Menu
A+ A A-

Le pétrole hésite, entre tensions autour de l'Iran et craintes pour la demande

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en ordre dispersé lundi, les investisseurs restant en retrait entre la montée des tensions autour du programme nucléaire iranien et les inquiétudes sur le ralentissement de la croissance mondiale.
Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en septembre a reculé de 12 cents, ou 0,2%, pour terminer à 64,11 dollars à Londres. La semaine dernière, il avait perdu 3,5%.

A New York, le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en août a gagné 15 cents ou 0,3% pour finir à 57,66 dollars, après avoir lâché 1,6% la semaine dernière.

"Les acteurs du marché restent sur leurs gardes avec tous les événements autour de la situation en Iran", observe Robert Yawger de Mizuho Securities.

Téhéran a en effet annoncé lundi produire désormais de l'uranium enrichi à au moins 4,5%, dépassant ainsi la limite autorisée par l'accord nucléaire conclu à Vienne en 2015.

Alors que les États-Unis se sont retirés l'an dernier de cet accord et ont ensuite imposé de lourdes sanctions économiques à l'Iran, Téhéran cherche à forcer les parties restantes à l'accord (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) à l'aider à contourner ces sanctions.

Dans le même temps, le ministre iranien de la Défense a affirmé lundi que l'arraisonnement la semaine dernière par les autorités britanniques d'un navire-citerne iranien au large de Gibraltar ne "restera pas sans réponse". Selon l'agence de presse Bloomberg, la compagne britannique BP a d'ailleurs décidé de dérouter un de ses pétroliers afin de le garder hors de portée des côtés iraniennes par peur de mesures de représailles.

Toutefois, relève Robert Yawger, "il y a encore quelque temps, tous ces soubresauts auraient fait bondir le baril de deux ou trois dollars. La hausse (ce lundi) reste finalement limitée."

Les acteurs du marché redoutent notamment une baisse de la demande en or noir au moment où la croissance mondiale ralentit et où la production a beaucoup augmenté ces derniers mois aux États-Unis.

Pour les analystes de Goldman Sachs, la croissance de l'offre d'or noir aux États-Unis devrait d'ailleurs excéder celle de la demande jusqu'au moins fin 2020.

Avec le prolongement de l'accord de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, qui se sont engagées la semaine dernière à limiter leur production, "les graines ont été semées pour une diminution des stocks mondiaux dans les prochaines semaines", estime Stephen Brennock, analyste pour PVM.

(c) AwP


Commenter Le pétrole hésite, entre tensions autour de l'Iran et craintes pour la demande


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 16 septembre 2019 à 21:06

    Les prix de l'or noir s'enflamment après les attaques contre…

    Cours de clôture: De Moscou à Washington, les autorités ont tenté de rassurer les marchés lundi en affirmant que les attaques contre...

    lundi 16 septembre 2019 à 18:10

    Quantité substantielle de pétrole disponible (ministre US)

    Washington: Le ministre américain de l'Energie, Rick Perry a tenté de freiner la flambée des prix du pétrole lundi déclenchée par une...

    lundi 16 septembre 2019 à 16:07

    Attaque contre l'Arabie saoudite: Aramco pourrait reporter s…

    New York: Les autorités saoudiennes étudient la possibilité de reporter l'entrée en Bourse très attendue du géant pétrolier Aramco après l'attaque contre...

    lundi 16 septembre 2019 à 15:36

    L'Opep juge qu'il est trop tôt pour agir après les attaques …

    Dubaï/Londres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) évalue l'impact sur le marché pétrolier des attaques menées samedi contre des installations saoudiennes...

    lundi 16 septembre 2019 à 14:42

    Flambée du pétrole et des tensions après l'attaque sur le pé…

    Londres: Le cours du pétrole s'est envolé lundi après l'attaque contre des installations pétrolières saoudiennes, qui a réduit brutalement l'approvisionnement du monde...

    lundi 16 septembre 2019 à 12:31

    Les prix des carburants en hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont augmenté la semaine précédente, avec une hausse plus marquée pour le gazole...

    lundi 16 septembre 2019 à 12:09

    L'Arabie en passe de restaurer le tiers de sa production de …

    Ryad: L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, devrait rétablir lundi au moins un tiers de la production perdue en raison des...

    lundi 16 septembre 2019 à 11:39

    Le retour d'Aramco à une production normale pourrait prendre…

    Dubai: Aramco pourrait avoir besoin de "plusieurs mois" pour retrouver ses volumes normaux de production, a-t-on appris lundi auprès de deux sources...

    lundi 16 septembre 2019 à 07:24

    Les cours du pétrole s'envolent après les attaques en Arabie

    Seoul: Les cours du pétrole s'envolent lundi et la hausse du Brent a atteint en séance un niveau sans précédent depuis la...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Dimanche 15 septembre 2019 Selon le ministre de l'Energie, le prince Abdoulaziz ben Salman, cité samedi par l'agence officielle SPA, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite