Menu
RSS
A+ A A-

Hésitant, le marché est refroidi par le dollar et des indicateurs US

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole évoluaient de façon divergente mardi en fin d'échanges européens, tiraillés entre des tensions persistantes sur l'Iran d'une part, et un renforcement du dollar sur fond de mauvais indicateurs aux Etats-Unis d'autre part.

Vers 17H10 GMT (18H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 110,87 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 12 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance reculait en revanche de 28 cents à 98,50 dollars.

Après avoir évolué en nette hausse pendant la majeure partie de la séance, les cours du baril ont reperdu du terrain en fin d'échanges européens, plombés par un fort durcissement du dollar face à un euro sous pression et des indicateurs décevants aux Etats-Unis, premier pays consommateur de brut.

L'activité économique dans la région de Chicago (Nord des Etats-Unis) a ainsi ralenti sa hausse en janvier, tandis que la confiance des consommateurs américains a contre toute attente reculé, selon l'indice publié par l'institut Conference Board -- des signaux de mauvais augure avant le rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis attendu vendredi.

Face à ces statistiques, le soudain renforcement du dollar, valeur refuge, rendait d'autant moins attractifs les achats de brut libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

"Mais le principal risque pour les marchés pétroliers reste la zone euro", alors que les négociations de la Grèce avec ses créanciers privés sur la diminution de la dette du pays n'ont toujours pas abouti, soulignait Jack Pollard, analyste du courtier Sucden.

Si l'adoption lundi par les dirigeants européens d'un nouveau pacte de discipline budgétaire a apporté un regain momentané d'optimisme chez les opérateurs, la Grèce reste menacée d'un défaut de paiement en cas d'absence de compromis avec ses créanciers privés, "un scénario qui serait désastreux pour les prix du baril", ajoutait M. Pollard.

Cependant, "les tensions persistantes sur l'Iran devraient aider à soutenir les cours du pétrole", insistait-il.

Ainsi, si les parlementaires iraniens ont reporté un débat, prévu initialement dimanche, sur une possible interruption immédiate des exportation de pétrole du pays à l'Union européenne (UE), une proposition de loi dans ce sens pourrait être élaborée dans les prochains jours.

L'UE avait décidé la semaine dernière un embargo sur le brut iranien, mais seulement de façon graduelle d'ici à juillet pour laisser le temps à ses membres de trouver des sources d'approvisionnements alternatives.

"Les Iraniens sont maîtres du jeu pour le moment, et plusieurs facteurs pourraient conduire à une escalade de la crise, comme la proposition répétée de l'Arabie saoudite de remplacer sur les marchés le manque de brut iranien", qui sera perçue comme "extrêmement provocatrice" par Téhéran, indiquait David Hufton, analyste du courtier PVM.

De plus, toujours sur le front de l'offre, "l'interruption de la production de 350.000 barils par jour du Soudan du sud devrait contribuer à tirer les prix vers le haut", poursuivait M. Hufton.

Le Soudan du sud a annoncé dimanche suspendre son offre du brut en raison d'un différend avec le Soudan, qu'il soupçonne de prélever une partie du pétrole en transit en territoire soudanais.

jq



(AWP / 31.01.2012 18h49)



Commenter Hésitant, le marché est refroidi par le dollar et des indicateurs US

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

mardi 20 février 2018 à 21:59

Le pétrole, scrutant toujours l'Opep, en ordre dispersé

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York et à Londres ont terminé en ordre dispersé mardi dans un...

mardi 20 février 2018 à 18:44

Chevron a repris ses activités au Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a confirmé mardi avoir relancé ses opérations dans la région du Kurdistan irakien, après les...

mardi 20 février 2018 à 16:12

Le pétrole recule un peu dans un marché calme

Londres: Les cours du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens dans un marché calme qui surveillait tout de même la...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En novembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En novembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+9,0 % sur un mois, après +5,2 %). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent également (+1,0 % après −1,1 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En novembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros continue d'augmenter (+9,0 % après +5,2 % en août), à 53 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est comparable (+8,9 % après +3,8 %), le taux de change étant resté quasi...

Lire la suite