Menu
A+ A A-

Le pétrole poursuit sa baisse à la recherche d'un plancher

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont continué à baisser jeudi, restant au plus bas depuis trois mois en raison des inquiétudes persistantes face au niveau élevé de l'offre mondiale, même si certains observateurs espéraient une stabilisation prochaine.
Le cours du baril de référence (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en septembre a perdu 78 cents à 41,14 dollars sur le New York Mercantile Exchange, enregistrant sa sixième séance consécutive de baisse et terminant au plus bas depuis avril.

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, référence européenne du brut, pour livraison en septembre, a baissé de 77 cents à 42,70 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), soit aussi son plus bas niveau depuis avril.

"On dirait que s'évaporent les attentes d'un rééquilibrage de l'offre et de la demande", a reconnu Gene McGillian, de Tradition Energy. "L'attention des investisseurs se concentre sur les réserves élevées de pétrole comme de carburant à travers le monde."

C'est notamment aux Etats-Unis que la situation préoccupe les marchés, car les réserves d'essence ne cessent d' augmenter depuis plusieurs semaines, alors qu'elles baissent normalement en période estivale, et les stocks de brut y ont rebondi par surprise, selon des chiffres publiés mercredi par le département de l'Energie (DoE).

Dans ce contexte, les investisseurs "se préparent déjà à une baisse de la demande à la fin de l'été", a rapporté M. McGillian.

Le repli engagé en juillet par les cours, qui avaient auparavant réussi à quasiment doubler de valeur pendant le printemps face à divers problèmes de production dans le monde, dure désormais depuis assez longtemps pour témoigner d'un véritable accès de pessimisme, qui, selon certains, porte en lui un aspect autoréalisateur.

"Le sentiment pessimiste est alimenté par l'idée que les cours auront bientôt perdu plus de 20% par rapport à leurs pics de juin", a ainsi écrit Tim Evans, de Citi.

- Attention à l'Iran

Plutôt que les inquiétudes sur les réserves américaines, il préférait insister sur la hausse de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui prolonge la période de surabondance.

L'Arabie saoudite, membre dominant du cartel, avait certes évoqué en début d'année l'idée d'un gel de l'offre, mais cette idée semble enterrée, notamment après l'échec d'un sommet en avril, auquel avait aussi participé la Russie.

Au sujet de l'Opep, la déprime du marché a pu être alimentée jeudi par quelques bribes d'informations sur l'Iran, membre du cartel, selon les termes de Matt Smith, de ClipperData.

Il faisait notamment référence à des estimations publiées par l'agence Bloomberg, selon lesquelles l'Iran, qui a fait son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions liées à son programme nucléaire, avait drastiquement accéléré ses exportations vers l'Asie lors du premier semestre, en premier lieu l'Inde.

Ceci dit, depuis quelques mois, on assiste aussi à une accélération vers l'Europe, a rapporté M. Smith, évoquant une hausse des exportations vers les Pays-Bas, la France et la Grèce.

Malgré ces éléments décourageants, les cours restent pour l'heure bien au-dessus de leur niveau de février, quant ils avaient chuté au plus bas depuis 2003 à guère plus de 25 dollars le baril à New York.

"Cette correction se rapproche de niveau où l'on va commencer à trouver un plancher", a assuré M. McGillian. "On a peut-être vu disparaître certains facteurs qui avaient conduit les cours à plus de 50 dollars, mais les principaux sont toujours là."

"La production américaine reste inférieure d'un million de barils par jour (bj) à son pic d'il y a un an", a-t-il précisé. "Et, même si la demande mondiale de pétrole reste un peu incertaine, on s'attend plutôt à ce que la croissance économique se maintienne. Je pense que cela soutiendra le marché lors des prochaines semaines."

(c) AFP

Commenter Le pétrole poursuit sa baisse à la recherche d'un plancher


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 10 juillet 2020 à 21:55

    Les cours du pétrole se redressent en fin de semaine

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont retrouvé de l'allant vendredi, aidés par les espoirs d'un vaccin contre le Covid-19, un...

    vendredi 10 juillet 2020 à 17:48

    Les cours du pétrole relèvent la tête en fin de semaine

    Londres: Les prix du pétrole retrouvaient de l'allant vendredi, aidés par les espoirs d'un vaccin contre le Covid-19, un léger recul du...

    vendredi 10 juillet 2020 à 13:17

    Les cours du pétrole plombés par la recrudescence des contam…

    Londres: Les prix du pétrole étaient de nouveau orientés à la baisse vendredi, les investisseurs étant préoccupés par la progression du virus...

    vendredi 10 juillet 2020 à 12:45

    Libye: reprise de la production de pétrole après des mois de…

    Tripoli: La Compagnie libyenne nationale de pétrole (NOC) a annoncé vendredi la reprise de la production et des exportations de pétrole en...

    vendredi 10 juillet 2020 à 12:00

    Pétrole: l'AIE voit la production mondiale repartir à la hau…

    Paris: Après avoir atteint son plus bas en neuf ans, la production mondiale de pétrole devrait repartir à la hausse dès juillet...

    jeudi 09 juillet 2020 à 21:28

    Le pétrole flanche face au Covid-19 et une offre amenée à au…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en baisse jeudi devant l'évolution de la pandémie de Covid-19, qui menace la...

    jeudi 09 juillet 2020 à 17:24

    Le pétrole flanche face au Covid-19 et à une offre amenée à …

    Londres: Les prix du pétrole, après s'être maintenus à l'équilibre au cours de la séance européenne, reculaient jeudi devant l'évolution de la...

    jeudi 09 juillet 2020 à 12:01

    Le pétrole plafonne face au Covid-19 et à une offre amenée à…

    Londres: Les prix du pétrole étaient toujours bloqués autour de 40 dollars le baril jeudi, contraints par l'évolution de la pandémie, qui...

    mercredi 08 juillet 2020 à 21:20

    Le pétrole monte à la faveur d'une baisse des stocks américa…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en légère hausse mercredi, soutenus par une baisse marquée des stocks d'essence aux...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 2 juillet 2020 Le panier de référence de l’Opep (ORB), constitué des cours de référence de 13 pétroles bruts, a augmenté significativement mercredi 1 juillet pour atteindre 42,66 dollars.
    Il est constitué des bruts suivants: Saharan Blend (Algérie), Girassol (Angola), Arab Light (Arabie saoudite), Djeno (Congo), Murban (Emirats arabe unis), Rabi Light (Gabon), Zafiro (Guinée), Basra Light (Irak), Iran Heavy (Iran), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria) et le Merey (Venezuela).

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite

    Le prix du pétrole peut-il rester bas pour longtemps ?

    Le jeudi 30 avril 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du pétrole a beaucoup reculé à cause du coronavirus, alors que les efforts des producteurs pour stabiliser le marché sont restés vains. Le cours du pétrole peut-il rester bas longtemps ?

    Lire la suite