Menu
RSS
A+ A A-

Loi hydrocarbures: "d'autres pays vont emboîter le pas", espère Hulot

prix du petrole ParisParis: Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, espère que "d'autres pays vont emboîter le pas" à la France et interdire à terme la production d'hydrocarbures sur leur sol, a-t-il déclaré dans un entretien à l'AFP.
Réponse: L'objectif est celui de la cohérence. L'objectif climatique que les Etats se sont fixés dans l'accord de Paris nous oblige - c'est une injonction de la science - à renoncer à exploiter 80% des énergies fossiles que l'on a sous les pieds.

Cette transition n'est pas mineure, parce que nous avons été inféodés aux énergies fossiles: il va falloir que nous rentrions dans une forme de cellule de dégrisement! C'est une transition profonde de notre modèle énergétique et économique, donc plus on l'engage tôt, plus on la planifie avec des objectifs irréversibles, plus cette transition sera acceptable. C'est comme cela qu'a été conçu dans le programme présidentiel, c'est ce que nous mettons en oeuvre aujourd'hui.

Cela permettra de donner un signal aux investisseurs publics comme privés que le monde de demain sera basé principalement sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Chacun aura compris qu'il y a un modèle qui va se tarir, un modèle qui va progressivement s'essouffler, et il y a un monde qui va très rapidement se développer.

R: Oui, la production française peut être considérée comme marginale par rapport à notre consommation mais nous sommes le premier pays à prendre ce type de mesures. Je pense que d'autres pays vont emboîter le pas, comme on l'a vu sur d'autres mesures que j'ai annoncées comme la fin de la vente d'ici 2040 de voitures qui émettent des gaz à effet de serre. Cela va créer, je l'espère, un effet de contagion. Si on veut inciter d'autres pays à faire de même au moment de la prochaine COP à Bonn, du sommet du 12 décembre, de tous les grands rendez-vous diplomatiques, le meilleur moyen c'est de commencer par nous-mêmes.

C'est un signal très fort qui aura un impact sur le changement climatique mais aussi sur la santé car réduire notre dépendance aux énergies fossiles, c'est lutter contre la pollution de l'air. Au-delà, un monde qui tourne le dos aux énergies fossiles, c'est aussi un monde qui s'éloigne de sources de conflits.

Nous sommes en discussions avec la Collectivité territoriale de Guyane. Il en est de la Guyane comme du reste du territoire: il y a des droits acquis qu'on ne remettra pas en cause et il y a des projets que cette nouvelle loi permettra de refuser. Je ne doute pas qu'on trouve une solution équilibrée.

R: On ne va pas importer plus parce qu'il faut mettre cet objectif en regard des autres objectifs de la loi sur la transition énergétique. Ce projet de loi n'est pas l'alpha et l'oméga, c'est un élément important qui doit être assorti de deux autres priorités présentées dans le Plan Climat et que je vais développer dans la programmation pluriannuelle de l'énergie : la réduction de notre consommation - avec un objectif de réduction de 50% d'ici 2050 - et le développement des énergies renouvelables.

Si on ne donne pas un signe en sonnant le glas des énergies fossiles, on aura du mal à engager les acteurs, les citoyens sur le développement des énergies renouvelables. Il faut que l'horizon soit clair. (...) Mon objectif c'est que la France ne prenne pas de retard.

C'est important que nous ne montions pas dans les wagons de queue de la transition énergétique mais dans les wagons de tête.

La loi a aussi le mérite de clarifier notre positionnement sur la recherche et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels, en d'autres termes des gaz de schistes. Donc ça dégage le paysage et on va pouvoir se concentrer sur l'essentiel.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 20 juin 2018 à 16:29

Corruption au Nigeria: Eni et Shell cités comme "respon…

milan: Le procès des compagnies pétrolières Eni et Shell, pour corruption lors de l'attribution d'un contrat pour un bloc offshore au Nigeria...

mercredi 20 juin 2018 à 16:08

Le pétrole en hausse, l'Iran et l'Arabie saoudite jouent leu…

Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que l'Iran et l'Arabie saoudite campent sur leurs positions...

mercredi 20 juin 2018 à 15:30

L'Iran et l'Arabie saoudite campent sur leurs positions avan…

Vienne: L'Arabie saoudite a plaidé mercredi en faveur d'une augmentation de la production de pétrole de l'Opep, avant une réunion du cartel...

mercredi 20 juin 2018 à 12:58

Pétrole: la Libye perd des milliards de dollars en raison de…

Tripoli: Le patron de la compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) Mustafa Sanallah déplore, dans un entretien à l'AFP, des milliards de...

mercredi 20 juin 2018 à 12:25

Le pétrole remonte après un commentaire de l'Iran

Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que l'Iran a indiqué ne pas croire à un...

mercredi 20 juin 2018 à 08:31

Le pétrole aux Féroé: un rendez-vous pour le moment manqué

Tórshavn (danemark): Toujours pas l'ombre d'une plateforme en vue... Après avoir nourri les attentes et galvanisé les rêves d'indépendance au tournant du...

mercredi 20 juin 2018 à 07:20

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient en Asie mercredi à la faveur d'estimations jugées favorables sur l'état des stocks de brut américain.

mardi 19 juin 2018 à 22:12

Le pétrole rattrapé par l'hostilité commerciale entre Chine …

NYC/Cours de clôture: A quelques jours d'un important sommet de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), les prix du pétrole ont...

mardi 19 juin 2018 à 22:09

Opep: l'Iran ne croit pas à un accord d'augmentation de la p…

Vienne: L'Iran ne croit pas à une révision à la hausse cette semaine des objectifs de production de l'Opep, auquel Téhéran est...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite