Menu
A+ A A-

Le pétrole dégringole toujours plombé par une demande en berne

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole poursuivaient leur dégringolade en cours d'échanges européens mardi, atteignant de nouveaux plus bas niveaux depuis plus de cinq ans, alors que les inquiétudes à propos de l'économie mondiale redoublaient après la publication de statistiques chinoises décevantes.
Vers 12H00 GMT (13H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 58,50 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 2,56 dollars par rapport à la clôture de lundi, son plus bas niveau depuis le 26 mai 2009.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 2,11 dollars à 53,80 dollars, son plus bas niveau depuis le 6 mai 2009.

Les cours du pétrole ont chuté à leur plus bas niveau en plus de cinq ans, plombés par la contraction de la production manufacturière chinoise. L'indice PMI calculé par HSBC --encore provisoire, le mois de décembre n'étant pas achevé-- s'établit à 49,5, contre 50,0 en novembre. Il faut remonter à mai pour trouver un niveau plus mauvais, à 49,4.

Un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière, tandis qu'un indice inférieur à ce seuil signale une contraction. L'activité de la deuxième économie mondiale est confrontée à une détérioration, a souligné la banque en commentant ce chiffre morose.

La Chine est le plus gros consommateur d'énergie au monde et le deuxième plus gros consommateur de pétrole derrière les États-Unis. L'agence américaine d'information sur l'énergie estime même que la Chine pourrait devenir sur 2014 le premier importateur mondial de pétrole, devant les États-Unis.

Les États-Unis ont réduit leurs importations de pétrole brut depuis l'émergence du pétrole de schiste et la forte hausse de leur production. Même si les États-Unis n'exportent pas leur brut, la production américaine s'ajoute à l'excédent d'offre qui plombe aujourd'hui les cours en forçant leurs anciens fournisseurs de brut à trouver d'autres débouchés.

C'est d'ailleurs l'une des principale raison derrière la décision de l'Opep de ne pas baisser son plafond de production lors de leur dernière réunion en novembre, car le cartel cherche à protéger ses parts de marché, d'après des analystes.

Le ministre du pétrole des Émirats arabes unis, Suhail al Mazouri martèle d'ailleurs que les pays du Conseil de coopération du Golfe - qui comprend l'Arabie saoudite, Bahreïn, Oman, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Koweït - n'interviendront pas sur les prix du pétrole (en baissant leur objectif de production) avant que les producteurs américains de pétrole de schiste ne réduisent leur offre, selon Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Début décembre, l'Arabie saoudite a baissé drastiquement les prix officiels de son brut exporté vers l'Asie et les États-Unis. Cette décision de Ryad, chef de file de l'Opep, a été largement interprétée comme la confirmation d'une guerre des prix visant notamment à contrer le développement du pétrole de schiste américain, plus cher à extraire.

Le prix journalier du panier de brut de référence de l'Opep (comprenant les brut des membres du cartel) est passé juste en dessous des 58,65 dollars vendredi, contre 60,50 dollars le jour précédent, d'après des données du cartel diffusées lundi.

Le prix moyen du panier de référence de l'Opep en décembre a baissé de 11,56 dollars, à 64,01 dollars le baril contre 75,57 dollars le baril en novembre, selon le cartel.




Commenter Le pétrole dégringole toujours plombé par une demande en berne


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 14 novembre 2018 à 12:26

    Le pétrole en légère hausse, la surabondance de l'offre inqu…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens mais les investisseurs se focalisaient sur le déséquilibre du marché...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:42

    Pétrole: l'AIE voit la progression des stocks d'un bon oeil …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a confirmé mercredi ses prévisions de croissance de la demande de pétrole et jugé favorablement la...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:30

    Prix des carburants: hausse de taxe maintenue, mais des mesu…

    Paris: Elargissement du chèque énergie, super prime à la conversion pour les ménages modestes, le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé mercredi...

    mercredi 14 novembre 2018 à 04:30

    Le pétrole poursuit sa chute en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de dégringoler en Asie mercredi du fait des inquiétudes sur un trop plein d'offre sur le...

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite