Menu
A+ A A-

Sans accord de l'Opep, le marché pourrait rester submergé d'or noir en 2017

prix du petrole ParisParis: La planète pourrait restée submergée d'or noir l'an prochain si l'Opep ne s'accorde pas sur une baisse de sa production, car les producteurs continuent à pomper intensivement face à une demande mondiale moins dynamique, a prévenu jeudi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
Les producteurs, qu'ils appartiennent ou non à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), ont ouvert à fond les robinets en octobre: l'offre mondiale de pétrole a augmenté de 800.000 barils par jour sur un mois comme sur un an, pour s'établir à 97,8 millions de barils par jour (mbj).

Les pays tiers ont produit 57 mbj (+485.000 bj sur un mois) tandis que l'OPEP a pompé au niveau record de 33,83 mbj, soit 230.000 bj de plus qu'en septembre, quand le cartel pétrolier s'était pourtant engagé à la surprise générale, lors d'une réunion à Alger, à ramener sa production entre 32,5 et 33 mbj.

Mais les quotas pour chacun des 14 pays membres doivent encore être décidés le 30 novembre à Vienne et l'équilibre futur du marché dépendra de l'issue de ces discussions, a prévenu l'AIE dans son rapport mensuel sur le pétrole: Quelle que soit l'issue, la réunion de Vienne aura un impact majeur sur un éventuel - et maintes fois reporté - rééquilibrage du marché pétrolier.

Le surplus d'offre pèse sur les prix du pétrole, qui ont perdu plus de la moitié de leur valeur depuis l'été 2014 et tournent actuellement autour de 45 dollars le baril. Pour stimuler les cours, l'OPEP a décidé d'abandonner sa stratégie d'ouvrir les vannes pour défendre ses parts de marché face au boom des hydrocarbures de schiste américains.


- Surplus ou déficit

Si un accord est trouvé, le marché passera rapidement d'un surplus à un déficit en 2017, avec toutefois d'importants stocks qui mettront du temps à se résorber, a précisé l'agence basée à Paris. Dans le cas contraire, le marché restera excédentaire tout au long de l'année, une situation qui s'accompagnerait du risque d'une rechute des prix du pétrole.

Car l'offre en provenance des pays hors OPEP ne devrait pas se tarir, bien au contraire. Après un repli de 0,9 mbj attendu pour cette année, leur production devrait repartir en 2017 et même croître dans une plus grande proportion qu'anticipé précédemment.

La hausse attendue s'élève à un peu moins de 0,5 mbj à 57,2 mbj: c'est une prévision de 110.000 barils par jour supplémentaires provenant principalement de Russie, du Brésil, du Canada et du Kazakhstan, où un gisement géant a été mis en production en octobre.

Cela signifie que l'offre mondiale pourrait continuer à croître en 2017, comme ce fut le cas en 2016, a commenté l'AIE.

Quant à la demande mondiale de brut, le bras énergétique de l'OCDE a réitéré sa prévision d'une croissance moins dynamique en 2016, par rapport à l'année précédente.

Elle devrait augmenter de 1,2 mbj environ à 96,3 mbj, freinée par des décélérations aux Etats-Unis et en Chine, après une croissance de 1,8 mbj en 2015, le niveau le plus élevé enregistré en cinq ans.

La consommation devrait ensuite progresser dans les mêmes proportions en 2017 pour s'établir à 97,5 mbj.

Il y a peu d'indications suggérant que l'activité économique est suffisamment robuste pour générer une croissance de la demande plus élevée et compenser l'absence de stimulus en provenance de la faiblesse des prix, qui avait pourtant été observé quand les cours avaient chuté sous les 30 dollars le baril début 2016.

(c) AFP

Commenter Sans accord de l'Opep, le marché pourrait rester submergé d'or noir en 2017


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:30

    Le pétrole lesté par la prudence des investisseurs

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse mercredi dans un marché empreint de prudence alors que persistent les...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:29

    Une guerre des prix du pétrole avec les États-Unis nuirait à…

    Davos: La Russie ne devrait pas essayer de réduire la production américaine de schiste avec une guerre des prix du pétrole, car...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:14

    La compagnie chinoise CNOOC prévoit ses plus fortes dépenses…

    Singapour: CNOOC, le plus grand producteur de pétrole offshore de Chine, prévoit que ses dépenses en capital pour 2019 seront les plus...

    mercredi 23 janvier 2019 à 17:03

    Les compagnies pétrolières US disent à l'Opep que leur prod…

    New York: Les compagnies pétrolières américaines ont tenté mercredi d'apaiser les craintes de l'Opep de perdre des parts de marché, expliquant que...

    mercredi 23 janvier 2019 à 15:57

    La compagnie pétrolière Vénézuélienne PDVSA annonce une bais…

    Caracas: La compagnie pétrolière PDVSA appartenant à l’État vénézuélien, a déclaré que sa dette avait diminué de 5% l’an dernier, pour atteindre...

    mercredi 23 janvier 2019 à 12:35

    Le pétrole remonte dans un marché volatil

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mercredi en cours d'échanges européens, effaçant une partie de leurs pertes de la veille dans un...

    mercredi 23 janvier 2019 à 04:21

    Le pétrole stable en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, mercredi en Asie, au lendemain d'une baisse provoquée par un regain d'inquiétude quant à l'économie...

    mardi 22 janvier 2019 à 22:11

    Le pétrole pénalisé par les craintes sur la croissance mondi…

    New york: Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mardi, fragilisés par les inquiétudes sur la croissance mondiale et de...

    mardi 22 janvier 2019 à 12:14

    Le pétrole recule avec les inquiétudes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, effaçant leur bond de la veille alors que les inquiétudes sur...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 22 janvier 2019 Chine Les raffineries chinoises ont traité en moyenne 12,07 millions de barils de pétrole brut par jour en 2018, en hausse de 6,8% par rapport à l’année précédente.

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite