Menu
A+ A A-

Un écart historique entre Londres et New-York

prix-du-petroleLondres : Alors que le baril de Brent échangé à Londres a franchi cette semaine le seuil des 100 dollars, le prix du brut texan WTI évoluait à New-York plus de dix dollars en-dessous, un écart historique qui s'explique notamment par l'ampleur des stocks aux Etats-Unis.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI), pompé dans le sous-sol de l'Etat du Texas (sud des Etats-Unis), sert de référence pour les échanges sur la Bourse des matières premières du New York Mercantile Exchange (Nymex, filiale du groupe CME), et pour les cours du brut dans le monde.

Le prix du WTI, pétrole plus léger, était historiquement supérieur au prix du Brent de la mer du Nord, échangé sur le marché InterContinental Exchange (ICE) de Londres.

Mais la tendance s'est inversée en 2008, le Brent passant devant le WTI et creusant rapidement l'écart. Celui-ci s'est agrandi récemment, jusqu'à atteindre 12 dollars la semaine dernière, une différence sans précédent.

La place new-yorkaise est affectée par le niveau très élevé des réserves conservées au terminal pétrolier de Cushing, principal centre de stockage des Etats-Unis situé dans l'Oklahoma (sud) et où est conservé le brut texan de référence.

Ses stocks, proches de la saturation, ont encore gonflé de 900'000 barils sur la troisième semaine de janvier, à 37,7 millions de barils, non loin de leur pic historique enregistré en 2010. L'ensemble des stocks de brut américains avait bondi la même semaine de plus de 4,8 millions de barils.

De son côté, le prix du Brent est au contraire soutenu par une raréfaction de la production en mer du Nord, à mesure que les gisements existants arrivent en fin de vie.

La Norvège a ainsi produit en moyenne 1,8 million de barils de pétrole par jour sur l'ensemble de 2010, soit près de 10% de moins qu'en 2009. Le pays a également annoncé mi-janvier avoir abaissé de 21% ses estimations de réserves d'hydrocarbures, faute de découverte majeure.

Le Royaume-Uni a de son côté vu sa production de brut reculer de plus de 7% sur les trois premiers trimestres de 2010 par rapport à l'année précédente, selon des chiffres gouvernementaux. Sur 10 ans, la production britannique s'est écroulée de plus de 40%.

Ces fondamentaux très différents entre les deux pétroles de référence ravive les interrogations des investisseurs sur la capacité du WTI à incarner l'étalon mondial du marché pétrolier, alors que la place londonienne apparaît souvent comme plus représentative.

"Le WTI est découplé des marchés internationaux et des marchés régionaux (autres que celui du brut texan) aux Etats-Unis. Son prix est déformé, à telle enseigne qu'il peut difficilement être considéré comme l'étalon significatif" du marché mondial, observent les analystes de Barclays Capital.

La place new-yorkaise reste cependant un des marchés les plus liquides dans le monde: ainsi, le volume des contrats de pétrole échangés à New York a atteint un niveau record vendredi, au moment où les manifestations en Egypte commençaient à prendre de l'ampleur.

rp

(AWP/01 février 2011 18h30)

Commenter Un écart historique entre Londres et New-York


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite