Menu
A+ A A-

Les prix du pétrole limitent leurs gains après les stocks américains de brut

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole limitaient leurs gains jeudi en cours d'échanges européens, leur progression étant affectée par une nouvelle forte augmentation des stocks américains de brut et des déclarations de l'Arabie saoudite laissant entendre qu'elle n'était pas prête à réduire sa production.
Vers 17H15 GMT (18H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 34,69 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 19 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars gagnait 27 cents à 30,93 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui étaient orientés à la hausse depuis le début de la séance, ont annulé une bonne partie de leurs gains après la publication des dernières statistiques hebdomadaires du département américain de l'Énergie (DoE), selon lesquelles les réserves américaines de brut ont atteint leur plus haut niveau depuis plus de 85 ans.

Lors de la semaine achevée le 12 février, les réserves commerciales de brut ont progressé de 2,1 millions de barils pour atteindre 504,1 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur une progression de 3,5 millions de barils.

En revanche, les chiffres du DoE - publiés un jour plus tard que d'habitude car lundi était férié aux États-Unis - sont nettement plus défavorables, dans un contexte de surabondance mondiale, que les estimations privées de la fédération American Petroleum Institute (API) qui avait annoncé la veille un repli de 3,3 millions de barils des réserves de brut, ce qui avait en partie contribué au rebond des cours au début des échanges asiatiques et européens.

Les stocks d'essence ont avancé pour leur part de 3 millions de barils, soit bien plus que les hausses de 400.000 et de 800.000 barils respectivement prévues par les experts de Bloomberg et par l'API.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont de leur côté augmenté de 1,4 million de barils, alors que les experts de Bloomberg annonçaient un recul de 1,5 million de barils et l'API une baisse de deux millions.

Les fondamentaux de l'offre et de la demande semblaient donc reprendre le pas sur l'optimisme un temps suscité par l'annonce mardi à Doha d'un accord entre la Russie et l'Arabie saoudite pour geler -sous conditions- leur production à ses niveaux de janvier, un engagement auquel l'Iran a apporté son soutien mercredi.

Les stocks doivent être considérés comme le détonateur mais la lame de fond reste le scepticisme du marché par rapport à l'accord de Doha et à son impact réel sur l'évolution de l'offre de pétrole, notait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Un nouveau coup a en effet été porté jeudi aux espoirs du marché de voir l'excès mondial d'offre se résorber après que le ministre saoudien des Affaires étrangères a indiqué dans une interview exclusive à l'AFP que Ryadn'était pas prêt à réduire sa production de pétrole pour soutenir les prix.

Le royaume saoudien, premier producteur de brut au monde avec la Russie, va défendre sa part de marché, nous l'avions déjà dit, a souligné Adel al-Jubeir, ajoutant que les prix du brut, qui ont perdu 70% de leur valeur depuis la mi-2014, seront déterminés par l'offre et la demande, et par les forces sur le marché.

Le scepticisme des investisseurs est légitime puisqu'il est évident, pour l'instant, que les grands pays exportateurs ne sont pas disposés à réduire la production, seule mesure qui pourrait permettre un retour à la hausse durable du cours du baril, soulignait M. Dembik.

Ainsi, l'analyste relevait en particulier qu'aucun des deux poids lourds de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), l'Arabie saoudite et l'Iran, n'était disposé à perdre des parts de marché.

(c) AFP

Commenter Les prix du pétrole limitent leurs gains après les stocks américains de brut


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 février 2019 à 21:32

    Le pétrole recule légèrement, la production américaine à un …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement reculé jeudi, dans le sillage d'un rapport américain montrant que la production a...

    jeudi 21 février 2019 à 17:43

    USA: la production américaine de brut atteint un nouveau rec…

    New York: La production américaine de pétrole brut a atteint un nouveau record à 12 millions de barils par jour, et les...

    jeudi 21 février 2019 à 15:39

    OPEP+ respecte des coupes de production pétrolière à 83% en …

    OPEP: Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu...

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite