Menu
A+ A A-

Le pétrole en baisse malgré les nouvelles réductions de production de l'Opep+

cours du petroleCours de clôture: Les nouvelles réductions de production de brut annoncées par certains pays exportateurs de l'Opep+ ont été accueillies avec scepticisme par le marché du pétrole et n'ont pas eu l'effet escompté sur les cours qui ont encore baissé.
Le prix du baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en février, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, a chuté de 2,44% à 78,88 dollars.

Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), pour livraison en janvier, a perdu 2,48% à 74,07 dollars.

Après de longues négociations, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (OPEP+) ont annoncé jeudi de nouvelles coupes de production de pétrole pour 2024.

"Mais il y a une bonne dose de scepticisme de la part des courtiers qui se demandent si le volume de ces coupes va être vraiment réalisé", a douté Andrew Lebow de Commodity Research Group.

Ryad a annoncé l'extension de sa mesure de réduction d'un million de barils par jour (bpj) jusqu'à "la fin du premier trimestre 2024", suivi par la Russie, qui prolonge également les coupes sur ses exportations de trois mois, approfondies à 200.000 barils.

D'autres pays membres de l'alliance comme les Emirats arabes unis, l'Irak, le Koweït, le Kazakhstan, l'Algérie ou Oman vont également procéder à des diminutions de moindre ampleur, pour près de 700.000 bpj au total, a précisé le groupe dans un communiqué.

Au total, l'OPEP+ a ainsi annoncé des coupes additionnelles volontaires s'élevant à 2,2 millions de bpj, "ce qui semble impressionnant à première vue", admettent les analystes de DNB. Mais sans compter les prolongations des coupes volontaires supplémentaires de la Russie et de l'Arabie saoudite anticipées par le marché, seulement 900.000 bjp devraient donc être retirés jusqu'en mars 2024.


"Ce qui a été annoncé comme une mesure majeure de l'OPEP+ s'avère être, selon nous, un ajustement modeste de la production", affirment ces analystes.

Ils notent par ailleurs que l'Arabie saoudite n'a pas voulu sabrer davantage sa production, ce qui "pourrait être considéré comme un signe que le leader de facto de l'OPEP commence à ressentir la douleur de ses réductions".

La discorde sur les quotas de production ne semble d'ailleurs pas enterrée.

L'Angola, qui s'est vu attribuer un objectif de production inférieur à celui décidé en juin, a rejeté ce nouveau quota. "Une note de protestation a été envoyée au secrétariat général de l'OPEP", a précisé le ministère Angolais des Ressources minérales et du pétrole dans une déclaration transmise à l'AFP.

"Notre pays est membre de (l'OPEP) depuis plus de 16 ans et durant cette période, il a pleinement respecté toutes les obligations de l'Organisation, tout en participant aux efforts déployés par les pays signataires (...) pour stabiliser le marché pétrolier international", a-t-il insisté.

"Si vraiment les coupes annoncées sont réalisées, l'offre de brut sera en déficit et ce sera bon pour les cours", a conclu Andrew Lebow tout en soulignant toutefois qu'un ralentissement de l'économie mondiale, déjà commencé aux États-Unis et en Europe, allait aussi peser sur les cours.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en baisse malgré les nouvelles réductions de production de l'Opep+



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 18 juin 2024 à 22:30

    Le pétrole poursuit l'élan de la veille et termine en hausse

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mardi, sur la lancée de la remontée de la veille, les...

    mardi 18 juin 2024 à 17:15

    Le pétrole se reprend, les appréhensions sur la demande s'ap…

    New York: Les cours du pétrole remontent mardi, les analystes misant sur une reprise de la demande à la saison estivale, qui...

    mardi 18 juin 2024 à 12:20

    Le pétrole en petite baisse, appréhensions sur la demande

    Londres: Les cours du pétrole s'affaissaient légèrement mardi, retombant après leur poussée de la veille, de nouveau plombés par des inquiétudes sur...

    mardi 18 juin 2024 à 11:30

    ⛽️ Les prix des carburants continuent de baisser, le diesel …

    Carburants: Les prix des carburants ont continué leur tendance baissière pour la 8ème semaine d'affilée, avec un gazole qui bien qu'en légère hausse, s'affiche...

    lundi 17 juin 2024 à 21:30

    Le pétrole se cabre, les achats spéculatifs reprennent

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont sursauté, lundi, dans un marché pourtant privé de nouvelles d'importance, à cause d'un mouvement...

    lundi 17 juin 2024 à 16:00

    💶 Dévaluation de devise : protection des actions du pétrole …

    Paris: Dans son service d’investissement, Henry Bonner introduit ce mois-ci une nouvelle recommandation à ses abonnés : un producteur de pétrole et de...

    lundi 17 juin 2024 à 13:25

    Le pétrole hésite, entre usines chinoises au ralenti et espo…

    Londres: Les cours du pétrole hésitaient lundi, pris entre les feux d'une production industrielle ralentie en Chine, mauvais signal pour la demande en...

    vendredi 14 juin 2024 à 22:05

    Le pétrole indécis, entre inflation, évolution des taux et s…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont hésité vendredi pour terminer en léger repli, cherchant des signes favorables du côté de...

    vendredi 14 juin 2024 à 14:25

    Le pétrole hésite, entre possibles baisses de taux et stocks…

    Londres: Les prix du pétrole oscillent vendredi, portés par le renforcement des attentes de réductions des taux d'intérêts américains, susceptibles de favoriser...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 14 juin 2024 Les cours du pétrole pourraient enregistrer une hausse hebdomadaire malgré des données mitigées sur la demande, soutenus par des prévisions positives par Goldman Sachs et des nouvelles sur le ralentissement des véhicules électriques, compensant les divergences entre l'OPEP et l'AIE.

    📉 Citi prédit une baisse de 20% du prix du pétrole d'ici 2025, sous les 60 dollars

    Le jeudi 13 juin 2024

    New York: Les analystes de Citi, l'une des plus grande institution financière au monde, prévoient une chute significative des cours du pétrole d'ici 2025, anticipant que le prix du baril de Brent descendra à 60 dollars, soit une diminution de plus de 20 % par rapport aux prévisions actuelles.

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite

    ⛽️ Comment est fixé le prix des carburants ?

    Le dimanche 06 février 2022

    Paris: Des forages pétroliers à votre réservoir d’essence en passant par les raffineries, le pétrole subit de nombreuses transformations. Tout ce processus a un prix qui, avec d’autres coûts, impactent, d’une manière plus ou moins importante, le prix du carburant à la pompe. Alors comment est fixé le prix des carburants en France ?

    Lire la suite