Menu
A+ A A-

Les tensions sur l'offre poussent le pétrole Brent au sommet en trois ans

  • Cours du pétrole
prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse vendredi, tirés par une offre restreinte d'or noir notamment aux États-Unis après l'ouragan du mois dernier, et par une demande toujours forte, le Brent atteignant un sommet en près de trois ans.
Vers 15H00 GMT (17H00 HEC), le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 77,68 dollars à Londres, en augmentation de 0,57% par rapport à la clôture de jeudi, après avoir touché quelques instants plus tôt 77,87 dollars, plus haut depuis fin octobre 2018.

À New York, le baril de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le même mois progressait de 0,41% à 73,60 dollars.

"La hausse des prix est facilitée par une offre limitée couplée à une demande robuste, ce qui entraîne un resserrement notable du marché pétrolier", résume Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank.

Dans une note publiée vendredi, les analystes d'UBS voient le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. atteindre 80 dollars d'ici la fin du mois, notamment à la faveur de la "baisse continue des stocks de pétrole".

L'offre est particulièrement perturbée aux États-Unis car l'industrie pétrolière du premier producteur et consommateur de brut au monde subit toujours les effets de l'ouragan Ida dans le Golfe du Mexique et en Louisiane afin août.

Au total, "30 millions de barils n'ont pas été extraits ces 28 derniers jours, et la production n'a pas retrouvé son niveau normal", ont calculé les analystes d'UBS.

Le Bureau de régulation de l'environnement et de la sécurité (BSEE) a indiqué jeudi qu'encore 16% de la production de brut dans le Golfe du Mexique était interrompue.


Les réserves commerciales de brut s'en ressentent. Lors de son point hebdomadaire mercredi, l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) a rendu compte d'une nouvelle diminution, la septième consécutive.

"Les travaux de maintenance au Kazakhstan, ainsi que des perturbations imprévues de l'offre au Nigeria, au Mexique et en Libye, ont aussi pesé sur la production de l'OPEP+", cartel de pays producteurs emmené par l'Arabie saoudite et la Russie, ajoute UBS.

Jeffrey Halley, d'Oanda, relève aussi la flambée des prix du gaz naturel, qui entraîne un report de la demande sur l'or noir, devenu par comparaison plus compétitif, tandis que la faiblesse du dollar rend le brut moins onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Or la demande pétrolière mondiale va connaître un fort rebond après une contraction cet été, causée par la résurgence de cas de Covid-19 en Asie, affirme l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son dernier rapport mensuel.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s'attend quant à elle à ce que la demande mondiale de brut dépasse son niveau d'avant la pandémie l'an prochain, tirée par la vaccination et la reprise économique.

"L'absence de nouveaux confinements en Europe, la reprise solide du transport routier en Chine et l'abandon par les États-Unis des restrictions pour les voyages internationaux (pour les personnes vaccinées, ndlr) à partir de novembre sont autant de facteurs" qui soutiennent la demande, estime Louise Dickson, de Rystad.

(c) AFP

Commenter Les tensions sur l'offre poussent le pétrole Brent au sommet en trois ans


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 17 janvier 2022 à 15:20

    ⛽️ Forte hausse des prix des carburants en ce début d'année …

    Paris: Les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service en France poursuivaient leur hausse la semaine passée. Pour sa part, la moyenne des cours du pétrole...

    lundi 17 janvier 2022 à 14:47

    Le pétrole Brent au plus haut en trois ans, dopé par des ten…

    Londres: Le prix du pétrole brut a atteint lundi un sommet en trois ans, dopé par les perturbations de l'offre en Libye...

    lundi 17 janvier 2022 à 12:50

    Le pétrole Brent touche un plus haut en trois ans

    Londres: Les cours du pétrole prolongeaient leurs gains lundi, le prix du baril Brent européen touchant un plus haut de trois ans...

    vendredi 14 janvier 2022 à 21:47

    Le pétrole au plus haut en deux mois et demi, proche de son …

    New York: Les cours du pétrole ont grimpé vendredi à leurs plus hauts depuis deux mois et demi, alors que la production...

    vendredi 14 janvier 2022 à 12:43

    Le pétrole au plus haut en deux mois, inquiétudes sur l'offr…

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi à leurs plus hauts en plus de deux mois, alors que la production d'or noir...

    jeudi 13 janvier 2022 à 21:36

    Le pétrole se stabilise à haut niveau avant un indicateur ch…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont enregistré un léger repli jeudi, toujours proches des records de la pandémie, dans l'attente...

    jeudi 13 janvier 2022 à 12:17

    Le pétrole stagne, proche des records de prix enregistrés pe…

    Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient jeudi, après une forte hausse la veille, à un niveau proche des records de prix...

    jeudi 13 janvier 2022 à 09:19

    Les prix du pétrole marquent une pause après une phase de ha…

    Zurich : Après avoir encore grimpé mercredi suite à la forte baisse des stocks américains de brut, les prix du pétrole marquaient...

    mercredi 12 janvier 2022 à 21:30

    Le pétrole approche les records d'octobre après une forte ba…

    New York: Les cours du pétrole ont encore grimpé mercredi grâce à la forte baisse des stocks américains de brut, au point...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 Les prix du pétrole pourraient atteindre 125$ en 2022 et 150$ en 2023

    Le mercredi 01 décembre 2021 - L'actualité des prix du pétrole

    New York: Le prix du pétrole brut pourrait s'envoler à 125 dollars le baril l'année prochaine et à 150 dollars en 2023 en raison de la capacité limitée de l'OPEP à augmenter sa production, estiment les analystes de JP Morgan dans leur nouveau rapport.

    Lire la suite

    📉 En novembre 2021, le prix du pétrole diminue un peu

    Le vendredi 17 décembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2021, le prix du pétrole en euros se replie (-1,4 % après +13,8 % en octobre).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) baissent légèrement (-0,6 % après +3,3 %) sous l'effet du recul de ceux des matières premières industrielles (-4,7 % après +4,5 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, restent orientés à la hausse (+2,4 % après +2,5 %). Le prix du pétrole se replie En novembre 2021, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) recule (-3,0 % après +12,1 %)...

    Lire la suite

    Puiser dans les réserves stratégiques de pétrole, mesure rare et temporaire

    Le mardi 23 novembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Washington: En butte à l'accélération de l'inflation qui mécontente les Américains, le président Joe Biden a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les prix de l'essence à la pompe, une initiative rarement utilisée.Cinquante millions de barils de brut américain vont être déversés sur le marché, accompagnés d'une contribution de la Chine, de l'Inde, du Japon, de la Corée du Sud et du Royaume-Uni. L'Inde a précisé qu'elle participerait à hauteur de 5 millions de barils.

    Lire la suite