Menu
A+ A A-

Le brut creuse ses pertes, inquiétudes sur une offre surabondante

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole poursuivaient leur repli lundi en fin d'échanges européens, pâtissant des inquiétudes sur une surabondance de l'offre et d'une érosion de la demande, et accélérant leur baisse suite à l'avertissement de Standard & Poor's sur la dette américaine.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, s'échangeait à 107,03 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 2,63 dollars par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai lâchait 2,22 dollars à 121,23 dollars.

A l'instar des marchés boursiers, les cours du baril ont accéléré leur repli après la dégradation à "négative", par l'agence de notation Standard & Poor's, la perspective sur la note sur la dette des Etats-Unis.

Les prix continuaient par ailleurs de ployer sous les craintes d'une offre de pétrole trop abondante face à une modération de la demande.

"Il n'y a pas de véritable pénurie sur le marché du pétrole" et en l'absence d'une nouvelle aggravation de la situation dans le monde arabe, "les prix du pétrole ne devraient pas continuer leur progression", ont estimé les analystes de Commerzbank.

Le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) Abdallah El Badri a jugé lundi, lors d'une réunion énergétique au Koweït, que le marché était "suffisamment" approvisionné et qu'il n'y avait pas lieu d'augmenter la production.

De son côté, l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, a reconnu dimanche avoir abaissé sa production de 800'000 barils par jour en mars par rapport à février, en soulignant que le marché était "approvisionné en abondance".

"L'Arabie saoudite justifie cette baisse en mettant en avant que la faiblesse de la demande (...) était plus importante que la chute de l'offre due au conflit libyen", commentait Olivier Jakob, du cabinet suisse Petromatrix.

La perspective d'une érosion de la consommation pétrolière mondiale en raison de prix du pétrole élevés et de leur impact sur la croissance économique, une perspective évoquée de nouveau ce week-end par l'Agence internationale de l'Energie (AIE), continue de hanter le marché.

Selon le rapport mensuel du cabinet d'études londonien CGES paru lundi, "comme l'Opep ne montre aucun signe de hausse de sa production, cela signifie qu'un rééquilibrage du marché ne pourra passer que par un recours aux stocks des pays consommateurs et par un affaiblissement de la demande".

Un nouveau relèvement des réserves obligatoires des banques en Chine, susceptible d'affecter la consommation énergétique du géant asiatique, contribuait par ailleurs à la baisse du marché pétrolier.

Par ailleurs, la situation au Nigeria, plus gros producteur africain de brut, "ne semble plus justifier une prime de risque" sur les cours du pétrole, après la victoire assurée du président sortant Goodluck Jonathan à l'élection présidentielle tenue dimanche, relevait M. Jakob.

"Il n'y a pas eu de menace spécifique pour les installations pétrolières ce week-end. Goodluck Jonathan est natif de la région pétrolière du Sud du pays, et s'il y a des manifestations hostiles face aux résultats, ce sera dans le Nord, région dépourvue de pétrole", notait M. Jakob.

De fait, des émeutes ont éclaté lundi dans plusieurs villes de la moitié nord du pays.

fah

(AWP/18 avril 2011 18h35)

Commenter Le brut creuse ses pertes, inquiétudes sur une offre surabondante


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    lundi 18 février 2019 à 04:27

    Le pétrole orienté en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, lundi en Asie, toujours portés par l'élan d'optimisme de la semaine passée.

    vendredi 15 février 2019 à 20:52

    Le pétrole au plus haut depuis trois mois, entre efforts de …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont hissés vendredi à leur sommet depuis novembre alors que la production de l'Organisation...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite