Menu
A+ A A-

Le pétrole, peu touché par le froid américain, interrompt son envolée

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Le prix des pétroles new-yorkais et londonien ont reculé vendredi, marquant une pause après une forte hausse alors que s'apaisaient les craintes liées à la vague de froid qui enveloppe le nord-est des Etats-Unis.
Le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en février, référence américaine du brut, a perdu 57 cents pour finir à 61,44 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a terminé à 67,62 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 45 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Les cours de l'or noir avaient grimpé la veille à leur plus haut niveau en séance depuis mi-2015, à 62,21 dollars pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. et à 68,27 dollars pour le Brent, et en clôture depuis décembre 2014.

"Le marché a été dopé par des perturbations de la production, un risque géopolitique plus élevé, une croissance économique robuste et, plus récemment, par une vague de froid sur l'hémisphère nord", ont résumé les analystes de Barclays.

Après cette envolée, il "semble tout simplement prendre un peu de recul avec des investisseurs engrangeant une partie de leurs bénéfices", a avancé Gene McGillian de Tradition Energy.

"La semaine a été riche en informations pour le marché du pétrole, entre l'importante baisse des réserves de brut aux Etats-Unis (-7,4 millions de barils sur une semaine), les inquiétudes sur les tensions en Iran et ses possibles conséquences sur la production dans ce pays, et la poursuite du rééquilibrage entre l'offre et la demande", a-t-il rappelé.

Tirés vers le haut par tous ces éléments, "les cours s'approchent d'un niveau suscitant la crainte d'une possible correction", a estimé M. McGillian.

Dans le même temps, les cours du brut réagissent par ricochet à la baisse des prix de l'essence et des produits distillés.

"La neige et le froid qui se sont abattus sur la côte est des Etats-Unis ces derniers jours n'ont au final par perturbé plus que ca les grandes infrastructures, en particulier les raffineries", a remarqué Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

"Et on anticipe déjà une remontée des températures dès la semaine prochaine, ce qui devrait alléger la demander en énergie", a-t-il ajouté.

Si à certains endroits le prix du gaz naturel, du fioul de chauffage ou du propane a pu ponctuellement bondir, "c'est un mouvement de très court terme", a estimé M. Lipow.

Surplus au 2e trimestre


Le marché continue par ailleurs à scruter la production mondiale, tiraillée entre l'effort de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses partenaires, qui limitent leurs extractions pour faire remonter les prix, et les producteurs privés américains, qui profitent de la hausse des prix pour augmenter leur activité.

La production américaine a ainsi atteint environ 9,7 millions de barils par jour, selon le rapport hebdomadaire du Département américain de l'Energie (DoE).

"La hausse de la production non-OPEP va faire basculer le marché dans un surplus de l'offre au deuxième et au troisième trimestre", ont anticipé les analystes de Barclays.

Alors que la production américaine est pour l'instant dictée par les industriels du pétrole de schiste, les marchés devront à plus long terme garder un oeil sur les exploitations offshore, l'administration Trump ayant fait part jeudi de son intention d'ouvrir la quasi-totalité des eaux littorales des Etats-Unis.

"Le processus va prendre du temps et n'aura pas d'effet sur l'offre de pétrole dans les deux prochaines années, mais, sur le long terme, il sera crucial", a prévenu Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.


(c) AFP


Commenter Le pétrole, peu touché par le froid américain, interrompt son envolée


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 25 février 2021 à 15:21

    Le pétrolier Shell voit la demande en GNL doubler d'ici 2040

    Londres: La demande mondiale de gaz naturel liquéfié (GNL) devrait quasi doubler pour atteindre 700 millions de tonnes d'ici 2040, tirée par...

    jeudi 25 février 2021 à 12:22

    Le pétrole recherché, nouveaux records en plus d'un an

    Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse, malgré des stocks de brut qui augmentent aux Etats-Unis et la perspective d'un retour...

    mercredi 24 février 2021 à 21:56

    Le pétrole au plus haut depuis début janvier 2020

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint mercredi leur plus haut niveau depuis plus d'un an, poussés par un recul...

    mercredi 24 février 2021 à 18:21

    🛢️ USA: hausse surprise des stocks de pétrole brut, les cour…

    Washington: Les réserves de pétrole brut aux Etats-Unis ont augmenté la semaine dernière par rapport à la semaine d'avant, à la surprise...

    mercredi 24 février 2021 à 12:14

    BP veut utiliser les profits des hydrocarbures pour sa trans…

    Londres: Le géant pétrolier britannique BP, qui vise la neutralité carbone à horizon 2050, voit dans les hydrocarbures une source de profits...

    mercredi 24 février 2021 à 12:14

    Le pétrole bringuebalé par les stocks américains

    Londres: Les cours du pétrole tournaient autour de l'équilibre mercredi, les investisseurs se montrant attentifs à l'état des stocks de brut aux...

    mardi 23 février 2021 à 22:26

    Le pétrole stable après de nouveaux records en plus d'un an …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont battu en retraite après de niveaux records atteints mardi en matinée, pour terminer proches...

    mardi 23 février 2021 à 16:53

    Brésil: net rebond de Petrobras à la Bourse de Sao Paulo

    Sao paulo: Petrobras a récupéré mardi une partie de ses pertes historiques à la Bourse de Sao Paulo, tandis que son conseil...

    mardi 23 février 2021 à 14:49

    Total produira davantage d'hydrocarbures jusqu'en 2030 pour …

    Londres: Le géant pétrolier Total n'anticipe pas de baisse de la demande d'hydrocarbures avant 2030, a déclaré mardi son PDG lors de...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 12 février 2021 Les cours des deux principales références européenne et américaine du brut, qui ont passé une grande partie de la journée dans le rouge, sont repartis à la hausse et même au-delà de leurs précédents plus hauts, revenant à des prix plus vus depuis respectivement les 24 et 10 janvier 2020.

    En décembre 2020, le prix du pétrole accélère

    Le mardi 26 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2020, le prix du pétrole en euros accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +2,4 %), du fait de ceux des matières premières industrielles (+8,9 % après +3,9 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires se replient (−1,5 % après +0,7 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En décembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre), s’établissant à 41,1 € en...

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2020

    Le mardi 12 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2020.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite