Menu
A+ A A-

Le pétrole fléchit, miné par l'aversion au risque, le gaz grimpe

  • Cours du pétrole
cours du petroleNew York:  Les cours du pétrole fléchissaient lundi, plombés par l'aversion au risque, même si les prix de l'énergie restent soutenus par plusieurs crises géopolitiques qui pourraient affecter l'offre, le gaz repartant même en hausse.
Vers 16H30 GMT (17H30 HEC), le prix du baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mars perdait 2,43% à 85,73 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison le même mois baissait de 2,95% à 82,63 dollars.

"Les prix du pétrole brut ont chuté en raison d'un sentiment persistant d'aversion au risque sur les marchés financiers, les actions et les cryptomonnaies se vendant également fortement", assure à l'AFP Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets.

"De plus, les prix du pétrole avaient trop augmenté donc une correction était de toute façon attendue", estime l'analyste, en particulier compte tenu de l'importance de la barre des 86,70 dollars pour le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole., le plus haut de 2018 et 2021.

"Bien que les prix aient dépassé ce niveau, le fait qu'ils n'aient pas pu maintenir cette envolée a déclenché un net retrait des offres", poursuit M. Razaqzada.

"Les fondamentaux continuent d'être haussiers", prévient au contraire Craig Erlam, analyste chez Oanda. "Bien [que le prix du pétrole] se négocie déjà à des niveaux très élevés, je ne serais pas surpris si les corrections restaient relativement superficielles."


Une série de facteurs maintiennent en effet un sentiment haussier, dont des troubles au Moyen Orient et un risque d'invasion de l'Ukraine par la Russie qui apparaît de plus en plus probable.

Les États-Unis ont dramatisé lundi la situation en Ukraine avec l'annonce d'une invasion russe "à tout moment" et l'Otan a annoncé un renforcement de ses défenses à l'Est, dénoncé par Moscou comme une volonté "d'exacerber les tensions" avec des informations "hystériques".

"La situation au Moyen-Orient reste également incertaine", note Carsten Fritsch, analyste pour Commerzbank.

Les rebelles au Yémen ont tiré lundi coup sur coup des missiles balistiques contre les Émirats arabes unis qui les ont interceptés et l'Arabie saoudite où deux personnes ont été blessées.

Ces troubles font planer des risques conséquents sur l'offre de pétrole, la Russie comme les Émirats arabes unis étant des producteurs importants de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires(OPEP+). "Et le cartel élargi a de toute façon du mal à atteindre le niveau de production convenu", ajoute Carsten Fritsch.

Bjarne Schieldrop, analyste chez Seb, estime cependant que le risque représenté par la crise Russie-Ukraine n'a pas complètement été intégré aux prix de l'or noir. "Le mouvement des prix modéré de ce matin paraît bien peu dramatique par rapport au risque d'une invasion", juge-t-il.

La prime de risque géopolitique semblait plus intégrée du côté du gaz, le marché de référence en Europe, le TTF (Title Transfer Facility) néerlandais, gagnant 16,49% à 92,00 euros le mégawattheure (MWh), sa plus forte hausse sur une séance depuis le début de l'année.

(c) AFP

Commenter Le pétrole fléchit, miné par l'aversion au risque, le gaz grimpe


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 06 octobre 2022 à 21:30

    La Maison Blanche pèse sa réponse après la baisse de product…

    A bord d'Air Force One: La Maison Blanche a assuré jeudi examiner "toutes les options sur la table" après la décision de...

    jeudi 06 octobre 2022 à 13:20

    La baisse de production de l'Opep+ "stabilisera le marc…

    Moscou: Le Kremlin a estimé jeudi que la baisse drastique de production de l'Opep+ annoncée la veille "stabilisera le marché pétrolier", après...

    jeudi 06 octobre 2022 à 11:59

    Le pétrole en petite hausse après la coupe drastique de l'Op…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse jeudi, au lendemain de la décision de l'Opep+ de réduire drastiquement son objectif...

    mercredi 05 octobre 2022 à 21:13

    Le pétrole grimpe encore après les coupes de production de l…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur progression mercredi, après la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

    mercredi 05 octobre 2022 à 19:02

    Un plafonnement du prix du pétrole russe aurait un "eff…

    Moscou: Le vice-Premier ministre russe en charge de l'Energie, Alexandre Novak, a fustigé mercredi tout plafonnement du prix du pétrole russe qui...

    mercredi 05 octobre 2022 à 18:47

    Biden critique la baisse de production "à courte vue…

    Washington: Le président américain Joe Biden a vivement critiqué mercredi la baisse drastique de production de pétrole annoncée par l'Opep+, qui est...

    mercredi 05 octobre 2022 à 17:41

    🛢️USA: baisse surprise des stocks de pétrole brut

    New York: Les réserves commerciales de pétrole brut ont nettement diminué la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres publiés mercredi par...

    mercredi 05 octobre 2022 à 17:16

    L'Opep+ sabre ses quotas de production pour soutenir les pri…

    Vienne: L'Opep+, de retour à Vienne mercredi pour la première fois depuis mars 2020, a voulu marquer le coup: elle a décidé...

    mercredi 05 octobre 2022 à 15:59

    L'Opep+, en conclave à Vienne, prête à tailler dans le vif

    Vienne: L'Opep+, de retour à Vienne mercredi pour la première fois depuis mars 2020, veut marquer le coup: au menu, une baisse...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En août 2022, le prix du pétrole baisse de nouveau

    Le vendredi 23 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En août 2022, le prix du pétrole en euros recule pour le deuxième mois consécutif (‑9,6 % après ‑4,8 % en juillet). Le prix du pétrole diminue de nouveau En août 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) baisse nettement de nouveau (‑10,1 % après ‑8,3 % en juillet), s'établissant en moyenne à 100,6 dollars.En euros, le prix du baril diminue également (‑9,6 % après ‑4,8 %), s’établissant en moyenne à 99,4 €, du fait de la forte dépréciation de l'euro vis-à-vis du dollar en août. Cours du pétrole Brent - Août 2022

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite