Menu
A+ A A-

Le brut baisse, dans un marché peu animé et inquiet pour la demande

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole perdaient un peu de terrain jeudi en cours d'échanges européens, dans un marché toujours sous le coup d'inquiétudes sur la demande de brut au lendemain d'un rapport de l'AIE jugé inquiétant, et pénalisé de surcroît par un léger renforcement du dollar.

Vers 11H30 (12H30 GMT), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 117,68 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 20 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour l'échéance de mars cédait 10 cents à 96,91 dollars.

Après s'être hissé mercredi à nouveau au-dessus de 119 dollars le baril, non loin d'un sommet depuis 9 mois (à 119,17 dollars) enregistré vendredi, le Brent "a continué de reprendre son souffle", tandis que le WTI "fluctue au sein de la fourchette étroite où il est cantonné depuis début février", soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Le marché restait sous le coup d'un rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) publié mercredi, dévoilant un abaissement de 90.000 barils par jour des prévisions de l'institution pour la demande mondiale de brut en 2013 en raison "de conditions macroéconomiques médiocres".

Dans ce contexte, le marché a largement ignoré les chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) diffusés mercredi, faisant état d'une hausse de 600.000 barils, quatre fois moins forte qu'attendu, des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière.

De leur côté, les stocks d'essence ont reculé de 800.000 barils, soit huit fois plus qu'escompté, et les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés durant la période hivernale, de 3,7 millions de barils -- un repli 4 fois plus prononcé qu'attendu.

De telles baisses pouvant être considérées comme un signal de bon augure pour la demande énergétique aux Etats-Unis, premier pays consommateur de brut de la planète, "on aurait pu s'attendre à ce que les statistiques du DoE provoquent un regain d'enthousiasme sur les marchés pétroliers, et pourtant les prix n'ont pas réagi à des chiffres extrêmement encourageants", observait Tamas Varga, analyste du courtier PVM.

En effet, bien que très inférieure aux attentes, "la légère hausse des stocks de brut a été tout de même un peu décevante car (la fédération professionnelle API) avait publié mardi son estimation d'une forte chute hebdomadaire, de plus de 2 millions de barils (..) De plus, la production de brut américaine a augmenté (la semaine dernière) à son plus haut niveau en 20 ans, un élément de nature à peser" sur les prix, a expliqué M. Varga.

Les cours du baril pâtissaient par ailleurs jeudi d'un léger renforcement du dollar face à un euro sous pression, ce qui contribuait à rendre moins attractifs les achats d'or noir libellés dans la monnaie américaine pour les détenteurs d'autres devises.

Les opérateurs restaient par ailleurs attentifs aux tensions géopolitiques toujours vives au Moyen-Orient, notamment dans le dossier du nucléaire iranien.

L'Iran et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ont indiqué jeudi ne pas être parvenu à conclure un accord sur un plan de vérification du programme controversé de Téhéran, un échec de mauvais augure avant la reprise dans moins de deux semaines de discussions clés entre l'Iran et les grandes puissances du groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie + Allemagne).

fah



(AWP / 14.02.2013 13h00)


Commenter Le brut baisse, dans un marché peu animé et inquiet pour la demande


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:32

    Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:26

    Niger: nouvelle découverte de pétrole à la frontière avec l…

    Niamey: Le Niger a confirmé jeudi soir la découverte par la société algérienne Sonatrach d'un nouveau bassin pétrolier à Kafra, à la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 10:26

    "Gilets jaunes": une "manifestation de solida…

    Paris: La députée Delphine Batho, nouvelle présidente de Génération écologie, a considéré vendredi que manifester avec les "gilets jaunes" contre les taxes...

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:58

    GNL: Total espère finaliser en 2019 un accord sur un projet …

    Port moresby: Total espère finaliser au début 2019 un accord pour le développement d'un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) en Papouasie-Nouvelle-Guinée...

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:40

    Le pétrole continue de monter en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse en Asie vendredi après avoir dégringolé pendant un moment mais restaient sous pression du...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite