Menu
A+ A A-

Le brut creuse ses pertes, inquiétudes sur une offre surabondante

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole poursuivaient leur repli lundi en fin d'échanges européens, pâtissant des inquiétudes sur une surabondance de l'offre et d'une érosion de la demande, et accélérant leur baisse suite à l'avertissement de Standard & Poor's sur la dette américaine.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, s'échangeait à 107,03 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 2,63 dollars par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai lâchait 2,22 dollars à 121,23 dollars.

A l'instar des marchés boursiers, les cours du baril ont accéléré leur repli après la dégradation à "négative", par l'agence de notation Standard & Poor's, la perspective sur la note sur la dette des Etats-Unis.

Les prix continuaient par ailleurs de ployer sous les craintes d'une offre de pétrole trop abondante face à une modération de la demande.

"Il n'y a pas de véritable pénurie sur le marché du pétrole" et en l'absence d'une nouvelle aggravation de la situation dans le monde arabe, "les prix du pétrole ne devraient pas continuer leur progression", ont estimé les analystes de Commerzbank.

Le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) Abdallah El Badri a jugé lundi, lors d'une réunion énergétique au Koweït, que le marché était "suffisamment" approvisionné et qu'il n'y avait pas lieu d'augmenter la production.

De son côté, l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, a reconnu dimanche avoir abaissé sa production de 800'000 barils par jour en mars par rapport à février, en soulignant que le marché était "approvisionné en abondance".

"L'Arabie saoudite justifie cette baisse en mettant en avant que la faiblesse de la demande (...) était plus importante que la chute de l'offre due au conflit libyen", commentait Olivier Jakob, du cabinet suisse Petromatrix.

La perspective d'une érosion de la consommation pétrolière mondiale en raison de prix du pétrole élevés et de leur impact sur la croissance économique, une perspective évoquée de nouveau ce week-end par l'Agence internationale de l'Energie (AIE), continue de hanter le marché.

Selon le rapport mensuel du cabinet d'études londonien CGES paru lundi, "comme l'Opep ne montre aucun signe de hausse de sa production, cela signifie qu'un rééquilibrage du marché ne pourra passer que par un recours aux stocks des pays consommateurs et par un affaiblissement de la demande".

Un nouveau relèvement des réserves obligatoires des banques en Chine, susceptible d'affecter la consommation énergétique du géant asiatique, contribuait par ailleurs à la baisse du marché pétrolier.

Par ailleurs, la situation au Nigeria, plus gros producteur africain de brut, "ne semble plus justifier une prime de risque" sur les cours du pétrole, après la victoire assurée du président sortant Goodluck Jonathan à l'élection présidentielle tenue dimanche, relevait M. Jakob.

"Il n'y a pas eu de menace spécifique pour les installations pétrolières ce week-end. Goodluck Jonathan est natif de la région pétrolière du Sud du pays, et s'il y a des manifestations hostiles face aux résultats, ce sera dans le Nord, région dépourvue de pétrole", notait M. Jakob.

De fait, des émeutes ont éclaté lundi dans plusieurs villes de la moitié nord du pays.

fah

(AWP/18 avril 2011 18h35)

Commenter Le brut creuse ses pertes, inquiétudes sur une offre surabondante


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:23

    L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:20

    Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:02

    Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

    Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

    mardi 13 novembre 2018 à 09:24

    Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

    Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite