Menu
RSS
A+ A A-

L'Opep échoue à trouver un consensus pour relever ses quotas

prix-du-petrole synthèse</psynthèse:

synthèse


Vienne - Les ministres du Pétrole de l'Opep, réunis mercredi à Vienne, n'ont pas réussi à s'entendre sur un relèvement de leurs quotas de production, qui devraient rester inchangés jusqu'à la prochaine réunion du cartel prévue en décembre.

"Les membres ne sont pas parvenus à un consensus sur une modification de la production", a déclaré le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) Abdallah El-Badri lors d'une conférence de presse.

"Pendant cette réunion, personne ne s'est véritablement opposé à une augmentation de la production, c'est le timing et le montant de cette hausse qui ont fait débat", a de son côté assuré le ministre iranien du Pétrole Mohammed ali-Abadi, dont le pays assure cette année la présidence de l'Opep.

Les quotas de production de l'organisation, qui comprend 12 pays et pompe 40% de l'offre mondiale, sont fixés à 24,84 millions de barils/jour depuis début 2009, et ont donc été reconduits pour la huitième fois.

Après l'annonce, les cours du brut se sont brutalement retournés. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet gagnait ainsi 1,75 dollar à 100,84 dollars.

Plusieurs pays du Golfe avaient laissé la porte ouverte à une possible hausse de l'offre de brut du cartel, afin de répondre aux craintes des pays consommateurs, dont la croissance économique est menacée par les prix élevés du brut, au-dessus de 100 dollar le baril depuis plusieurs mois.

"Le marché va être plus tendu" au second semestre, avait indiqué avant la réunion Mohamed bin Dhaen Al-Hamli, le ministre émirati, tandis que son homologue du Koweït s'était déclaré "inquiet" de l'envolée des prix.

De même, un comité de l'Opep avait recommandé mardi une augmentation de 1 à 1,5 mbj, une suggestion qui s'est heurtée à la fermeté des membres les plus conservateurs de l'organisation, Iran en tête.

"C'est une des pires réunions de l'Opep à laquelle j'ai assisté", a confié à Dow Jones Newswires le puissant ministre du Pétrole saoudien, Ali al-Nouaïmi, qui défendait une hausse. Il a précisé que six pays (Iran, Irak, Algérie, Angola, Libye et Venezuela) s'y sont opposés.

Dès son discours d'ouverture, Mohammed ali-Aabadi avait imputé l'envolée des prix à "une spéculation excessive", estimant que le marché restait "suffisamment approvisionné".

"Nous avons suggéré un délai de trois mois pour évaluer le marché et pour prendre une décision plus appropriée (lors d'une réunion exceptionnelle) mais cette proposition n'a pas obtenu de consensus", a ajouté M. ali-Abadi lors de la conférence de presse finale.

La prochaine rencontre de l'Opep aura donc lieu à la mi-décembre dans la capitale autrichienne. "Nous ne sommes pas en crise en ce moment, il n'y a pas de pénurie sur le marché", a justifié M. El-Badri.

La question de la Libye est venue également compliquer les discussions au sein du cartel. La production du pays, membre de l'Opep, s'est effondrée depuis l'éclatement du conflit.

La réunion viennoise avait débuté sans aucun représentant libyen, mais selon une source proche de l'Opep, Omran Aboukraa, ancien président de la compagnie libyenne d'électricité, a ensuite rejoint discrètement la session, où il représentait l'administration du colonel Mouammar Kadhafi.

Or, plusieurs membres de l'Opep soutiennent ouvertement les insurgés hostiles au régime de Mouammar Kadhafi: les Emirats et le Qatar ont participé aux frappes de l'Otan, et le Koweït a promis aux rebelles un important soutien financier.



Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 13 novembre 2018 à 04:11

Le pétrole chute en Asie

Singapour: Les cours du pétrole dégringolaient mardi en Asie après des déclarations du président Donald Trump réclamant des cours plus bas au...

lundi 12 novembre 2018 à 22:55

Le pétrole en petite baisse, partagé entre Ryad et Washingto…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite baisse lundi, applaudissant d'abord la volonté saoudienne de réduire sa production...

lundi 12 novembre 2018 à 17:29

Les prix des carburants baissent fortement en France

Paris: Les prix des carburants automobiles vendus dans les stations-service françaises ont tous fortement baissé la semaine dernière, dans le sillage des...

lundi 12 novembre 2018 à 16:27

Prix des carburants: réunion à Matignon avant une mobilisati…

Paris: Une partie du gouvernement s'est réunie lundi à Matignon pour finaliser les mesures d'"accompagnement" de la hausse des prix et des...

lundi 12 novembre 2018 à 16:19

Le pétrole remonte, l'Arabie saoudite promet des baisses de …

Londres: Les cours du pétrole remontaient lundi alors que l'Arabie saoudite a affirmé qu'elle réduirait sa production dès décembre et a défendu...

lundi 12 novembre 2018 à 15:57

Nigeria: l'agence anti-corruption veut extrader une ex-minis…

Abuja: Le patron de l'agence anti-corruption du Nigeria a annoncé lundi son intention de faire extrader l'ex-ministre du Pétrole, estimant trop lente...

lundi 12 novembre 2018 à 12:32

Ryad réclame une baisse de production de pétrole d'un millio…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Arabie saoudite a estimé lundi indispensable de réduire la production mondiale de pétrole d'un million de barils...

lundi 12 novembre 2018 à 12:27

Le pétrole dopé par les promesses de l'Arabie saoudite

Londres: Les prix du pétrole remontaient lundi en cours d'échanges européens après leur plongeon de la semaine dernière, soutenus par les promesses...

lundi 12 novembre 2018 à 11:09

Prix des carburants: "inquiétude" du gouvernement …

Paris: Le gouvernement "craint" pour "la sécurité des personnes" lors des mobilisations du 17 novembre contre la hausse du prix des carburants...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

Lire la suite

Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

Lire la suite

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

Lire la suite