation, évoquant une fêlure le long du pipeline.

"La surveillance constante du pipeline depuis lundi nous a permis de confirmer que la fêlure s'était stabilisée et ne s'était pas aggravée ces dernières 48 heures", a expliqué jeudi Ineos, qui a précisé étudier "diverses options pour accomplir les réparations".

La "force majeure" est un terme juridique qui libère l'entreprise de ses obligations contractuelles en raison de circonstances hors de son contrôle.

Ineos vient à peine d'acquérir cette installation, achetée le 31 octobre à la major pétrolière britannique BP pour 250 millions de dollars. Il s'agit en fait d'un réseau, appelé Forties Pipeline System (FPS), qui transporte en temps normal quelque 450.000 barils de pétrole par jour, d'après la direction d'Ineos.

Au vu du rôle déterminant de cette installation dans la circulation des hydrocarbures de la région, les cours du baril de pétrole Brent étaient montés à la suite de l'annonce de la suspension lundi.

Le pétrole de Forties constitue d'ailleurs un des étalons utilisés pour établir le prix du Brent, le standard européen en la matière.

"Si la suspension est limitée à 15 jours, cela priverait le marché de la mer du Nord de quelque 7 millions de barils", ont expliqué les experts de JBC Energy Market dans un commentaire publié mercredi. "La raffinerie écossaise de Grangemouth devrait être la principale victime de cet arrêt", ont-ils ajouté.

Approvisionnements en gaz


Les cours du gaz en Europe étaient aussi montés lundi à l'annonce de la suspension, et ont subi un choc supplémentaire mardi matin avec une explosion au terminal gazier de Baumgarten, dans l'est de l'Autriche, qui a fait un mort et 21 blessés dont un grave.

"La suspension de Forties va mettre 1,2 milliard de pieds cubes de gaz par jour hors du marché - plus de 10% de la demande de gaz du Royaume-Uni", a prévenu Massimo Di Odoardo, analyste spécialiste du gaz chez Wood Mackenzie.

Interrogé par l'AFP, le gouvernement britannique s'est toutefois voulu rassurant sur l'approvisionnement du pays.

"Il n'y a aucun problème d'approvisionnement pour le carburant ou le gaz du fait des réparations nécessaires sur le pipeline Forties", a souligné un porte-parole du gouvernement. "Comme le montrent les données issues de notre réseau national, nous avons des marges confortables tant pour le gaz que pour l'électricité cet hiver", a-t-il ajouté.

Lundi, un premier méthanier chargé gaz naturel liquéfié (GNL) issu du mégaprojet Yamal en Russie a appareillé du port de Sabetta en Sibérie arctique. Cette première cargaison de 170.000 mètres cubes, chargée via ce projet hors norme, a été achetée par Petronas LNG UK, filiale britannique du groupe malaisien Petronas.

Petronas LNG UK reste maître de la destination du méthanier brise-glace et de l'acheteur final de ce gaz.

Le chargement du méthanier, baptisé Christophe de Margerie en raison de l'implication du feu PDG de Total dans le projet Yamal, a été inauguré par le président russe Vladimir Poutine lui-même. Le projet Yamal, chiffré à 27 milliards de dollars, est tenu par un consortium international mené par le groupe privé russe Novatek.


(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 13 juillet 2018 à 22:15

Le pétrole monte mais n'évite pas une lourde chute hebdomada…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé vendredi, tentant, en vain, de limiter le net recul hebdomadaire observé...

vendredi 13 juillet 2018 à 16:21

Le pétrole se stabilise, le marché hésite

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient vendredi dans un marché indécis entre tensions commerciales et risques de perturbation de l'offre, notamment...

vendredi 13 juillet 2018 à 12:29

Le pétrole recule, le marché s'inquiète de la demande mondia…

Londres: Les prix du pétrole baissaient vendredi alors que les investisseurs s'inquiètent de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis...

vendredi 13 juillet 2018 à 05:23

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient vendredi en Asie, dans un contexte d'inquiétudes sur la guerre commerciale entre la Chine et les...

jeudi 12 juillet 2018 à 21:48

Le pétrole se reprend timidement après un plongeon la veille

NYC/Cours de clôture: Le cours du pétrole londonien s'est repris jeudi tandis que le cours new-yorkais a encore peiné, au lendemain d'un...

jeudi 12 juillet 2018 à 18:24

Washington demande à l'ONU l'arrêt des exportations de pétro…

Nations unies: Les Etats-Unis ont demandé jeudi à l'ONU l'arrêt de toute nouvelle exportation de pétrole vers la Corée du Nord, se basant...

jeudi 12 juillet 2018 à 17:35

Libye: réouverture d'un des principaux champs pétroliers du …

Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé jeudi la réouverture d'un des principaux champs pétroliers du sud-ouest du pays...

jeudi 12 juillet 2018 à 16:56

Haïti: le FMI suggère une suppression progressive des subven…

Washington: Le Fonds monétaire international (FMI) a suggéré jeudi que les autorités d'Haïti suppriment de manière plus progressive les subventions sur les...

jeudi 12 juillet 2018 à 16:12

Le pétrole remonte, l'AIE nourrit les inquiétudes sur l'offr…

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens après leurs pertes marquées de la veille alors que l'Agence...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite