Menu
RSS
A+ A A-

Le brut recule à New York: initiatives mondiales pour stopper la flambée

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mardi à New York après plusieurs initiatives internationales favorables à leur apaisement, ce que le marché interprétait comme une démarche concertée visant à empêcher que le prix élevé de l'or noir ne pèse sur la reprise.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril a cédé 2,48 dollars par rapport à la clôture de lundi à 105,61 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a terminé à 124,12 dollars, en repli de 1,59 dollar par rapport à la clôture de lundi.

"L'Arabie Saoudite a répété qu'elle allait faire ce qui était nécessaire pour palier les éventuelles problèmes d'approvisionnement au Moyen-Orient (...) et je crois que cela s'inscrit dans des efforts internationaux pour desserrer les risques d'une catastrophe pour l'économie" si l'or noir devait se maintenir à ces niveaux, a résumé Rich Ilczysyn, du site d'analyse iitraders.com.

"Des cours élevés ont le potentiel de faire dérailler l'économie et je crois que c'est très important pour le marché de prendre note de ces développements", a-t-il fait valoir.

Le gouvernement saoudien s'est en effet engagé lundi à "assurer une offre adéquate de pétrole", à "stabiliser le marché du pétrole" et à "ramener les prix à des niveaux raisonnables" pour les producteurs et les consommateurs, selon le quotidien saoudien Arab News citant le cabinet du Roi.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, avait indiqué à plusieurs reprises ces dernières semaines se tenir prête à compenser tout déficit d'approvisionnement sur le marché pétrolier, alors que les opérateurs s'inquiètent de l'impact des sanctions internationales contre l'Iran.

"Le marché commence à voir l'effet de la décision d'apaiser les cours et d'affréter plus de pétrolier vers les Etats-Unis", a souligné Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Même si de réelles perturbations advenaient dans cette région, le début du printemps dans l'hémisphère nord devrait "soulager la demande et permettre de renforcer les stocks", a fait valoir JPMorgan.

Dans le même temps, les Etats-Unis ont annoncé mardi qu'ils allaient exempter 11 pays, dont la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et le Japon, des nouvelles sanctions financières visant les institutions contribuant à l'importation de pétrole iranien, car ayant réduit de manière notable leurs achats.

Une nouvelle loi américaine, qui doit prochainement entrer en vigueur, menace de sanctions les institutions financières ayant des rapports avec la Banque centrale iranienne, qui gère généralement le commerce du pétrole. Elle s'inscrit dans le bras de fer qui oppose Washington à Téhéran dans le dossier du nucléaire iranien.

"Il ne faudrait pas être surpris d'apprendre que (le président américain) Barack Obama mène des discussions avec l'Iran (dans le cadre) de ces efforts internationaux pour faire baisser les cours du pétrole", a remarqué Rich Ilczysyn.

Autre élément indiquant une volonté mondiale de freiner la flambée des cours, la Chine a annoncé qu'elle allait procéder à la plus forte augmentation du prix de l'essence et du gazole en presque trois ans en raison des niveaux très élevés des cours du brut. Pékin est le premier consommateur d'énergie et deuxième consommateur d'or noir au monde.

"Beaucoup de ressources ont baissé quand ils ont fait cette annonce qui vise à ralentir l'économie", a dit M. Ilczysyn.

Par ailleurs, la compagnie nationale pétrolière libyenne NOC a indiqué que le pays devrait exporter près de 1,4 million de barils par jour (mbj) en avril, soit plus qu'avant la guerre civile.

"Le retour de l'offre libyenne sur le marché pétrolier, après la fin de la guerre civile à l'automne dernier, est intervenu bien plus rapidement qu'attendu", ont commenté les analystes de Commerzbank.

rp



(AWP / 21.03.2012 06h21)


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 13 novembre 2018 à 16:22

Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

mardi 13 novembre 2018 à 14:12

Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

mardi 13 novembre 2018 à 12:23

L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

mardi 13 novembre 2018 à 12:20

Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

mardi 13 novembre 2018 à 12:02

Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

mardi 13 novembre 2018 à 09:24

Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

mardi 13 novembre 2018 à 07:27

Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

mardi 13 novembre 2018 à 04:11

Le pétrole chute en Asie

Singapour: Les cours du pétrole dégringolaient mardi en Asie après des déclarations du président Donald Trump réclamant des cours plus bas au...

lundi 12 novembre 2018 à 22:55

Le pétrole en petite baisse, partagé entre Ryad et Washingto…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite baisse lundi, applaudissant d'abord la volonté saoudienne de réduire sa production...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

Lire la suite

Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

Lire la suite

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

Lire la suite