Menu
A+ A A-

Le cours poursuit son recul, en dépit d'une nouvelle chute des stocks US

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole poursuivaient leur recul mercredi en fin d'échanges européens, dans un marché toujours inquiet de la solidité de la demande américaine en dépit d'une nouvelle chute des stocks de brut aux Etats-Unis.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la Mer du Nord pour livraison en juillet, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 118,25 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,91 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 90 cents à 98,47 dollars.

Les chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) sur les stocks nationaux d'hydrocarbures ne parvenaient pas à rasséréner les opérateurs, en dépit d'une chute de 3,4 millions de barils des réserves de brut la semaine dernière, six fois plus importante que prévu par les analystes.

"Ces chiffres reflètent probablement l'interruption des approvisionnement venant du Canada" après la fermeture début juin de l'oléoduc de Keystone, d'une capacité de 590'000 barils par jour, soulignait dans une note Christophe Barret, analyste du Crédit Agricole-CIB.

Selon lui, le rapport du DoE n'était pas "particulièrement positif", montrant notamment "un recul surprise de l'activité des raffineries alors qu'on attendait une nette accélération de leurs cadences après leur période de maintenance en avril-mai".

Autre signal décevant pour le marché, les stocks d'essence, très surveillés à l'approche de la saison estivale des grands déplacements en voitures, ont enregistré une hausse de 600'000 barils, un peu plus qu'attendu, tandis que les produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) se stabilisaient.

"La faiblesse de la demande des produits distillés apparaît en ligne avec les indicateurs récemment publiés, montrant un ralentissement de l'économie américaine au deuxième trimestre 2011", commentait M. Barret.

Deux indicateurs décevants ont renforcé mercredi la nervosité du marché: l'activité industrielle dans la région de New York, mesurée par l'indice Empire State, a brutalement chuté en mai, et le même mois, l'indice des prix à la consommation a progressé plus que prévu, à son plus haut niveau depuis octobre 2008.

"Les prix du pétrole ont encore du potentiel pour baisser davantage. Les indicateurs (...) ne traduisent pas précisément une embellie de l'économie américaine", relevait Peter Beutel, analyste de Cameron Hanover.

"Il y a chaque jours de nouveaux signes indiquant que les entreprises se préparent à des temps difficiles. Cela n'encourage pas à l'optimisme sur les perspectives" de la demande pétrolière américaine, a-t-il ajouté.

Enfin, un net renchérissement du dollar, face à un euro affaibli par la crise grecque, contribuait à rendre encore moins attractifs les achats de pétrole libellés dans la monnaie américaine.

Par ailleurs, l'écart de prix entre le baril de Brent échangé à Londres et celui du WTI, coté à New York, les deux cours de référence des marchés pétroliers, continuait d'évoluer autour de 20 dollars, après avoir atteint mardi un niveau record à près de 23 dollars.

Alors que le marché pétrolier aux Etats-Unis est caractérisé par des stocks historiquement élevés, le Brent reflète l'état des marchés européens et asiatiques, et les tensions sur l'offre générées notamment par les violences dans le monde arabe et le conflit en Libye.



Commenter Le cours poursuit son recul, en dépit d'une nouvelle chute des stocks US


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite