Menu
A+ A A-

Le brut limite ses gains après les stocks américains

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse mercredi en fin d'échanges européens, dans un marché soutenu par un indicateur chinois encourageant et les tensions persistantes dans le dossier iranien, mais limitaient leurs gains après une nouvelle hausse des stocks de brut américains.

Vers 17H10 GMT (18H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 112,23 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,25 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 18 cents à 99,66 dollars.

Les cours du baril ralentissaient leur progression après des chiffres décevants du Département américain de l'Energie (DoE), qui a fait état d'un gonflement de 4,2 millions de barils des réserves de brut aux Etats-Unis sur la semaine achevée le 27 janvier, plus qu'attendu par les analystes.

Les stocks d'essence ont quant à eux augmenté de 3,0 millions de barils, alors que les analystes prévoyaient une hausse quinze fois moins importante. Les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont reculé de 100.000 barils,

"Un tel rapport n'est pas encourageant, (même si) la forte baisse de la demande de brut n'est pas étonnante, puisque plusieurs raffineries ont suspendu leur activité" la semaine dernière, observait Torbjorn Kjus, analyste de DNB Markets.

"La consommation de produits raffinés recule aux Etats-Unis comme en Europe, et entraîne un ralentissement de cadence des raffineries, et au final, des besoins de pétrole brut", expliquait-il.

Des indicateurs mitigés publiés mercredi n'étaient pas de nature à rassurer les investisseurs sur la demande énergétique des Etats-Unis, premier pays consommateur de brut.

Si l'activité manufacturière du pays s'est accélérée en janvier, les embauches des entreprises privées américaines ont en revanche nettement ralenti - un signe de mauvais augure avant le rapport mensuel sur l'emploi vendredi.

Cependant, le marché pétrolier restait soutenu par les inquiétudes persistantes sur l'offre mondiale de brut: "la situation iranienne, alors que les tensions entre Téhéran et les Occidentaux menacent de s'aggraver davantage, est toujours une préoccupation majeure" pour les opérateurs, soulignait Tom Pering, analyste du cabinet britannique Inenco.

Ainsi, des parlementaires iraniens étudient toujours la possibilité d'une interruption immédiate des exportations de pétrole du pays à l'Europe. L'Union européenne (UE) avait pour sa part décidé la semaine dernière d'un embargo sur le brut iranien, mais seulement de façon graduelle d'ici à juillet pour laisser le temps à ses membres de trouver des sources d'approvisionnements alternatives.

Par ailleurs, le Soudan du sud a annoncé dimanche suspendre sa production de brut (350.000 barils par jour) car le pays soupçonne son voisin de prélever une partie du pétrole en transit en territoire soudanais -- "ce qui contribue également à tirer les prix vers le haut", selon M. Pering.

Sur le front de la demande, "l'expansion de la production manufacturière en Chine constitue une bonne nouvelle, et ce en dépit d'un fléchissement des exportations du pays", poursuivait l'analyste.

L'expansion de l'activité manufacturière en Chine, premier pays consommateur de brut, s'est poursuivie au mois de janvier, selon un indice PMI officiel publié mercredi.

sm



(AWP / 01.02.2012 18h41)


Commenter Le brut limite ses gains après les stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 14 novembre 2018 à 04:30

    Le pétrole poursuit sa chute en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de dégringoler en Asie mercredi du fait des inquiétudes sur un trop plein d'offre sur le...

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:23

    L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:20

    Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:02

    Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

    Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite