Menu
A+ A A-

Le pétrole rebondit fortement, l'espoir revenant sur une baisse de l'offre

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont fortement monté mercredi, effaçant un mauvais début de semaine, dans un marché qui se remettait à croire à des actions pour faire baisser l'offre, après l'annonce d'une réunion en avril entre grands pays producteurs.
Le cours du baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril, qui avait baissé de plus de deux dollars depuis le début de la semaine, a regagné 2,12 dollars à 38,46 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a avancé de 1,59 dollar à 40,33 dollars, sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Le marché réagit au fait que des pays producteurs, membres comme non-membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), vont se réunir en avril pour discuter d'un gel de la production, a mis en avant Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Avant même l'ouverture de la séance new-yorkaise, les investisseurs étaient bien disposés par l'annonce par le Qatar de cette réunion, prévue le 17 avril, qu'ils osaient de moins en moins espérer.

Elle doit s'inscrire dans le sillage d'un accord sur un gel de l'offre -entre l'Arabie saoudite, meneur de l'OPEP, le Qatar et le Venezuela, deux plus petits membres, ainsi que la Russie, gros producteur extérieur au cartel-, dont l'annonce en février avait largement contribué à relancer les cours après une chute au plus bas depuis 2003.

La réunion d'avril aura une ampleur plus grande puisqu'elle réunira quinze pays dont la production représente environ les trois quarts de l'offre mondiale.

Ce sera le premier pas d'un long chemin pour les producteurs pour décider ou non de baisser leur offre et voir comment ils peuvent gérer le retour de l'Iran sur le marché, a expliqué M. Lipow.

Membre de l'OPEP, Téhéran, qui commence à revenir sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions liées à son programme nucléaire, exclut formellement de participer à un gel de la production.


- Hausse des stocks aux USA

Alexandre Novak, le ministre russe de l'Energie, a annoncé que l'Iran serait présent en avril, mais rien n'indique que Téhéran soit prêt à revenir sur son intention de relever sa production au niveau où elle était avant les sanctions, a nuancé Tim Evans de Citi.

Bien sûr, il peut toujours y avoir une décision inattendue de baisser la production, entre les participants à la réunion, mais rien ne laisse croire que c'est au programme, et l'Arabie saoudite devrait s'en tenir à sa position actuelle: c'est aux producteurs aux coûts élevés de réduire leur offre, a-t-il jugé.

Membres du trio de tête des producteurs mondiaux avec l'OPEP et la Russie, les Etats-Unis comptent de tels producteurs, présents en premier lieu dans le pétrole de schiste, mais restent pour l'heure en marge des débats sur une baisse concertée de la production mondiale.

D'ailleurs, la perspective de la réunion d'avril a éclipsé l'annonce d'une hausse des réserves de brut aux Etats-Unis, a remarqué M. Lipow. On continue à les voir augmenter à des niveaux très élevés, alors que l'offre est déjà très excessive au niveau mondiale.

Néanmoins, même si cette hausse hebdomadaire de 1,3 million de barils, annoncée par le département de l'Energie (DoE) porte de nouveau les stocks de brut à un niveau sans précédent depuis 1930, elle est moindre que prévu et s'accompagne de l'annonce plus favorable d'une baisse de la production américaine.

De plus, les réserves d'essence ont décliné, même si moins que prévu, comme celles de produits distillés, tel le fioul.

Ce type d'évolution devrait être régulier en mars et pendant la plus grande partie d'avril, car les raffineries entrent en période de maintenance et liquident leurs réserves d'essence d'hiver, a conclu Matt Smith, de ClipperData.

Enfin, en fin de séance, les cours, déjà en forte hausse, ont accéléré sur fond d'affaiblissement du dollar, favorable au marché pétrolier puisqu'il est libellé en monnaie américaine, après une décision attentiste de la Réserve fédérale (Fed) quant à la politique monétaire américaine.
(c) AFP

Commenter Le pétrole rebondit fortement, l'espoir revenant sur une baisse de l'offre


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 20 juillet 2019 à 16:55

    L'Iran sourd aux appels à libérer un pétrolier battant pavil…

    Londres: L'Iran restait samedi sourd aux multiples appels à libérer un pétrolier battant pavillon britannique arraisonné dans le détroit d'Ormuz, le Royaume-Uni...

    samedi 20 juillet 2019 à 12:03

    Le pétrolier britannique impliqué dans un incident en mer av…

    Genève: Le pétrolier britannique Stena Impero a été impliqué dans un incident avec un bateau de pêche avant d'être confisqué par les...

    samedi 20 juillet 2019 à 11:52

    Le pétrole en hausse après l'arraisonnement d'un pétrolier b…

    New York: Les prix du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi, après plusieurs jours de baisse, poussés en fin de séance par...

    vendredi 19 juillet 2019 à 11:40

    Le pétrole en hausse après que Washington a annoncé la destr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, aidés par l'accroissement des tensions entre les États-Unis et l'Iran dans...

    jeudi 18 juillet 2019 à 21:27

    Le pétrole baisse face au surplus d'offre et aux tensions co…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé pour la sixième séance de suite jeudi, réagissant à la crainte d'une offre...

    jeudi 18 juillet 2019 à 12:09

    Le pétrole morose au lendemain des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole remontaient sans entrain jeudi en cours d'échanges européens, après avoir souffert la veille, notamment du fait d'un...

    mercredi 17 juillet 2019 à 21:37

    Le pétrole recule avec la baisse de la demande américaine d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont baissé pour la troisième journée de suite mercredi, lestés par l'annonce d'une hausse surprise...

    mercredi 17 juillet 2019 à 17:14

    USA: les stocks de pétrole brut baissent pour la cinquième s…

    New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé conformément aux attentes la semaine dernière aux Etats-Unis, baissant pour la cinquième semaine...

    mercredi 17 juillet 2019 à 10:36

    Le pétrole remonte un peu après sa chute de mardi et avant l…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi au début des échanges européens après leur chute de mardi sur fond de signaux...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite