Menu
A+ A A-

Le pétrole poursuit sa chute, nouveaux plus bas en près de 6 ans

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole continuaient de dégringoler lundi en cours d'échanges européens, tirés vers le bas par une production surabondante qui ne montre aucun signe de faiblesse.
Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 48,83 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,28 dollar par rapport à la clôture de lundi. Vers 11H30 le prix de la référence européenne est tombé à 48,45 dollars le baril, son plus bas niveau depuis le 27 avril 2009.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance était en baisse de 1,12 dollar à 47,24 dollars. Vers 11H30, le baril de WTI a atteint son plus bas niveau depuis le 17 mars à 47,06 dollars le baril.

Les conditions économiques dans lesquelles évoluent les marchés pétroliers n'ont pas changé et ne devaient pas changer de sitôt, soulignait Jameel Ahmad, analyste chez FXTM.

Même les chiffres positifs de l'emploi américain parus vendredi (le recul du taux de chômage s'est accéléré en décembre), plutôt de bon augure ce qui concerne la demande, n'ont apporté aucun soutien aux cours du pétrole.

De bonnes données sur l'économie américaine sont positives pour la demande de pétrole, le pays étant le premier consommateur d'or noir au monde.

Même si les perspectives sur la demande s'améliorent, ce facteur ne joue qu'un second rôle sur les marchés pétroliers aujourd'hui, soulignaient les analystes de Commerzbank.

A l'heure actuelle, la dégringolade des cours est moins causée par la faiblesse de la demande, comme lors de la crise financière de 2008, que par la surabondance d'or noir, selon plusieurs analystes.

L'équation entre l'offre et la demande penche lourdement en faveur des investisseurs pariant sur la baisse des cours, ce qui leur permet de bloquer tous mouvements des investisseurs misant sur une hausse des cours, ajoutait M. Ahmad.

Il y a peu de raisons qui empêchent les prix du pétrole de chuter plus, notaient les analystes de Morgan Stanley.

Le marché du pétrole va d'ailleurs entrer dans une période où la consommation de brut va ralentir, avec le commencement de la saison de maintenance des raffineries dans le monde entier alors que l'offre continue d'augmenter, selon Morgan Stanley.

Les signes pointant vers une réduction prochaine de la production mondiale de pétrole sont, en effet, rares, même si la dégringolade des prix du pétrole grignote les bénéfices des compagnies pétrolières.

Selon les analystes de Wood Mackenzie, avec des cours à 40 dollars le baril seul 1,6% de la production mondiale ne serait plus rentable.

Ceci correspond à peu près à l'excédent d'offre de la première moitié de l'année 2015, notait Commerzbank.

Mais même si un projet n'était pas rentable, il n'est pas garanti qu'il soit fermé, car la première réponse à la chute des prix est de stocker le pétrole et d'attendre que les prix se reprennent, selon Wood Mackenzie.

De plus, selon plusieurs analystes, certains producteurs pourraient continuer à produire à perte plutôt que d'arrêter la production, dans les champs de pétrole vieillissants de la mer du nord notamment, car les coûts liés au déclassement des infrastructures est trop élevé.

Seul un gros arrêt imprévu de production ou une capitulation de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pourrait changer la donne, selon les analystes de Morgan Stanley.

Mais pour le moment, l'Opep se montre inflexible sur sa décision de ne pas réduire son plafond de production à 30 millions de barils par jour (mbj) prise lors de sa dernière réunion en novembre.







Commenter Le pétrole poursuit sa chute, nouveaux plus bas en près de 6 ans


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite