Menu
A+ A A-

Très légère baisse du pétrole, après des stocks de brut records aux USA

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en très légère baisse mercredi, à l'issue d'une séance marquée par des stocks hebdomadaires de brut atteignant un plus haut historique aux Etats-Unis.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a reculé de 9 cents à 53,11 dollars sur le contrat pour livraison en mars au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord a perdu 22 cents à 55,75 dollars sur le contrat pour livraison en avril à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"On stagne", a commenté Oliver Sloup de iiTrader.com, relevant que les cours restaient dans dans une fourchette étroite.

Depuis le début de l'année, le baril se maintient entre 50 et 54 dollars à New York.

Mercredi, l'annonce d'une très forte progression des stocks de brut, qui battent un record, n'a pas été de nature à faire dévier les cours.

Les prix sont même ponctuellement passés dans le vert juste après la publication de ces données par le département américain de l'Energie (DoE), avant de replier un peu.

Dans le détail, les réserves commerciales de brut ont bondi de 9,5 millions de barils pour atteindre 518,1 millions de barils, au cours de la semaine achevée le 10 février.

C'est bien plus que ce à quoi s'attendaient les analystes interrogés par Bloomberg mais du même ordre que les estimations publiées la veille par la fédération privée American Petroleum Institute (API), qui avaient préparé les esprits.


Baisse des stocks à Cushing

Le DoE a également fait état d'une progression des réserves d'essence un peu plus forte qu'attendu, de 2,8 millions de barils, et d'une légère baisse des stocks de produits distillés (fioul de chauffage, gazole...) de 700.000 barils.

En revanche, les stocks au terminal de Cushing (Oklahoma, sud), qui servent de référence pour la cotation à New York, ont reculé, tout comme les importations.

"De nombreux fonds investissent dans l'idée que les prix vont continuer à grimper parce que l'on va voir des importations beaucoup plus faibles à l'avenir", a commenté Carl Larry, de Frost & Sullivan, expliquant cela par la crainte d'une éventuelle taxe sur les importations évoquée par Washington.

"S'il y a une taxe américaine sur les importations, les stocks aux Etats-Unis vaudront beaucoup plus", a-t-il détaillé.

Plus largement, le marché continue d'osciller entre les réductions de la production engagées par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et le regain de la production américaine de schiste.

Si elle n'a pas montré de signe de progression cette semaine la production de brut américaine a tendance à gonfler depuis fin septembre, dopée par les extractions de pétrole de schiste au moment où l'exploitation de certains gisements redevient rentable avec la hausse des prix.

L'annonce d'une réduction volontaire de l'offre par l'OPEP et ses partenaires, dont la Russie, fin 2016, puis sa mise en place le 1er janvier, ont donné un coup de fouet au cours du baril.

"Une des choses qui pourrait servir de catalyseur au pétrole pour sortir de la fourchette dans laquelle il se trouve, serait si les membres de l'OPEP commençaient à tricher, ce qu'ils ont fait dans le passé", a expliqué Oliver Sloup.

Pour le mois de janvier, le taux de respect des quotas de production par les membres du cartel a toutefois été jugé satisfaisant par les analystes.

(c) AFP

Commenter Très légère baisse du pétrole, après des stocks de brut records aux USA


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 17 septembre 2019 à 21:46

    Suspendu à la production saoudienne, le pétrole se replie ap…

    Cours de clôture: Le prix du brut new-yorkais, qui avait flambé lundi après les attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite...

    mardi 17 septembre 2019 à 18:11

    Le prix du baril de brut chute sur des espoirs de reprise de…

    Londres: Les prix du pétrole chutaient mardi après des informations de presse indiquant que la production saoudienne pourrait être rétablie d'ici deux...

    mardi 17 septembre 2019 à 17:40

    La production d'Aramco de retour à la normale plus vite que …

    Londres: La production pétrolière saoudienne, réduite de moitié après les attaques du week-end, retrouvera un niveau normal dans deux ou trois semaines...

    mardi 17 septembre 2019 à 17:33

    Le baril de brut perd plus de 6%, espoirs de reprise de la p…

    Londres: Les prix du pétrole chutaient mardi après des informations de presse indiquant que la production saoudienne pourrait être rétablie d'ici deux...

    mardi 17 septembre 2019 à 12:03

    La moitié de la production saoudienne suspendue indisponible…

    Dubaï: Quelque trois millions de barils de pétrole saoudien par jour resteront indisponibles pendant un mois, soit environ la moitié de la...

    mardi 17 septembre 2019 à 11:15

    Le pétrole baisse légèrement, incertitude après l'attaque en…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mardi en cours d'échanges européens, dans un contexte incertain après l'explosion des cours la veille...

    mardi 17 septembre 2019 à 09:18

    Les cours du pétrole peinent à refluer après les attaques en…

    Tokyo: Les cours du pétrole n'étaient qu'en très léger recul mardi, après avoir décollé lundi en raison des attaques contre des installations...

    lundi 16 septembre 2019 à 21:06

    Les prix de l'or noir s'enflamment après les attaques contre…

    Cours de clôture: De Moscou à Washington, les autorités ont tenté de rassurer les marchés lundi en affirmant que les attaques contre...

    lundi 16 septembre 2019 à 18:10

    Quantité substantielle de pétrole disponible (ministre US)

    Washington: Le ministre américain de l'Energie, Rick Perry a tenté de freiner la flambée des prix du pétrole lundi déclenchée par une...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Dimanche 15 septembre 2019 Selon le ministre de l'Energie, le prince Abdoulaziz ben Salman, cité samedi par l'agence officielle SPA, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite