Menu
A+ A A-

Les cours du pétrole remontent au lendemain d'un plongeon

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement rebondi mardi après un plongeon de plus de 4% la veille, alors que les analystes s'attendaient à un nouveau recul des réserves américaines de brut mercredi après une forte baisse la semaine dernière.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a clôturé à 71,84 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 32 cents par rapport à la clôture de lundi.

Le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat d'août a progressé de 2 cents à 68,08 dollars.

Les cours du Brent comme du WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. avaient lundi dégringolé de plus de 4% alors que les craintes liées à une potentielle insuffisance de l'offre de pétrole sur le marché mondial s'apaisaient.

Mardi, les courtiers reportaient leur attention sur le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) sur les stocks américains attendu mercredi.

Après une glissade de 12,6 millions de barils des stocks de brut la semaine dernière, les analystes tablent sur une nouvelle baisse hebdomadaire de 4,25 millions de barils des réserves américaines de brut arrêtées au 13 juillet, selon la médiane d'un consensus compilé par Bloomberg.

Les réserves d'essence auraient elles reculé de 850.000 barils et celles d'autres produits distillés (fioul de chauffage et diesel) auraient augmenté de 1,09 million de barils.

L'EIA publiera ses données mercredi en cours de séance, tandis que la fédération professionnelle de l'American petroleum institute (API) devait partager ses propres chiffres, jugées moins fiables, dès mardi.

Alors que les prix du brut avaient flambé fin juin avec la perspective d'un manque d'offre sur le marché international, causé en grande partie par les sanctions américaines sur l'Iran, les informations de presse se multiplient ces derniers jours sur le possible recours des États-Unis à leurs réserves stratégiques.

Cette option pourrait paraître de plus en plus attractive au président américain Donald Trump, qui fait face à de nombreuses critiques après sa réunion avec son homologue russe Vladimir Poutine, a commenté Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

"Il ne peut pas se permettre de voir les sanctions iraniennes faire exploser les prix du pétrole, ce serait un échec sur tous les fronts", a estimé M. Jakob.

D'autant que, selon des sources européennes mardi, les États-Unis ont rejeté d'un revers de main les demandes européennes de ne pas sanctionner les entreprises présentes en Iran, et appelé de nouveau à ne pas encourager le commerce avec Téhéran.

L'Agence internationale sur l'Energie (AIE) affirme pour sa part qu'il n'y a actuellement pas de discussion spécifique sur une utilisation des réserves stratégiques, même si elle continue de surveiller le marché comme à l'accoutumée.

L'AIE est chargée de s'assurer que ses membres conservent des réserves représentant l'équivalent de 90 jours d'importations de pétrole.

"Le recours à ces réserves semble de moins en moins utile dans la mesure où les exportations libyennes ont pu reprendre il y a quelques jours après des perturbations et où les prix de l'essence ont recommencé à baisser" aux États-Unis, a constaté Andrew Lebow de Commodity Research Group.

Donald Trump s'est plaint il y a quelques semaines sur Twitter du fait que la hausse des cours du brut fasse gonfler la facture d'essence des automobilistes américains et a accusé les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), tenus depuis 2017 par un accord de réduction de la production, de manipuler les cours.


(c) AFP

Commenter Les cours du pétrole remontent au lendemain d'un plongeon


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 février 2019 à 22:06

    Les cours du pétrole touchent un pic de trois mois, le comme…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé vendredi dans le sillage d'espoirs d'amélioration des relations commerciales entre les Etats-Unis et...

    vendredi 22 février 2019 à 12:08

    Le pétrole rebondit, pris entre l'Opep et les Etats-Unis

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le marché peinait à trouver un équilibre entre une...

    vendredi 22 février 2019 à 04:38

    Le pétrole continue de reculer en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer vendredi en Asie, plombés par une hausse plus forte que prévue des réserves américaines...

    jeudi 21 février 2019 à 21:32

    Le pétrole recule légèrement, la production américaine à un …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement reculé jeudi, dans le sillage d'un rapport américain montrant que la production a...

    jeudi 21 février 2019 à 17:43

    USA: la production américaine de brut atteint un nouveau rec…

    New York: La production américaine de pétrole brut a atteint un nouveau record à 12 millions de barils par jour, et les...

    jeudi 21 février 2019 à 15:39

    OPEP+ respecte des coupes de production pétrolière à 83% en …

    OPEP: Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu...

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite