Menu
RSS
A+ A A-

Le brut creuse ses pertes, regain d'inquiétude sur la demande mondiale

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole accentuaient leur recul lundi en fin d'échanges européens, sous le coup d'inquiétudes grandissantes sur les perspective de demande mondiale, face à la montée du chômage aux Etats-Unis, au ralentissement de l'économie en Chine et à la crise de la dette en zone euro.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août s'échangeait à 116,94 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, se repliant de 1,39 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance lâchait 1,53 dollar à 94,67 dollars.

"Il y a beaucoup trop d'incertitudes sur les marchés et une forte prudence des opérateurs", commentait Myrto Sokou, analyste du courtier Sucden.

"Les chiffres décevants sur l'emploi aux Etats-Unis ont fourni des signaux négatifs sur l'économie américaine, et la peur d'une contagion de la crise des dettes souveraine à travers la zone euro continue de dominer les marchés", résumait-elle.

Le rapport mensuel sur l'emploi américain, publié vendredi, a fait état d'une stagnation des créations d'emplois et d'une remontée contre toute attente du taux de chômage aux Etats-Unis en juin.

Ce rapport "a été un choc pour la plupart des opérateurs (...) et a renforcé les craintes d'un possible retour en récession" du premier pays consommateur de brut de la planète, expliquaient les analystes du cabinet viennois JBC Energy.

Les cours pâtissaient de surcroît du sensible renchérissement du dollar face à un euro sous pression, tombé brièvement lundi sous le seuil de 1,40 dollar pour la première fois depuis sept semaines.

Alors que les ministres des Finances de la zone euro se réunissaient lundi à Bruxelles pour tenter de mettre sur pied un deuxième plan d'aide à la Grèce, les inquiétudes sur une possible contagion de la crise à l'Italie s'intensifaient, avec une envolée à des niveaux inédits des rendements obligataires du pays.

L'appréciation du billet vert face à l'euro rend moins attractifs les achats de pétrole, libellés dans la monnaie américaine, pour les investisseurs munis d'autres devises.

Enfin, un ralentissement de la demande chinoise alimentait la nervosité des investisseurs.

Les importations de pétrole brut du géant asiatique, deuxième consommateur mondial, ont baissé d'environ 6% en juin par rapport au mois précédent, tombant à leur plus bas niveau depuis octobre, rapportait JBC Energy, se basant sur des statistiques officielles publiées dimanche.

"L'ensemble des importations chinoises a progressé en juin de 19,3% sur un an, la plus faible progression mensuelle depuis 20 mois, ce qui pourrait indiquer un essoufflement de la croissance économique" du géant asiatique, ajoutait Tamas Varga, analyste du courtier PVM.

L'accélération de l'inflation chinoise à 6,4% en juin, son plus haut niveau en trois ans selon un indicateur publié samedi, avivait également les préoccupations des opérateurs, qui redoutent de nouvelles mesures de resserrement monétaire propre à ralentir encore davantage la croissance du pays.

Le retournement des cours du baril après deux semaines de forte hausse montre que "si les perspectives de croissance (chez les principaux pays consommateurs) sont mises en doute, alors l'humeur des investisseurs bascule rapidement et on les voit déserter les marchés pétroliers", relevait Tamas Varga.

sm



(AWP / 11.07.2011 18h31)


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 20 avril 2018 à 21:39

Le pétrole avance, les déclarations de l'Opep éclipsant cell…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé vendredi, davantage influencés par les déclarations à l'occasion d'une réunion de l'Opep que...

vendredi 20 avril 2018 à 16:48

Ryad veut un pétrole plus cher, Donald Trump s'y oppose

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 16:42

Le pétrole en berne, Trump voit les efforts de l'Opep d'un m…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a suscité de vives...

vendredi 20 avril 2018 à 14:18

Trump dénonce le cours "artificiellement" élevé du…

Washington: Le président américain Donald Trump s'en est pris vendredi aux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), estimant que...

vendredi 20 avril 2018 à 13:39

Le marché peut absorber des prix du pétrole plus élevés (min…

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 13:38

Le pétrole hésite, l'accord de l'Opep dans le viseur de Dona…

Londres: Les prix du pétrole hésitaient vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Opep et ses partenaires tenaient une réunion de suivi...

vendredi 20 avril 2018 à 11:57

Pétrole: la Russie voit des bases solides pour prolonger l'a…

Djeddah (arabie saoudite): La Russie a affirmé qu'il y avait "des bases très solides" pour prolonger la coopération entre les membres de...

vendredi 20 avril 2018 à 06:23

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement vendredi en Asie dans un marché volatil, en attendant une réunion de l'Opep dans un...

vendredi 20 avril 2018 à 06:03

Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

Paris: Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En février 2018, le prix du pétrole diminue

Le mercredi 21 mars 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En février 2018, le prix du pétrole en euros se replie (−6,6 % après +4,1 % en janvier). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent légèrement (+0,3 % après +0,2 %). Le prix du pétrole diminue En février 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros diminue après sept mois de hausse (−6,6 % après +4,1 % en janvier), à 53 € en moyenne par baril. La baisse de février est un peu moins marquée en dollars (−5,4 % après +7,3 %). Cours du pétrole février 2018...

Lire la suite

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite