Menu
A+ A A-

Le pétrole affecté par des doutes sur un accord de l'Opep

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en baisse lundi, les investisseurs s'interrogeant sur les discussions devant se tenir jeudi à Vienne sur la limitation de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires.
Le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en janvier, référence américaine du brut, a cédé 84 cents pour clôturer à 58,11 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a terminé à 63,84 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 2 cents par rapport à la clôture de vendredi.

De façon générale, "le prix du pétrole a enregistré une hausse spectaculaire" depuis juin, le Brent et le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. prenant environ 40%, a rappelé Bart Melek de TD Securities.

"Au-delà des récents problèmes sur un oléoduc canadien, des risques géopolitiques, de la déception autour de l'activité de forage aux Etats-Unis et de la solide croissance de la demande, la plus grande partie de cette progression peut être directement attribuée à l'anticipation sans ambiguïté par le marché d'une extension de l'accord entre l'OPEP et la Russie au-delà de mars 2018", a-t-il indiqué.

L'OPEP se réunit en effet jeudi avec d'autres grands producteurs de brut, Moscou en tête, pour décider ou non d'une éventuelle prolongation de l'accord qui les lie depuis le début de l'année. Déjà renouvelé une fois, cet engagement vise à limiter l'offre mondiale d'or noir pour permettre aux prix, qui ont souffert d'une surabondance de la production entre 2014 et 2016, de se ressaisir.

Conditions


"Cependant, si on écoute les signaux en provenance de Russie, il est possible que les pays signataires ne parviennent pas à trouver un compromis sans condition sur le prolongement de l'accord jusque fin 2018", a relevé M. Melek.

"La Russie semble en effet vouloir que la prolongation de l'accord soit assortie de commentaires liant l'ampleur des limitations des extractions à la santé du marché du pétrole", a-t-il noté.

Or, "malgré une forte baisse des stocks de pétrole aux Etats-Unis au cours des derniers mois, une demande mondiale inhabituellement forte et des doutes persistants sur la continuation de l'explosion de l'exploitation de pétrole de schiste l'an prochain, il faut que l'OPEP et la Russie continuent de respecter leur accord tout au long de 2018 si on ne veut pas que le marché ne penche de nouveau vers un large surplus", a avancé M. Melek.

"Si les pays signataires ne font que des déclarations de bonnes intentions et que cette prolongation ne se concrétise pas, si l'accord n'est pas étendu jusqu'à la fin de l'année prochaine, les prix pourraient reculer", a aussi relevé Matt Smith de ClipperData.

En Amérique du Nord, les prix étaient par ailleurs soutenus par la fermeture de l'oléoduc Keystone, qui relie des exploitations de sables bitumineux du Canada à notamment Cushing dans l'Etat de l'Oklahoma, aux Etats-Unis, où sont stockés les barils de brut servant de référence au pétrole coté à New York.

"La fermeture, provoquée par une fuite, pourrait durer plusieurs semaines. En plus d'entraver le projet d'expansion de l'oléoduc, elle dope les prix du WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.", a commenté Stephen Brannock, analyste chez PVM.


(c) AFP

Commenter Le pétrole affecté par des doutes sur un accord de l'Opep


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 février 2019 à 12:08

    Le pétrole rebondit, pris entre l'Opep et les Etats-Unis

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le marché peinait à trouver un équilibre entre une...

    vendredi 22 février 2019 à 04:38

    Le pétrole continue de reculer en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer vendredi en Asie, plombés par une hausse plus forte que prévue des réserves américaines...

    jeudi 21 février 2019 à 21:32

    Le pétrole recule légèrement, la production américaine à un …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement reculé jeudi, dans le sillage d'un rapport américain montrant que la production a...

    jeudi 21 février 2019 à 17:43

    USA: la production américaine de brut atteint un nouveau rec…

    New York: La production américaine de pétrole brut a atteint un nouveau record à 12 millions de barils par jour, et les...

    jeudi 21 février 2019 à 15:39

    OPEP+ respecte des coupes de production pétrolière à 83% en …

    OPEP: Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu...

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite