Menu
A+ A A-

Le pétrole poursuit sa remontée, grâce aux bons chiffres de l'emploi américains

cours du petroleCours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur remontée vendredi, soutenus par l'annonce de créations d'emplois aux Etats-Unis nettement supérieures aux attentes, qui ont rassuré le marché sur la santé de la demande.
Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord, pour livraison en septembre, a engrangé 2,26%, pour clôturer à 107,02 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), avec échéance en août, a lui progressé de 2,00%, à 104,79 dollars.

"Les prix ont monté après que le rapport sur l'emploi a montré que l'économie (américaine) était vigoureuse", a commenté, dans une note, Edward Moya, d'Oanda. "Les inquiétudes liées à la croissance ont peut-être été un peu excessives, car le marché du pétrole va rester tendu jusqu'à nouvel ordre."

Selon le ministère du Travail, l'économie américaine a créé, en juin, 374.000 emplois, soit beaucoup mieux que les 250.000 attendus, même si les chiffres ont été révisés en baisse de 74.000 pour les deux mois précédents.

"Il y a une corrélation avec le maintien d'une forte demande d'essence", a souligné John Kilduff, d'Again Capital, les personnes ayant un emploi utilisant, en moyenne, davantage leur véhicule, leur salaire assurant aussi du pouvoir d'achat.

Le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) avait fait état jeudi d'une baisse des stocks d'essence et d'une augmentation de la demande aux États-Unis.

Face à une demande qui ne montre pas de signe de fléchissement, l'offre demeure contrainte, sous l'effet de la guerre en Ukraine et des sanctions qui ont visé la Russie.


Les opérateurs continuent de s'interroger sur le sort de l'oléoduc CPC, qui achemine l'essentiel du brut kazakh vers le port russe de Novorossiisk.

Le consortium a été condamné mardi à suspendre ses activités pour 30 jours par un tribunal russe, qui a invoqué une violation de normes environnementales.

Les opérateurs de l'oléoduc ont interjeté appel, faisant notamment valoir qu'un arrêt prolongé aurait des conséquences irréversibles sur les installations, une disposition prévue par la loi russe et qui permet de suspendre l'exécution.

Autre mauvaise nouvelle pour l'offre, deux rapports ont confirmé que les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs alliés de l'accord OPEP+ étaient toujours très en deçà de leurs objectifs de production.

Bien qu'ayant sensiblement accéléré en juin, les pays du groupe OPEP+ ont encore accusé un retard de 2,5 millions de barils par jour, selon l'agence spécialisée Argus, ou de 2,7 millions selon S&P Global Commodity Insights.

"Ils sont toujours très à la traîne sur leurs quotas et il n'y a plus beaucoup de capacités inutilisées", a réagi John Kilduff.

"C'est un marché acheteur", a commenté Robert Yawger, de Mizuho. "A ces niveaux-là, il faut acheter, parce qu'il n'y a plus de pétrole" supplémentaire disponible.

L'analyste soulignait ainsi la courbe des prix du brut, qui témoigne d'un phénomène de "backwardation" très marqué. Cela signifie que les prix au comptant ou pour les échéances les plus proches sont très nettement supérieurs à ceux des contrats pour livraison plus lointaine.

Cela témoigne d'une forte demande immédiate de pétrole, alors que le marché table sur un fort ralentissement d'ici plusieurs mois, lequel serait principalement la conséquence d'une décélération de l'économie.

(c) AFP


Commenter Le pétrole poursuit sa remontée, grâce aux bons chiffres de l'emploi américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 04 décembre 2022 à 14:40

    L'Opep+ choisit le statu quo dans un contexte instable

    Vienne: Les pays producteurs de pétrole de l'Opep+ ont maintenu dimanche leurs quotas de production dans un climat très incertain, à la...

    samedi 03 décembre 2022 à 21:15

    Plafonnement du prix du pétrole russe: insuffisant pour Kiev…

    Kiev: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a jugé insuffisant samedi le plafonnement du prix de baril de pétrole russe à 60 dollars...

    samedi 03 décembre 2022 à 15:43

    La Russie rejette le plafonnement du prix de son pétrole, pr…

    Moscou: La Russie "n'acceptera pas" le plafonnement du prix du pétrole brut qu'elle exporte et étudie la réponse à apporter à la...

    samedi 03 décembre 2022 à 10:45

    L'Opep+ dans l'incertitude, entre prix en berne et sanctions

    Londres: Nouvelle coupe des quotas de production ou statu quo? L'Opep+ se réunit dimanche dans un contexte délicat, marqué par la chute...

    vendredi 02 décembre 2022 à 23:56

    Accord du G7 et de l'Australie pour plafonner le prix du pét…

    Washington: Les pays du G7, ainsi que l'Australie, se sont entendus vendredi pour plafonner le prix du pétrole russe à 60 dollars...

    vendredi 02 décembre 2022 à 22:54

    Le brut en repli après l'annonce d'un plafonnement des prix …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont conclu en léger recul vendredi, après le plafonnement à 60 dollars du prix du...

    vendredi 02 décembre 2022 à 20:45

    L'UE s'accorde sur un plafonnement des prix du pétrole russe

    Bruxelles: Les pays de l'Union européenne ont trouvé vendredi un accord sur le plafonnement à 60 dollars par baril du prix du...

    vendredi 02 décembre 2022 à 18:25

    La Pologne se rallie à l'accord européen sur le pétrole russ…

    Bruxelles: La Pologne approuve l'accord au sein de l'Union européenne sur un plafonnement à 60 dollars le baril du prix du pétrole...

    vendredi 02 décembre 2022 à 17:20

    L'Inde continuera à acheter du pétrole russe, selon une sour…

    Moscou: L'Inde continuera à acheter du pétrole russe et cherchera même à conclure des contrats à long terme dans la mesure où...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le mercredi 16 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite