Menu
A+ A A-

Le pétrole baisse, l'Irak fait douter d'une réduction de la production

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont baissé lundi après des propos irakiens faisant craindre un échec de l'accord de réduction de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le prix du baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 33 cents à 50,52 dollars au New York Mercantile Exchange (Nymex) sur le contrat pour décembre.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 32 cents à 51,46 dollars pour le contrat pour décembre, sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Les déclarations irakiennes au cours du week-end indiquant qu'ils estiment qu'ils devraient pouvoir augmenter leur production et ne pas être soumis à des quotas ont fait surgir des inquiétudes sur l'accord de l'OPEP, a indiqué Phil Flynn de Price Futures.

Fin septembre, les membres de l'OPEP avaient réussi, au cours d'une réunion à Alger, à s'entendre sur une réduction de leur production, ce qui avait orienté les cours à la hausse.

Cet accord doit cependant être encore finalisé fin novembre et de nombreux analystes pointent comme principale difficulté la répartition des quotas.

Raison invoquée par les Irakiens pour y déroger: ils sont engagés dans une bataille contre (le groupe) Etat islamique, a expliqué Bob Yawger de Mizuho Securities USA, qui a rappelé que les différends entre l'Irak et l'OPEP sont nombreux.

L'Irak et le cartel ne sont notamment pas d'accord sur le niveau actuel auquel le pays pompe, ce qui est crucial dans la perspective de l'établissement de limites de production.

Avec l'Iran, la Libye et le Nigeria qui sont déjà exonérés, ce virage du second producteur de l'OPEP pourrait provoquer l'échec de l'accord, a ajouté Tim Evans de Citi dans une note.

Une grande partie de l'effort de réduction de la production reposerait alors sur l'Arabie saoudite, pays dominant du cartel.

Or les Saoudiens ne pourront pas continuer à vendre des obligations ou des parts de leurs entreprises pour renflouer leur budget, a estimé Carl Larry de Frost & Sullivan dans une note.


- Dollar fort

Tout espoir d'un accord ne s'est toutefois pas encore envolé, ce qui a permis au baril de se maintenir au dessus de la barre symbolique des 50 dollars à New York.

Les 28 et 29 octobre, une réunion technique des membres de l'OPEP doit se tenir à Vienne à laquelle la Russie, important producteur non membre du cartel qui pourrait se joindre à l'accord, a été invitée.

Avant cela, le ministre du russe de l'Energie, Alexandre Novak continue de faire part du volontarisme de son pays. Après s'être rendu en Arabie saoudite ce week-end, il a rencontré lundi le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo à Vienne.

M. Novak a jugé urgent d'accélérer le rééquilibrage du marché pétrolier, craignant un énorme surplus d'offre cet hiver.

Enfin, parmi les facteurs pénalisants pour le marché, le dollar, monnaie dans lequel le brut est libellé, continue de se renforcer depuis début octobre face a la plupart des monnaies, ce qui renchérit le coût de l'or noir pour les opérateurs utilisant d'autres devises.

Le dollar profite de la perspective d'une hausse des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) d'ici la fin de l'année, probablement en décembre.

(c) AFP

Commenter Le pétrole baisse, l'Irak fait douter d'une réduction de la production


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 22 mai 2019 à 12:33

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens avant la publication officielle hebdomadaire sur les stocks américains, un rapport...

    mercredi 22 mai 2019 à 05:45

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, après des estimations faisant état d'une hausse surprise des...

    mardi 21 mai 2019 à 21:56

    Les prix du pétrole divergent dans un marché hésitant

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi alors que les investisseurs ont hésité entre les nombreux sujets agitant les...

    mardi 21 mai 2019 à 12:26

    Le pétrole hésite, entre tensions commerciales et risque géo…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mardi sans entrain en cours d'échanges européens alors que les investisseurs s'inquiétaient à la fois du...

    mardi 21 mai 2019 à 06:40

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, après que Ryad eut appelé à prolonger un accord...

    lundi 20 mai 2019 à 21:54

    Le pétrole hésite à la clôture, l'Arabie saoudite veut pours…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après un appel de l'Arabie saoudite à prolonger un...

    lundi 20 mai 2019 à 13:21

    Frets maritimes: les frets secs grimpent, les pétroliers sta…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont grimpé la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers sont restés...

    lundi 20 mai 2019 à 12:45

    Le pétrole grimpe, l'Arabie saoudite campe sur ses positions…

    Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens après un appel de l'Arabie saoudite à prolonger l'accord de limitation...

    lundi 20 mai 2019 à 11:41

    Les prix des carburants se maintiennent à un niveau élevé

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises se sont maintenus à un niveau élevé la semaine dernière, après 6 mois de...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite