Menu
RSS
A+ A A-

Le brut enregistre sa plus forte chute à New York en 7 mois après la Fed

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont plongé de près de 3 dollars à New York jeudi, enregistrant leur plus forte chute depuis novembre, miné par la perspective d'un ralentissement progressif du soutien énorme de la banque centrale américaine à l'économie et un mauvais indicateur chinois.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet, dont c'était le dernier jour de cotation, a dégringolé de 2,84 dollars, à 95,40 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours du brut coté à New York n'avaient pas connu un tel plongeon depuis le 7 novembre, au lendemain de la réélection du président américain Barack Obama, lorsque l'or noir avait glissé de 4,27 dollars sur fond d'incertitudes des marchés financiers.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a dégringolé de 3,97 dollars à 102,15 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), enregistrant là aussi sa plus forte baisse depuis le 7 novembre, quand le baril avait chuté de 4,25 dollars.

Comme dans le reste du monde, le marché du brut a assisté "à un bain de sang (...), tout --des matières premières aux marchés actions--" a considérablement reculé, a commenté Matt Smith, de Schneider Electric. "C'est l'un de ces jours où la peur du risque est à son maximum".

Au coeur des inquiétudes des courtiers, le président de la Réserve Fédérale Ben Bernanke a averti mercredi, à l'issue d'une réunion de politique monétaire très attendue, que la Fed pourrait appuyer sur la pédale de frein et réduire dès cette année son concours financier énorme à l'économie américaine, en cas d'amélioration de la conjoncture.

Or, ses injections de liquidités dans le circuit financier, à hauteur de 85 milliards de dollars chaque mois, ont largement participé à l'embellie observée sur les marchés ces derniers mois, et à l'attractivité des actifs jugés risqués, comme les matières premières et le brut.

"Les opérateurs ont voulu croire que Ben Bernanke ne pensait pas sérieusement à un ralentissement" des achats d'actifs de l'institution. "Ils ont pu voir qu'ils s'étaient lourdement trompés", a commenté Phil Flynn, de Price Futures Group.

La perspective de la diminution de ces mesures de soutien, qui ont tendance à diluer le billet vert, a en outre pesé sur le pétrole, a ajouté Rich Illczyszyn, de iiTrader.com.

En effet un coup de fouet du dollar rend moins intéressants les achats d'actifs libellés dans cette monnaie, comme l'or noir.

"Nous sommes actuellement inquiets de l'impact (de la hausse du dollar) sur la demande de pétrole dans les marchés émergents à cause de l'affaiblissement de leur monnaie face au dollar", a commenté Olivier Jakob, de Petromatrix. La roupie indienne et le real brésilien ont été particulièrement affectés.

La plus grande partie de la croissance de la demande mondiale d'or noir provient actuellement des pays émergents, Inde et Chine en tête.

Une statistique chinoise peu brillante a également accentué la glissade des prix du pétrole, très réactifs aux signes de la santé du géant asiatique. Le deuxième consommateur de brut au monde a enregistré en juin sa plus forte contraction de la production manufacturière depuis neuf mois, selon un indice publié par la banque HSBC.

Pour M. Illczyszyn, ces craintes pour la demande en actifs pétroliers ont précipité une chute du brut qui était inévitable: "le marché s'était hissé bien trop haut, quand l'on sait la situation de l'offre et de la demande" en particulier aux Etats-Unis, où les réserves, proches de niveaux historiques, ont enregistré mercredi une nouvelle hausse.

rp



(AWP / 21.06.2013 06h21)


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 août 2018 à 21:52

Le pétrole regagne du terrain mais finit la semaine en retra…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, aidés par deux dossiers commerciaux impliquant les Etats-Unis, la Chine et le Mexique, ont progressé...

vendredi 17 août 2018 à 16:19

Le pétrole regagne du terrain mais reste en repli hebdomadai…

Londres: Les cours du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 12:13

Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

Londres: Les prix du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 07:57

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère baisse, vendredi en Asie, les investisseurs demeurant prudents quant à la perspective de...

jeudi 16 août 2018 à 22:05

Le pétrole se remet modestement d'une lourde chute

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole sont un peu remontés jeudi, dans un marché peinant à se ressaisir après des pertes...

jeudi 16 août 2018 à 16:08

Le pétrole efface une partie de ses pertes dues aux réserves…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes marquées...

jeudi 16 août 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché digère la hausse des stocks am…

Londres: Les prix du pétrole rebondissaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes...

jeudi 16 août 2018 à 11:59

Norvège: la production pétrolière augmente moins qu'attendu …

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a augmenté en juillet, sans toutefois combler les attentes...

jeudi 16 août 2018 à 06:25

Le pétrole remonte en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, jeudi en Asie, après le plongeon enregistré la veille en raison du...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite