Menu
A+ A A-

Pétrole: après l'Opep, l'avenir des prix du brut reste flou

prix-du-petrole ParisParis: Les marchés hésitaient vendredi à poursuivre la glissade des prix du pétrole après la décision de l'Opep de ne pas réduire sa production, choix imposé au cartel par ses puissants membres pour contrer le pétrole de schiste, mais qui a des effets secondaires profonds.
Après une forte baisse sur les marchés jeudi après-midi, dans la foulée de la décision, le baril tentait de se stabiliser vendredi matin. Vers 10H45 GMT, le brent valait 72,80 USD (+22 cents) et le WTI 69,03 (-4,66 USD par rapport à la clôture de mercredi).


Face à des prix sans cesse en repli, certains pays de l'Opep demandaient au cartel de réduire sa production pour faire remonter les cours, en vain.


Les pétromonarchies du Golfe, qui ont le plus de marge de manoeuvre financière au sein du cartel, ont dit non. Avec une idée bien précise: endurer des prix bas le temps d'enrayer l'essor du pétrole de schiste, plus cher à produire.


"C'est la victoire de la coalition des pays du Conseil de coopération du Golfe menée par l'Arabie saoudite et le Koweït", explique à l'AFP Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque à Paris.


"Ils ont largement les réserves de change suffisantes pour supporter un baril bas", selon lui.


Par ricochet, cela permet aussi à l'organisation de maintenir sa part de marché, qui se faisait grignoter ces derniers temps par d'autres pays, comme les Etats-Unis ou la Russie.


"Aujourd'hui, il y a beaucoup de concurrents, et l'Opep pompe seulement 30% de la production mondiale", a déclaré le ministre koweïtien, Ali Omair. "Il était inévitable de prendre la bonne décision de ne pas réduire la production, car une réduction peut être compensée par d'autres".


Pour le futur du marché, "le rôle clé devrait être joué par les producteurs de pétrole de schiste américain, qui vont faire face à de plus en plus en plus de problèmes avec un baril sous 70 USD", selon les analystes de Commerzbank.


Même si "énormément d'exploitations américaines peuvent encore résister avec un baril aux alentours de 60 USD", selon M. Dembik, pour qui "l'idée de l'Arabie saoudite est surtout de dissuader toutes les recherches en cours en Russie et en Chine dans le schiste".


Si l'analyste de Saxo pense que les prix vont reculer avant de remonter un peu et se stabiliser, ceux de de CM-CIC Securities jugent que "la chute du prix devrait donc se poursuivre au cours des prochains mois, ce qui aura des conséquences fortes sur l'économie mondiale".


C'est "une très bonne nouvelle pour les économies occidentales d'avoir des prix du pétrole qui baissent. Cela génère potentiellement beaucoup plus de pouvoir d'achat que n'importe quelle mesure prise par un gouvernement", analyse pour l'AFP Régis Bégué, directeur de la gestion Actions de Lazard Frères Gestion.


LE VENEZUELA "VRAIE VICTIME"


Vu le rôle essentiel du pétrole dans la vie économique, l'inscription dans la durée d'une énergie bon marché provoque des secousses dans toutes les sphères économiques.


En Bourse, les groupes pétroliers ou parapétroliers se faisaient laminer vendredi, tandis que les compagnies aériennes, grosses consommatrices, décollaient, à l'image de Japan Airlines qui a pris 5,27% ou Air France, qui progressait de 4,78% vers 10H45 GMT.


Surtout, certains autres pays producteurs, plus exposés, vont vivre douloureusement cette décision de Vienne.


Vendredi matin, le rouble continuait sa longue dégringolade et un des indices de la Bourse moscovite baissait fortement, alors que la Russie, gros producteur, est déjà accablée par les sanctions occidentales et les fuites de capitaux provoquées par la crise ukrainienne.


Mais "la vraie victime, aujourd'hui, c'est le Venezuela", estime M. Dembik. Un pays dont les finances sont en piteux état, même si un certain flou règne autour des statistiques publiées par Caracas.


Régulièrement, le crainte d'un défaut de paiement est avancée par certains commentateurs, mais le ministre des Affaires étrangères Rafael Ramirez a assuré que le budget "est bâti avec un baril à 60 USD, et nous sommes prêts à faire face".


"Nous continuerons de tenter jusqu'à ce que les cours reviennent aux niveaux auxquels ils doivent être, c'est-à-dire autour de 100 dollars", a commenté après la décision de l'Opep le président Nicolas Maduro.


En zone euro, la nouvelle n'est pas très bonne dans l'immédiat puisque une baisse du brut va contribuer à accentuer les pressions déflationistes, alors que l'inflation n'a été que de 0,3% en novembre.


Mais les effets réels et durables restent inconnus. "On est entré dans un nouveau paradigme", estime M. Dembik. "Les conséquences de court terme ne permettent pas d'avoir une vision de long terme".






Commenter Pétrole: après l'Opep, l'avenir des prix du brut reste flou


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 février 2019 à 22:06

    Les cours du pétrole touchent un pic de trois mois, le comme…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé vendredi dans le sillage d'espoirs d'amélioration des relations commerciales entre les Etats-Unis et...

    vendredi 22 février 2019 à 12:08

    Le pétrole rebondit, pris entre l'Opep et les Etats-Unis

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le marché peinait à trouver un équilibre entre une...

    vendredi 22 février 2019 à 04:38

    Le pétrole continue de reculer en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer vendredi en Asie, plombés par une hausse plus forte que prévue des réserves américaines...

    jeudi 21 février 2019 à 21:32

    Le pétrole recule légèrement, la production américaine à un …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement reculé jeudi, dans le sillage d'un rapport américain montrant que la production a...

    jeudi 21 février 2019 à 17:43

    USA: la production américaine de brut atteint un nouveau rec…

    New York: La production américaine de pétrole brut a atteint un nouveau record à 12 millions de barils par jour, et les...

    jeudi 21 février 2019 à 15:39

    OPEP+ respecte des coupes de production pétrolière à 83% en …

    OPEP: Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu...

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite