Menu
A+ A A-

Le pétrole Brent au plus haut depuis 2014 faute d'alternatives aux barils iraniens

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont de nouveau grimpé vendredi alors que les investisseurs peinent à entrevoir des solutions pour remplacer les barils iraniens, touchés par les sanctions américaines à partir de début novembre.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, dont c'est le dernier jour de cotation, a gagné 1,00 dollar pour terminer à 82,72 dollars, un niveau plus vu depuis novembre 2014.

Sur la semaine il a gagné près de 5%.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance a pris 1,13 dollars pour clôturer à 73,25 dollars.

Sur la semaine il s'est apprécié de 3,5%.

Le pétrole signe ainsi sa troisième semaine consécutive de hausse pour la première fois depuis le mois de mai, alors que le marché craint un déficit de l'offre au quatrième trimestre.

"Les craintes de la perte de l'offre iranienne et le déclin de la production du Venezuela" continuent de faire grimper les prix, a commenté Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.

Les exportations de l'Iran, troisième producteur de l'OPEP, ont particulièrement chuté en amont des sanctions de Washington, qui interdiront d'importer du pétrole iranien à partir de début novembre.

"Apparemment, la Chine est déjà le seul pays qui continue à acheter des volumes significatifs de pétrole iranien", a souligné Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

"Et les investisseurs doutent de plus en plus de la volonté, voire de la capacité, des pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses partenaires à compenser les pertes iraniennes", a-t-il ajouté.

Réunis dimanche à Alger, ces derniers n'ont de fait pas annoncé de hausse de leur production, alors que le président américain Donald Trump multiplie ses attaques contre le cartel.

"La hausse des prix de l'énergie, plus précisément de l'essence à la pompe, est en train de devenir un vrai problème pour l'administration Trump, surtout à quatre semaines des élections législatives (de mi-mandat ndlr)", a rappelé Stephen Brennock, analyste chez PVM.

Le secrétaire américain à l'Energie, Rick Perry, a affirmé cette semaine que le pays n'envisageait pas d'utiliser ses réserves stratégiques.

"Mais l'administration pourrait changer d'avis si le gallon d'essence à la pompe dépasse en moyenne les 3 dollars", a avancé M. Lipow.

Certains analystes et industriels n'excluent en tout cas plus la possibilité d'un baril à 100 dollars, à l'image de Patrick Pouyanné, patron de Total, qui a jugé plausible cette hypothèse.

"Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne nouvelle", a-t-il affirmé dans un entretien à Bloomberg. "Même pour l'industrie pétrolière puisque des prix si élevés ouvrent la porte à la concurrence" et à une baisse de la demande, a-t-il ajouté.


(c) AFP

Commenter Le pétrole Brent au plus haut depuis 2014 faute d'alternatives aux barils iraniens


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 06 juillet 2020 à 21:23

    Le pétrole commence la semaine sans grand changement

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé près de l'équilibre lundi, entre la maîtrise de l'offre des membres de l'Organisation...

    lundi 06 juillet 2020 à 14:30

    ⛽️ Les prix des carburants initient une faible baisse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service en France étaient en légère baisse la semaine dernière, selon les données officielles diffusées ce jour. Pour sa...

    lundi 06 juillet 2020 à 12:01

    Le pétrole commence la semaine en petite hausse

    Londres: Les prix du pétrole entamaient la semaine en légère hausse lundi, portés par la maîtrise de l'offre des membres de l'Opep+...

    vendredi 03 juillet 2020 à 23:44

    Venezuela: les plateformes pétrolières paralysées faute de p…

    Caracas: Les plateformes pétrolières du Venezuela sont complètement paralysées, faute de pouvoir écouler leur brut, notamment à cause des sanctions américaines et...

    jeudi 02 juillet 2020 à 11:51

    Le pétrole progresse au lendemain de la chute des stocks amé…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi, portés par la forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis annoncée mercredi par l'EIA...

    jeudi 02 juillet 2020 à 08:16

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est…

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de...

    mercredi 01 juillet 2020 à 21:32

    Le pétrole en hausse après la chute des stocks américains de…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont progressé mercredi, aidés par la baisse massive et bien plus importante que prévu des...

    mercredi 01 juillet 2020 à 19:34

    USA: les réserves de pétrole brut baissent bien plus que pré…

    New York: Les réserves de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé de 7,2 millions de barils la semaine dernière, dépassant largement les...

    mercredi 01 juillet 2020 à 15:41

    Pétrole: les exportations irakiennes au plus bas depuis des …

    Bagdad: L'Irak a exporté moins de 85 millions de barils de pétrole en juin, un plus bas depuis des années pour se...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 2 juillet 2020 Le panier de référence de l’Opep (ORB), constitué des cours de référence de 13 pétroles bruts, a augmenté significativement mercredi 1 juillet pour atteindre 42,66 dollars.
    Il est constitué des bruts suivants: Saharan Blend (Algérie), Girassol (Angola), Arab Light (Arabie saoudite), Djeno (Congo), Murban (Emirats arabe unis), Rabi Light (Gabon), Zafiro (Guinée), Basra Light (Irak), Iran Heavy (Iran), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria) et le Merey (Venezuela).

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite

    Le prix du pétrole peut-il rester bas pour longtemps ?

    Le jeudi 30 avril 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du pétrole a beaucoup reculé à cause du coronavirus, alors que les efforts des producteurs pour stabiliser le marché sont restés vains. Le cours du pétrole peut-il rester bas longtemps ?

    Lire la suite