Menu
A+ A A-

Les tensions sur l'offre poussent le pétrole Brent au sommet en trois ans

  • Cours du pétrole
prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse vendredi, tirés par une offre restreinte d'or noir notamment aux États-Unis après l'ouragan du mois dernier, et par une demande toujours forte, le Brent atteignant un sommet en près de trois ans.
Vers 15H00 GMT (17H00 HEC), le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 77,68 dollars à Londres, en augmentation de 0,57% par rapport à la clôture de jeudi, après avoir touché quelques instants plus tôt 77,87 dollars, plus haut depuis fin octobre 2018.

À New York, le baril de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le même mois progressait de 0,41% à 73,60 dollars.

"La hausse des prix est facilitée par une offre limitée couplée à une demande robuste, ce qui entraîne un resserrement notable du marché pétrolier", résume Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank.

Dans une note publiée vendredi, les analystes d'UBS voient le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. atteindre 80 dollars d'ici la fin du mois, notamment à la faveur de la "baisse continue des stocks de pétrole".

L'offre est particulièrement perturbée aux États-Unis car l'industrie pétrolière du premier producteur et consommateur de brut au monde subit toujours les effets de l'ouragan Ida dans le Golfe du Mexique et en Louisiane afin août.

Au total, "30 millions de barils n'ont pas été extraits ces 28 derniers jours, et la production n'a pas retrouvé son niveau normal", ont calculé les analystes d'UBS.

Le Bureau de régulation de l'environnement et de la sécurité (BSEE) a indiqué jeudi qu'encore 16% de la production de brut dans le Golfe du Mexique était interrompue.


Les réserves commerciales de brut s'en ressentent. Lors de son point hebdomadaire mercredi, l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) a rendu compte d'une nouvelle diminution, la septième consécutive.

"Les travaux de maintenance au Kazakhstan, ainsi que des perturbations imprévues de l'offre au Nigeria, au Mexique et en Libye, ont aussi pesé sur la production de l'OPEP+", cartel de pays producteurs emmené par l'Arabie saoudite et la Russie, ajoute UBS.

Jeffrey Halley, d'Oanda, relève aussi la flambée des prix du gaz naturel, qui entraîne un report de la demande sur l'or noir, devenu par comparaison plus compétitif, tandis que la faiblesse du dollar rend le brut moins onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Or la demande pétrolière mondiale va connaître un fort rebond après une contraction cet été, causée par la résurgence de cas de Covid-19 en Asie, affirme l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son dernier rapport mensuel.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s'attend quant à elle à ce que la demande mondiale de brut dépasse son niveau d'avant la pandémie l'an prochain, tirée par la vaccination et la reprise économique.

"L'absence de nouveaux confinements en Europe, la reprise solide du transport routier en Chine et l'abandon par les États-Unis des restrictions pour les voyages internationaux (pour les personnes vaccinées, ndlr) à partir de novembre sont autant de facteurs" qui soutiennent la demande, estime Louise Dickson, de Rystad.

(c) AFP

Commenter Les tensions sur l'offre poussent le pétrole Brent au sommet en trois ans


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 30 juin 2022 à 23:33

    Le pétrole finit son premier mois en baisse depuis novembre

    New York: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, signant leur premier repli mensuel depuis novembre, sur un marché de...

    jeudi 30 juin 2022 à 15:53

    Plafonner le prix du pétrole russe entraînera un déficit sur…

    Moscou: Plafonner le prix du pétrole russe, comme l'envisagent les pays occidentaux pour punir l'offensive de Moscou en Ukraine, provoquerait un "déficit...

    jeudi 30 juin 2022 à 14:58

    L'Opep+ pompe plus mais pas assez pour freiner l'envolée des…

    Vienne: Les pays producteurs de pétrole de l'Opep+ ont reconduit jeudi leur objectif d'ouverture des vannes légèrement plus importante pour cet été...

    jeudi 30 juin 2022 à 06:40

    Sommée de pomper plus, l'Opep+ ne devrait cette fois pas sur…

    Vienne: Pomper plus, encore et toujours: après avoir accepté début juin d'ouvrir davantage les vannes sous la pression occidentale, les pays producteurs...

    mercredi 29 juin 2022 à 22:10

    Le pétrole baisse, essoufflement de la demande d'essence aux…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé mercredi sur un marché que le ralentissement de la consommation d'essence aux États-Unis...

    mercredi 29 juin 2022 à 17:22

    🛢️ USA: baisse marquée des stocks de pétrole, la consommatio…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont baissé nettement plus que prévu la semaine dernière...

    mercredi 29 juin 2022 à 15:46

    Pétrole: vers un retour en grâce de l'Iran et du Venezuela?

    Londres: La Russie mise au ban, deux membres de l'alliance des producteurs de pétrole Opep+ pourraient tirer leur épingle du jeu, estiment...

    mercredi 29 juin 2022 à 12:57

    Le pétrole en légère hausse avant l'Opep+

    Londres: Le pétrole s'orientait en petite hausse avant la réunion des pays exportateurs de pétrole de l'Opep+ jeudi, dans un contexte de...

    mercredi 29 juin 2022 à 12:50

    L'Opep+ va entamer ses discussions, pressions sur les capaci…

    Londres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (Opep+) entament mercredi une série de réunions de deux jours qui, selon...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 En mai 2022, le prix du pétrole rebondit

    Le mercredi 22 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mai 2022, le prix du pétrole en euros repart à la hausse (+10,6 % après −9,2 % en avril).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient pour la première fois depuis novembre 2021 (−3,7 % après +1,7 %), sous l'effet du net recul de ceux des matières premières industrielles (−9,1 % après −1,7 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, ralentissent (+1,1 % après +5,1 %). Le augmente à nouveau très fortement En mai 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord...

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite