Menu
A+ A A-

Le pétrole termine en baisse, marché centré sur les tensions dans le Golfe

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse lundi, le marché cherchant à évaluer l'impact éventuel sur la production des tensions dans le Golfe entre l'Arabie saoudite et ses alliés d'une part et le Qatar de l'autre.
Le prix du baril de "light sweet crude", référence américaine du brut, a perdu 26 cents à 47,40 dollars sur le contrat pour livraison en juillet au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 48 cents à 49,47 dollars sur le contrat pour livraison en août, à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Le marché fait des allers-retours au sujet de la rupture de plusieurs relations diplomatiques avec le Qatar", a rapporté Phil Flynn de Price Futures.

L'Arabie saoudite mais aussi Bahreïn, les Emirats arabes unis, tous producteurs de pétrole, et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de "soutien au terrorisme".

La rupture des liens diplomatiques est accompagnée de mesures économiques comme la fermeture des frontières terrestres et maritimes, des interdictions de survol et des restrictions sur le déplacement des personnes.

Le marché a d'abord monté dans les échanges électroniques précédant la séance "parce qu'il y avait une panique à la Bourse qatarie et que cela aurait pu mener à des problèmes d'approvisionnement", a détaillé M. Flynn.

Accord de l'OPEP


Le Qatar, très riche en gaz, ne représente que 2% de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et moins de 1% de la production mondiale de brut, mais cette crise intervient sur fond de tensions entre les deux rivaux régionaux que sont l'Arabie saoudite et l'Iran.

La semaine dernière, le Qatar s'était dit victime de "hackers" ayant publié sur le site de l'agence officielle de faux propos attribués à l'émir Tamim rompant avec le consensus régional sur plusieurs sujets sensibles, notamment l'Iran.

"Les craintes d'une éventuelle rupture d'approvisionnement laissent la place à une potentielle mésentente qui pourrait bloquer la coopération entre plusieurs producteurs", a commenté John Kilduff de Again Capital face à un marché reparti à la baisse.

Les pays de l'OPEP, dont l'Arabie saoudite et l'Iran sont engagés dans un effort de baisse de l'offre afin d'éponger le surplus mondial de brut et de faire remonter les cours.

Cet accord été a été prolongé fin mai jusqu'en mars 2018 mais les analystes s'interrogeaient sur sa solidité face à cette crise diplomatique majeure.

"L'Arabie saoudite et l'Iran se mènent une guerre par procuration depuis des années mais ils sont toujours capables de travailler ensemble sur les questions pétrolières", s'est toutefois voulu rassurant Phil Flynn.

"Par ailleurs, le Qatar a fermement soutenu les baisses de production de l'OPEP",a ajouté Helima Croft, analyste chez RBC Capital Markets.

Le marché du pétrole est morose depuis la prolongation de ces accords de réduction de l'offre le 25 mai qui étaient très attendus, et qui n'ont pas donné lieu à une baisse supplémentaire des quotas de production mais seulement de leur maintien au même niveau.

(c) AFP

Commenter Le pétrole termine en baisse, marché centré sur les tensions dans le Golfe


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 17 juin 2019 à 12:43

    Le pétrole baisse un peu sur fond de tensions commerciales

    Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu lundi en cours d'échanges européens dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui...

    lundi 17 juin 2019 à 07:29

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie en raison des tensions géopolitiques dans le Golfe mais...

    dimanche 16 juin 2019 à 17:11

    Ryad vise une prolongation de l'accord Opep début juillet

    KARUIZAWA (Japon): Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, a annoncé dimanche que l'Opep se réunirait probablement la première semaine de juillet...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:34

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:09

    Pétroliers: Le Kokuta Courageous au mouillage au large des E…

    Dubai: Le Kokuta Courageous, un des deux pétroliers victimes d'une attaque jeudi dans le Golfe d'Oman, est au mouillage au large des...

    vendredi 14 juin 2019 à 21:24

    Scrutant les tensions en mer d'Oman, le pétrole termine en h…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, les investisseurs s'inquiétant des potentielles répercussions sur le marché du...

    vendredi 14 juin 2019 à 16:07

    Les prix du pétrole divergent, entre demande en baisse et ri…

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant entre les tensions géopolitiques qui mettent l'offre...

    vendredi 14 juin 2019 à 12:13

    Le pétrole recule, l'AIE revoit sa demande à la baisse

    Londres: Les prix du pétrole repartaient en baisse vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a de...

    vendredi 14 juin 2019 à 11:58

    L'AIE révise à nouveau à la baisse sa prévision de demande d…

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a abaissé vendredi pour la deuxième fois consécutive sa prévision de croissance de la demande de...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite