Menu
A+ A A-

Pétrole: les analystes prudents après l'accord surprise à l'Opep

prix du petrole SingapourSingapour: L'Opep a surpris en annonçant un accord sur la réduction de la production d'or noir qui a vu Ryad accepter que son grand rival iranien en soit exempté, mais les analystes jugeaient jeudi que son impact sur les marchés risquait d'être éphémère.
Si l'annonce mercredi soir de l'accord d'Alger a provoqué un rebond immédiat des cours, ainsi qu'une hausse des valeurs énergétiques aux Etats-Unis et en Asie, les prix du brut repartaient à la baisse jeudi après-midi en Asie.

Après six heures de réunion et des semaines de tractations, l'OPEP a décidé de ramener sa production à un niveau de 32,5 à 33 millions de barils par jour, contre 33,47 mbj en août selon l'Agence internationale de l'Energie (AIE).

Il s'agit de la plus importante limitation depuis celle décidée durant la crise de 2008.

L'accord a été trouvé lorsque Ryad, rival régional de l'Iran et membre dominant de l'OPEP, a accepté que toute limitation soit épargnée à Téhéran.

L'Iran cherche à retrouver ses niveaux de production antérieurs aux sanctions internationales liées à son programme nucléaire.

Une précédente tentative du cartel pour stabiliser le marché avait tourné court en avril, Téhéran ayant refusé de participer aux efforts de réduction.

C'est clairement l'Arabie saoudite qui a baissé le regard la première, permettant à l'Iran, son principal rival, d'augmenter sa production, a déclaré à l'AFP Jeffrey Halley, analyste chez OANDA.

Nous ne devons pas sous-estimer ce changement majeur de la part de l'Arabie. Ces deux là ne sont d'accord sur rien, c'est une concession majeure de l'Arabie destinée à +lubrifier+ le processus, remarque cet analyste.

L'Arabie saoudite, sunnite, et l'Iran, chiite, sont les poids lourds du Moyen-Orient et s'opposent sur toute une série de sujets, comme dans les guerres au Yémen et en Syrie.

Selon les analystes, c'est la chute des revenus du pétrole qui a motivé le cartel même si certains relèvent que celui-ci n'a pas toujours respecté les quotas dans le passé.

Les décisions concrètes sur les objectifs de production de chacun de ses membres doivent encore être déterminés lors du sommet semestriel de l'OPEP, qui produit environ 40% du brut mondial, le 30 novembre à Vienne.

Jusqu'à présent, face au boom des hydrocarbures de schiste américains, les plus riches parmi les 14 membres du cartel avaient choisi de défendre ses parts de marché et ouvert à fond les robinets.


- 'Pressions budgétaires'

Ce refus de réguler le marché, en dépit de la surabondance de l'offre et de la morosité de la demande, a contribué à la baisse des cours, passés de plus de 100 dollars le baril en juin 2014 à moins de 30 dollars début 2016.

L'Arabie saoudite a peut-être revu sa stratégie de dumping destinée à écarter le pétrole de schiste américain car la pression sur son budget approche clairement le point de non retour, a ajouté M. Halley.

Ryad, qui dépend à 73% des recettes pétrolières, a enregistré en 2015 un déficit budgétaire record, ce qui l'a conduit à des mesures d'austérité.

De nombreux membres de l'OPEP souffrent économiquement des prix bas. Leurs économies stagnent ou régressent et ils font face à des problèmes budgétaires, a souligné Greg McKenna, analyste chez AxiTrader.

Il semble donc que l'impératif budgétaire l'ait emporté sur les impératifs politiques. Je crois que la hausse des cours et la réduction promise seront durables, dit-il à l'AFP.

D'autres analystes tablent sur la prudence dans l'attente du sommet de Vienne. Les investisseurs vont également regarder du côté des producteurs non membres de l'OPEP comme la Russie, les Etats-Unis et le Canada.

Les marchés, qui avaient pris jusqu'à 6% après l'annonce de l'accord, ont ensuite reflué en Asie.

Vers 05H00 GMT, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en novembre perdait sept cents, à 46,98 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

Le Brent, également pour livraison en novembre, cédait 18 cents à 48,51 dollars.

Il n'y a pas eu d'accord ces huit dernières années alors il est compréhensible que certains restent sceptiques, a déclaré à l'AFP Alex Furber, analyste chez CMC Markets. L'offre est toujours très abondante. Cela voudrait dire que les perspectives sont toujours baissières pour l'instant.

(c) AFP

Commenter Pétrole: les analystes prudents après l'accord surprise à l'Opep


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:58

    GNL: Total espère finaliser en 2019 un accord sur un projet …

    port moresby: Total espère finaliser au début 2019 un accord pour le développement d'un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) en Papouasie-Nouvelle-Guinée...

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:40

    Le pétrole continue de monter en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse en Asie vendredi après avoir dégringolé pendant un moment mais restaient sous pression du...

    jeudi 15 novembre 2018 à 21:50

    Le pétrole poursuit sa convalescence malgré un bond des stoc…

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé jeudi, poursuivant leur timide rebond entamé la veille après une série de plongeons...

    jeudi 15 novembre 2018 à 17:45

    USA: la production record de pétrole brut tire les stocks à …

    New York: Les stocks de pétrole brut aux États-Unis ont augmenté bien plus que prévu la semaine dernière, tirés notamment par une...

    jeudi 15 novembre 2018 à 16:20

    Le pétrole remonte encore mais les craintes de surabondance …

    Londres: Les cours du pétrole montaient jeudi en cours d'échanges européens pour la deuxième séance consécutive sans parvenir à effacer les pertes...

    jeudi 15 novembre 2018 à 12:46

    La Russie satisfaite d'un baril de pétrole à 70 dollars (Pou…

    Singapour: Un baril de pétrole à 70 dollars "convient parfaitement" à la Russie, a indiqué jeudi Vladimir Poutine, tout en promettant de...

    jeudi 15 novembre 2018 à 12:25

    Les prix du pétrole divergent, le marché hésite avant les st…

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient jeudi en cours d'échanges européens, alors que les données hebdomadaires sur les réserves américaines pourraient éclairer...

    jeudi 15 novembre 2018 à 05:42

    Le pétrole repart à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reprenaient leur chute jeudi en Asie après avoir rebondi, des estimations sur les stocks de brut américain...

    mercredi 14 novembre 2018 à 21:39

    Le pétrole rebondit après une série noire

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à New York et Londres ont rebondi mercredi après avoir cumulé plusieurs séances de...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite