Menu
RSS
A+ A A-

Les prix de Londres et de New York font le grand écart

prix-du-petrole Londres Londres : Un écart historique sépare actuellement les deux prix de référence des marchés pétroliers, le baril de Brent s'échangeant à Londres autour de 120 dollars tandis que celui de brut texan cote à New York plus de 20 dollars en-dessous, plombé par l'ampleur des stocks aux Etats-Unis.

Le baril de "West Texas Intermediate" (WTI), pompé dans le sous-sol de l'Etat du Texas (sud des Etats-Unis), sert de référence pour les échanges sur la Bourse des matières premières de New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le prix du WTI, pétrole plus léger, était historiquement plus élevé que le Brent de la mer du Nord échangé sur le marché InterContinental Exchange (ICE) de Londres, mais la tendance s'est inversée en 2008. Et, depuis, l'écart s'est nettement creusé.

Mardi, le prix Brent a dépassé de près de 23 dollars en cours de séance celui du WTI, une différence sans précédent -- et qui écorne encore un peu plus le statut d'étalon du marché mondial que possédait traditionnellement le WTI new-yorkais.

"Le cours élevé du Brent reflète les risques géopolitiques et les tensions sur l'offre pétrolière mondiale (...) tandis que le WTI est dépendant du marché américain et reste largement isolé des échanges internationaux", a résumé Christophe Barret, analyste de Crédit Agricole CIB.

La place new-yorkaise est en effet affectée par le niveau record des réserves conservées au terminal pétrolier de Cushing, principal centre de stockage des Etats-Unis situé dans l'Oklahoma (sud) et où est conservé le brut texan de référence.

"A plus long terme, la faiblesse du WTI devrait perdurer tant que ces stocks resteront à un niveau élevé, ce qui risque d'être le cas tant que des oléoducs n'auront pas été construits pour acheminer ce pétrole" vers d'autres régions des Etats-Unis, a expliqué à l'AFP, Tamas Varga, experte du courtier PVM.

De son côté, le prix du Brent, censé refléter l'état des marchés européen et asiatique, est au contraire soutenu par des tensions croissantes de l'offre mondiale.

"L'écart record entre Brent et WTI a pu être enregistré à la faveur de tensions sur les approvisionnements du Nigeria", premier producteur africain, après que la société anglo-néerlandaise Shell "a déclaré lundi la force majeure pour ses livraisons de juillet et août", a souligné Mme Varga.

Par ailleurs, les violences au Moyen-Orient et le conflit en Libye, qui prive le marché mondial de plus de 1,3 million de barils par jour, soutiennent les prix sur la place londonienne.

Alors que la disparition du brut libyen "avait déjà généré de sévères pénuries de brut léger en soufre" très apprécié des raffineurs européens et difficile à remplacer, la perte d'une partie de la production nigériane, de qualité similaire, devrait aggraver le problème", abondait Amrita Sen, de Barclays Capital.

Le Brent, pétrole issu de la mer du Nord, voit aussi son prix dopé par l'affaiblissement inéluctable de la production d'hydrocarbures dans la région, "qui s'est récemment aggravé" en raison de problèmes techniques - notamment dans le champ britannique de Buzzard, a ajouté Mme Sen.

La production pétrolière de la Norvège a ainsi reculé en mai, à 1,541 million de barils par jour (mbj) contre 1,774 mbj en avril.

La production norvégienne a chuté de près de 10% en 2010 tandis que celle du Royaume-Uni baissait de plus de 7%, selon les chiffres de l'Agence internationale de l'Energie (AIE).

Enfin, selon David Hart, de Westhouse Securities, "le Brent jauge la demande asiatique et bénéficie donc des perspectives de demande" de cette région, où la consommation de la Chine reste extrêmement robuste, tandis que les Etats-Unis pâtissent au contraire d'un net ralentissement de leur reprise économique.



Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 21 juin 2018 à 07:07

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient jeudi en Asie, plombés par les perspectives de voir l'Opep augmenter ses seuils de production.

mercredi 20 juin 2018 à 22:32

Le pétrole lesté à Londres par l'Opep, porté à New York par …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a reculé mercredi à Londres alors qu'abondent les spéculations à l'approche d'un important sommet entre l'Organisation des...

mercredi 20 juin 2018 à 18:42

"La raison l'emportera" à l'Opep, selon l'Arabie s…

vienne: Le ministre de l'Energie saoudien s'est montré mercredi optimiste sur ses chances de convaincre l'Opep de revoir à la hausse ses...

mercredi 20 juin 2018 à 16:52

USA: les stocks de brut chutent, ceux de produits raffinés m…

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont baissé deux fois plus fortement que prévu la semaine dernière, tandis que...

mercredi 20 juin 2018 à 16:29

Corruption au Nigeria: Eni et Shell cités comme "respon…

milan: Le procès des compagnies pétrolières Eni et Shell, pour corruption lors de l'attribution d'un contrat pour un bloc offshore au Nigeria...

mercredi 20 juin 2018 à 16:08

Le pétrole en hausse, l'Iran et l'Arabie saoudite jouent leu…

Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que l'Iran et l'Arabie saoudite campent sur leurs positions...

mercredi 20 juin 2018 à 15:30

L'Iran et l'Arabie saoudite campent sur leurs positions avan…

Vienne: L'Arabie saoudite a plaidé mercredi en faveur d'une augmentation de la production de pétrole de l'Opep, avant une réunion du cartel...

mercredi 20 juin 2018 à 12:58

Pétrole: la Libye perd des milliards de dollars en raison de…

Tripoli: Le patron de la compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) Mustafa Sanallah déplore, dans un entretien à l'AFP, des milliards de...

mercredi 20 juin 2018 à 12:25

Le pétrole remonte après un commentaire de l'Iran

Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que l'Iran a indiqué ne pas croire à un...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite