Menu
A+ A A-

Le pétrole finit encore en baisse en pleine confusion sur l'Opep

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont baissé vendredi dans la lignée d'une semaine catastrophique, comme s'accentuaient encore les doutes sur une réduction de l'offre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) face à des informations contradictoires du cartel.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a cédé 59 cents à 44,07 dollars sur le contrat pour livraison en décembre au New York Mercantile Exchange, au terme de six séances consécutives de baisse qui l'ont vu perdre près de six dollars.

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, qui observe une évolution semblable, a reculé de 77 cents à 45,58 dollars pour le contrat en livraison en janvier sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"On a zigzagué en fonction de déclarations venues de différentes sources", en premier lieu au sein de l'OPEP, a résumé Phil Flynn, de Price Futures Group.

La séance a été particulièrement hésitante car les cours ont d'abord baissé, ils se sont redressés à l'équilibre, puis ont replongé en fin de séance new-yorkaise.

"Il y a d'abord eu un article ce matin, selon lequel l'Arabie saoudite avait menacé d'augmenter sa production si l'Iran ne respectait pas un accord de baisse de la production", a rapporté M. Flynn.

Ces rumeurs de presse ont plombé un marché déjà en plein doutes sur un projet d'accord annoncé fin septembre par le cartel, dont sont membres l'Arabie saoudite comme l'Iran, en vue de baisser sa production.

Ces supposées menaces de Ryad sont d'autant plus décourageantes que "l'Arabie saoudite est le principal acteur à défendre une baisse de la production", celle-ci devant être mise en oeuvre à l'issue d'un sommet le 30 novembre, a souligné Matt Smith, de ClipperData.

Elles contribuent aussi à la confusion du marché puisque l'Iran, certes grand rival régional de l'Arabie saoudite, est censé être exempté de participer à l'accord, car il est en train de faire son retour sur le marché mondial à la suite de la levée des sanctions.

Après ce premier article de presse, "les cours ont ensuite été relancés car une source identifiée, en l'occurrence le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo, a démenti les menaces saoudiennes", a continué M. Flynn.

Puis, le marché s'est de nouveau replié face à d'autres rumeurs de presse, "une source extérieure à l'OPEP affirmant que c'était tous les producteurs, y compris l'Arabie saoudite, qui allaient augmenter leur production s'il n'y avait pas d'accord", a-t-il poursuivi.


- Reprise des puits

Cette masse de rumeurs semble finalement avoir déboussolé un marché déjà déprimé à l'issue d'une semaine catastrophique pendant laquelle il a totalement effacé son embellie d'octobre, également liée à l'espoir de voir des producteurs extérieurs à l'OPEP rejoindre l'accord.

"Je pense que certains acteurs de l'OPEP laissent filtrer ces déclarations pour envoyer des messages à d'autres producteurs du cartel, afin de les mettre en garde sur ce qui pourrait se passer si un accord n'est pas conclu", a avancé M. Flynn. Des membres de l'OPEP sont également déjà exemptés de l'accord - L'Iran, la Libye et le Nigeria - et d'autres comme l'Irak semblent montrer leur mauvaise volonté.

A ce titre, l'actualité de vendredi, "laisse toujours penser que les membres de l'OPEP ont du mal à se mettre d'accord sur des limites précises à leur production", a écrit Tim Evans, de Citi.

Il soulignait qu'en l'absence de front uni au sein de l'OPEP, il était difficile d'imaginer de grands producteurs, comme la Russie, rejoindre l'accord comme l'espèrent certains investisseurs.

Quant aux Etats-Unis, troisième grand acteur du marché mondial avec l'OPEP et la Russie, "on a pris connaissance d'une hausse du nombre de puits en activité, ce qui a ajouté de la pression sur le marché", a noté M. Flynn.

Etabli chaque semaine par le groupe Baker Hughes, ce décompte laisse craindre une reprise de la production, au moment où les investisseurs ont déjà subi cette semaine le coup de l'annonce d'un bond massif de 15 millions de barils des réserves américaines de brut.

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit encore en baisse en pleine confusion sur l'Opep


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 18 septembre 2019 à 12:56

    Le pétrole baisse mais reste soutenu par le risque élevé en …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens, alors que les investisseurs suivent de près l'évolution de l'approvisionnement...

    mercredi 18 septembre 2019 à 10:39

    Loukoïl met en garde contre l'achat de pétrole... sur Instag…

    Moscou: Le géant pétrolier russe Loukoïl a mis en garde ses clients contre de fausses offres d'achat de pétrole diffusées sur le...

    mardi 17 septembre 2019 à 21:46

    Suspendu à la production saoudienne, le pétrole se replie ap…

    Cours de clôture: Le prix du brut new-yorkais, qui avait flambé lundi après les attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite...

    mardi 17 septembre 2019 à 18:11

    Le prix du baril de brut chute sur des espoirs de reprise de…

    Londres: Les prix du pétrole chutaient mardi après des informations de presse indiquant que la production saoudienne pourrait être rétablie d'ici deux...

    mardi 17 septembre 2019 à 17:40

    La production d'Aramco de retour à la normale plus vite que …

    Londres: La production pétrolière saoudienne, réduite de moitié après les attaques du week-end, retrouvera un niveau normal dans deux ou trois semaines...

    mardi 17 septembre 2019 à 17:33

    Le baril de brut perd plus de 6%, espoirs de reprise de la p…

    Londres: Les prix du pétrole chutaient mardi après des informations de presse indiquant que la production saoudienne pourrait être rétablie d'ici deux...

    mardi 17 septembre 2019 à 12:03

    La moitié de la production saoudienne suspendue indisponible…

    Dubaï: Quelque trois millions de barils de pétrole saoudien par jour resteront indisponibles pendant un mois, soit environ la moitié de la...

    mardi 17 septembre 2019 à 11:15

    Le pétrole baisse légèrement, incertitude après l'attaque en…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mardi en cours d'échanges européens, dans un contexte incertain après l'explosion des cours la veille...

    mardi 17 septembre 2019 à 09:18

    Les cours du pétrole peinent à refluer après les attaques en…

    Tokyo: Les cours du pétrole n'étaient qu'en très léger recul mardi, après avoir décollé lundi en raison des attaques contre des installations...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Dimanche 15 septembre 2019 Selon le ministre de l'Energie, le prince Abdoulaziz ben Salman, cité samedi par l'agence officielle SPA, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite