Menu
A+ A A-

Le pétrole finit la semaine au plus bas depuis plusieurs mois

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont baissé vendredi dans le sillage d'une semaine catastrophique, qui les a fait retomber au plus bas de l'année face à la prise de conscience d'une offre toujours élevée.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a cédé 79 cents à 48,49 dollars sur le contrat pour livraison en avril au New York Mercantile Exchange (Nymex), finissant au plus bas depuis fin novembre au terme d'une chute hebdomadaire de plus de 9%.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 82 cents à 51,37 dollars sur le contrat pour livraison en mai à l'Intercontinental Exchange (ICE), là aussi au plus bas depuis plus de trois mois, ayant perdu quelque 8% sur la semaine.

"Les investisseurs se disent que c'est le moment de vendre", a résumé Mike Lynch, de Strategic Energy & Economic Research. "Ils se mettent à s'inquiéter du haut niveau des réserves."

Malgré une tentative de rebond en début de séance, les cours ont poursuivi un mouvement brusquement entamé en milieu de semaine, après notamment l'annonce d'un bond des réserves américaines de brut à de nouveaux records.

"Alors que certains investisseurs jugeaient auparavant que la hausse des stocks américains n'avait pas d'importance pour les cours, c'est maintenant devenu la principale inquiétude", s'est étonné dans une note Tim Evans, de Citi.

En effet, le marché n'avait guère évolué lors des précédentes semaines, alors même que le département américain de l'Energie (DoE) faisait déjà état de réserves de brut sans précédent.

Après un début d'année marqué par de très nombreux paris à la hausse, c'est en fait l'équilibre spéculatif du marché qui semble s'être inversé car "le mouvement de vente engagé par le plongeon de mercredi continue à primer sur d'éventuelles chasses aux bonnes affaires", a souligné M. Evans.


Troubles en Libye


Ce retournement a accentué la prise de conscience, déjà sensible depuis de nombreuses séances dans le discours des analystes, que la production américaine ne cesse d'accélérer et a maintenant retrouvé son niveau d'il y un an.

A ce titre, les investisseurs ont encore pris connaissance vendredi d'une nouvelle hausse du nombre de puits en activité aux Etats-Unis, selon le décompte hebdomadaire du groupe privé Baker Hughes.

Ce contexte pousse le marché à "s'inquiéter d'un échec de l'accord entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres pays", a prévenu John Kilduff, d'Again Capital.

Cet accord prévoit des baisses de production avec des quotas précis pour chaque signataire et il avait largement contribué à soutenir le marché lors des derniers mois, mais les observateurs craignent qu'il ait aussi ouvert une brèche aux compagnies américaines, les Etats-Unis n'étant pas impliqués par ce pacte.

"Apparemment, les Saoudiens ne sont pas du tout contents de la reprise de la production américaine de pétrole de schiste et il se pourrait qu'ils ne prolonge pas le pacte", a prévenu M. Kilduff, se faisant l'écho de rumeurs de presse.

L'Arabie saoudite est le principal producteur de l'OPEP et ce sont largement ses efforts qui semblent permettre à l'ensemble du cartel de respecter ses engagements actuels sur une baisse de production - mais ces promesses ne courent pour l'heure que jusqu'à la mi-2017.

"La confiance des investisseurs dans l'effort de l'OPEP pour limiter sa production et augmenter ses prix a pris un coup", a reconnu Enrico Chiorando, analyste chez Love Energy

Pourtant, du point de vue du marché, toutes les nouvelles venues de l'OPEP n'étaient pas mauvaises, avec notamment un déclin de la production en Libye face à un regain de la guerre civile.

Mais le simple fait que "le marché échoue à rebondir face une telle actualité favorable, (...) cela renforce le pessimisme", a conclu M. Evans.

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit la semaine au plus bas depuis plusieurs mois


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 16 juin 2019 à 17:11

    Ryad vise une prolongation de l'accord Opep début juillet

    KARUIZAWA (Japon): Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, a annoncé dimanche que l'Opep se réunirait probablement la première semaine de juillet...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:34

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:09

    Pétroliers: Le Kokuta Courageous au mouillage au large des E…

    Dubai: Le Kokuta Courageous, un des deux pétroliers victimes d'une attaque jeudi dans le Golfe d'Oman, est au mouillage au large des...

    vendredi 14 juin 2019 à 21:24

    Scrutant les tensions en mer d'Oman, le pétrole termine en h…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, les investisseurs s'inquiétant des potentielles répercussions sur le marché du...

    vendredi 14 juin 2019 à 16:07

    Les prix du pétrole divergent, entre demande en baisse et ri…

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant entre les tensions géopolitiques qui mettent l'offre...

    vendredi 14 juin 2019 à 12:13

    Le pétrole recule, l'AIE revoit sa demande à la baisse

    Londres: Les prix du pétrole repartaient en baisse vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a de...

    vendredi 14 juin 2019 à 11:58

    L'AIE révise à nouveau à la baisse sa prévision de demande d…

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a abaissé vendredi pour la deuxième fois consécutive sa prévision de croissance de la demande de...

    vendredi 14 juin 2019 à 07:10

    Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper, vendredi en Asie, au lendemain de l'attaque de deux pétroliers en mer d'Oman, qui...

    jeudi 13 juin 2019 à 20:14

    Le pétrole bondit après des attaques contre deux tankers dan…

    Londres: Les prix du pétrole ont bondi jeudi après des attaques contre deux tankers dans le Golfe ravivant les craintes d'un conflit dans...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite