Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole de nouveau sans direction après son rebond de la veille

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole reprenaient leur marche hésitante jeudi en cours d'échanges européens, stoppant ainsi la progression engagée la veille dans le sillage de l'annonce d'une baisse des stocks américains de brut.
Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 47,18 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1 cent par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, prenait 4 cents à 45,79 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, déjà fébriles mercredi au début des échanges européens, étaient parvenus à se reprendre dans le sillage de la publication du rapport du département américain de l'Énergie (DoE) sur l'état des stocks pétroliers aux États-Unis, clôturant finalement dans le vert.

"Le WTI a suivi un parcours en montagnes russes imprévisible avec des prix oscillant nonchalamment entre pertes et gains alors qu'une myriade de rapports économiques a fourni des signaux mitigés", notait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Les prix se sont donc affichés en hausse sur la séance mercredi, éloignant ainsi le WTI du plus bas en deux mois signé juste avant la publication des statistiques du DoE, ces dernières ayant montré une baisse des réserves de brut pour la neuvième semaine consécutive lors de la semaine achevée le 15 juillet aux États-Unis, ajoutait M. Otunuga.

De l'avis de la plupart des analystes néanmoins, les chiffres publiés par le DoE sont plus que mitigés et loin de justifier un rebond durable des cours du brut, ce qui explique sans doute qu'ils aient rapidement renoué avec la volatilité qui les caractérise depuis le début du mois de juillet.

"C'est peut-être le déclin du pétrole brut qui a attiré l'attention mais dans l'ensemble, le rapport hebdomadaire (du DoE) était tout sauf haussier", faisait notamment remarquer Tamas Varga, analyste chez PVM.

Le recul de 2,3 millions de barils des stocks de pétrole brut, qui plus est conforme aux attentes des analystes, ainsi que la légère baisse de 200.000 barils des réserves de produits distillés étaient en effet largement contrebalancés par une augmentation des stocks d'essence de près d'un million de barils, au moment où les investisseurs s'inquiètent de ne pas les voir se résorber, comme cela est généralement le cas en période estivale.

"Cette dernière catégorie est bien plus baissière que les déclins combinés des stocks de pétrole brut et de produits distillés", relevait M. Varga, même si selon lui, la bonne performance des cours à la suite de ces chiffres pouvait aussi s'expliquer par des données encourageantes sur la demande.

De leur côté, les analystes de Commerzbank précisaient que la réduction des réserves américaines de brut était d'abord due à une forte hausse du taux de traitement des raffineries, qui a presque atteint à nouveau son niveau record de juillet 2015 et ainsi plus que compensé la hausse des importations.

Ils estimaient en outre que la nouvelle légère hausse enregistrée par la production américaine (+ 9.000 barils par jour) n'était due qu'à la poursuite de la normalisation de la production pétrolière en Alaska, qui a grimpé de près de 40.000 barils par jour la semaine dernière.

"Sans cet élément spécifique, la production de pétrole américaine aurait diminué sensiblement", concluaient-ils.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 25 septembre 2018 à 05:54

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper mardi en Asie, portés par la décision de l'Opep et de ses partenaires de...

lundi 24 septembre 2018 à 21:43

Pétrole: l'Opep ignorant Trump, le Brent grimpe au plus haut…

Londres: Le prix du pétrole londonien a grimpé lundi à son niveau le plus élevé depuis novembre 2014 après la décision de...

lundi 24 septembre 2018 à 17:51

France: les prix des carburants en baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations service françaises se sont affichés en baisse la semaine dernière, selon des chiffres...

lundi 24 septembre 2018 à 16:21

Le pétrole grimpe, le Brent au plus haut depuis 2014 après l…

Londres: Les cours du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, le Brent ayant touché son plus haut niveau depuis près de...

lundi 24 septembre 2018 à 15:27

Les majors du pétrole s'engagent à réduire leurs émissions d…

Paris: De grandes compagnies pétrolières réunies dans une coalition internationale se sont engagées lundi à réduire leurs émissions de méthane, se fixant...

lundi 24 septembre 2018 à 11:18

Le baril de pétrole Brent au plus haut depuis novembre 2014…

Londres: Le prix du baril de pétrole Brent a atteint lundi son niveau le plus élevé depuis novembre 2014, à près de...

lundi 24 septembre 2018 à 07:39

Pétrole: l'Opep et ses partenaires interviendront s'ils le j…

Alger: Les pays producteurs de pétrole interviendront pour éviter une pénurie sur le marché lorsqu'ils jugeront le moment opportun, a déclaré le...

lundi 24 septembre 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, au lendemain de la décision de l'Opep et de...

dimanche 23 septembre 2018 à 17:04

L'Iran appelle l'Opep à ne pas céder aux "menaces"…

Téhéran: Le ministre iranien du Pétrole a dit espérer que les membres de l'Opep ne céderaient pas aux "menaces" de Donald Trump...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite