Menu
A+ A A-

Le pétrole finit en légère hausse, le marché attendant l'Opep

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement avancé vendredi sur un marché évitant de prendre des risques avant un week-end marqué par une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a gagné 27 cents à 47,97 dollars sur le contrat pour livraison en mai au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord a pris 24 cents à 50,80 dollars sur le contrat pour livraison en mai à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Le marché du pétrole est surtout en train d'attendre ce qui va se passer du côté de l'OPEP", a mis en avant Carl Larry, de Frost & Sullivan.

Plusieurs membres du cartel vont se réunir lors du week-end au Koweït afin d'évaluer la bonne mise en oeuvre d'accords de baisses de production entrés en vigueur le 1er janvier.

"C'est très important de savoir comment ils voient les choses: est-ce qu'ils vont prolonger les baisses de production ?", a avancé M. Larry "Ou est-ce qu'ils commencent à être un peu cyniques sur le sujet ?"

Les pactes signés par les membres de l'OPEP, qui impliquent aussi des pays extérieurs comme la Russie, ne tiennent pour l'heure que sur le premier semestre 2017 et nombre d'analystes estiment qu'il en faut plus pour rééquilibrer le marché mondial.

Les experts de Saxo Banque n'hésitaient pas à carrément évoquer "l'échec des restrictions de production de l'OPEP".

"Les expéditions de l'OPEP vers l'Asie, la plus grande et la plus florissante région consommatrice de pétrole au monde, ont augmenté de plus de 5% depuis janvier", ont-ils rapporté à cet appui, estimant que cela faisait douter d'une réduction de l'offre mondiale.

D'autres éléments ont toutefois été jugés plus rassurants en cette fin de semaine: selon les experts de Commerzbank, l'Arabie saoudite, acteur dominant de l'OPEP, a dit avoir réduit de 300.000 barils par jour (bj) ses exportations d'or noir vers les Etats-Unis et un cabinet indépendant, Oil movements, affirme que les cargaisons issues du cartel sont en baisse sur l'ensemble des pétroliers actuellement en mer.

Keystone relancé


"Il faut aussi voir quel effet la reprise continue de l'activité des puits américains va avoir sur les décisions de l'OPEP", a enchaîné M. Larry.

Une nouvelle fois, le nombre de puits actifs a augmenté cette semaine aux Etats-Unis, selon un décompte publié le vendredi par le groupe Baker Hughes, alors que les compagnies locales ont déjà considérablement fait repartir leur activité, profitant manifestement des réductions engagées par l'OPEP et ses partenaires.

Cet état de fait a largement contribué au début du mois à faire chuter le marché de quelque 10%, alors qu'il avait été soutenu depuis la fin 2016 par les espoirs liés aux accords de l'OPEP.

"Le marché a beaucoup baissé, donc on assiste à un petit rebond", a nuancé Kyle Cooper, d'IAF Advisors, jugeant crucial pour les cours de repasser au-dessus du seuil symbolique des 50 dollars lors des prochaines séances.

En ce qui concerne l'Amérique du Nord, le marché n'a par ailleurs guère réagi au feu vert du président américain Donald Trump à la construction de l'oléoduc controversé Keystone XL, auquel son prédécesseur Barack Obama avait mis son veto.

La nouvelle est surtout "positive pour les producteurs canadiens", a expliqué dans une note Thomas P.J. Cape, du cabinet Evercore.

L'oléoduc doit permettre d'acheminer du pétrole du Canada vers des terminaux aux Etats-Unis, et les analystes estiment que la diminution des coûts de transports permettra de faire monter le cours de l'or noir canadien par rapport à son homologue américain.

"Lors des 12 derniers mois, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. valait 12-15 dollars de plus le baril que le WCS", la référence canadienne, a expliqué M. Cape. "Les acteurs du secteur pensent que la mise en fonction de Keystone devrait réduire cet écart d'au moins quelques dollars."

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit en légère hausse, le marché attendant l'Opep


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 25 avril 2019 à 15:48

    L'Irak deviendrait le 3e exportateur de pétrole du monde en …

    Bagdad: L'Irak devrait produire près de six millions de barils par jour (mbj) en 2030, a estimé jeudi l'Agence internationale de l'énergie...

    jeudi 25 avril 2019 à 10:47

    Le pétrole brent dépasse 75 dollars pour la première fois de…

    Londres: Le baril de Brent a dépassé jeudi les 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre, dopé par le durcissement...

    jeudi 25 avril 2019 à 06:34

    Le pétrole recule en Asie après la hausse des réserves améri…

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer, jeudi en Asie, les investisseurs réagissant toujours à la hausse de la production et...

    mercredi 24 avril 2019 à 22:09

    Le pétrole hésite à la clôture, entre stocks américains et s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé mercredi, hésitant entre une hausse des stocks américains de brut...

    mercredi 24 avril 2019 à 18:40

    Les stocks de pétrole brut montent plus que prévu aux USA (E…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une hausse plus forte que prévu la semaine dernière tandis que...

    mercredi 24 avril 2019 à 12:21

    Le pétrole recule un peu avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des données officielles sur les stocks américains...

    mercredi 24 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole se replie en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, les investisseurs attendant de savoir si l'Organisation des pays...

    mardi 23 avril 2019 à 21:52

    Le pétrole continue à monter avec les sanctions américaines …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur hausse mardi au lendemain d'une décision américaine de stopper les exemptions aux...

    mardi 23 avril 2019 à 12:58

    Le pétrole repousse ses sommets avec le durcissement des san…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient à leur plus hauts en près de six mois mardi en cours d'échanges européens, dopés par...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite