Menu
A+ A A-

Le pétrole en très légère baisse, impatience sur l'offre

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en très légère baisse lundi, l'impatience grandissant sur une éventuelle prolongation des baisses de la production.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a reculé de 24 cents à 47,73 dollars le baril sur le contrat pour livraison en mai au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord a perdu 5 cents à 50,75 dollars sur le contrat pour livraison en mai à l'Intercontinental Exchange (ICE).

Des pays pétroliers membres et non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), réunis dimanche à Koweït, se sont montrés positifs sur le respect des pactes de réduction de l'offre, entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, mais n'ont guère fait de pas concret en faveur d'une prolongation au-delà.

"Il n'y a pas eu de décision définitive sur le fait qu'ils prolongeraient les baisses au delà de juin 2017", a rapporté Bart Melek de TD Securities.

Les cinq ministres du Pétrole ou de l'Energie participant à la réunion se sont contentés de demander à leur comité technique d'évaluer le marché avant de faire une recommandation en avril.

"Ils ont renvoyé la balle au niveau des ministres de l'OPEP", a commenté John Kilduff d'Again Capital.

Déception Trump


Les analystes rappelaient toutefois que l'avenir des accords sur l'offre n'était pas l'objet initial de la rencontre de dimanche mais des rumeurs en ce sens avaient gonflé les attentes d'investisseurs qui sont à l'affut du moindre indice émanant de l'OPEP et de ses partenaires.

"Il semble aussi qu'il y ait un peu de déception que la Russie ne soit pas partante pour l'instant", a ajouté Tim Evans, de Citi, dans une note.

La question d'une possible extension des accords de réduction se fait d'autant plus criante que, malgré cette baisse de la production mise en place par l'OPEP et onze autres pays emmenés par la Russie, les réserves américaines n'ont pratiquement pas cessé de grimper depuis le début de l'année et atteignent des niveaux records.

Les stocks américains sont notamment dopés par une nette reprise de l'activité des producteurs locaux qui ne sont pas tenus par les pactes de limitation de l'offre.

A ce sujet, le groupe privé Baker Hughes a annoncé vendredi une nouvelle hausse hebdomadaire du nombre de puits en activité aux Etats-Unis, considéré comme un indicateur avancé de la production.

En plus de cela, il y a "une perte de l'appétit des investisseurs pour le risque, une conséquence de l'échec de la réforme de la santé", a ajouté Bart Melek.

Le président américain Donald Trump, qui souhaitait remplacer le système de santé hérité de son prédécesseur, Barack Obama, a dû y renoncer vendredi devant l'opposition de certains élus de son propre parti républicain au Congrès.

Ce revers politique était jugé peu engageant pour la mise en place du reste du programme économique de Donald Trump avec baisses d'impôts et dépenses d'investissements qui est perçu par les analystes comme de nature à soutenir la demande de pétrole.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en très légère baisse, impatience sur l'offre


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 25 avril 2019 à 15:48

    L'Irak deviendrait le 3e exportateur de pétrole du monde en …

    Bagdad: L'Irak devrait produire près de six millions de barils par jour (mbj) en 2030, a estimé jeudi l'Agence internationale de l'énergie...

    jeudi 25 avril 2019 à 10:47

    Le pétrole brent dépasse 75 dollars pour la première fois de…

    Londres: Le baril de Brent a dépassé jeudi les 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre, dopé par le durcissement...

    jeudi 25 avril 2019 à 06:34

    Le pétrole recule en Asie après la hausse des réserves améri…

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer, jeudi en Asie, les investisseurs réagissant toujours à la hausse de la production et...

    mercredi 24 avril 2019 à 22:09

    Le pétrole hésite à la clôture, entre stocks américains et s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé mercredi, hésitant entre une hausse des stocks américains de brut...

    mercredi 24 avril 2019 à 18:40

    Les stocks de pétrole brut montent plus que prévu aux USA (E…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une hausse plus forte que prévu la semaine dernière tandis que...

    mercredi 24 avril 2019 à 12:21

    Le pétrole recule un peu avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des données officielles sur les stocks américains...

    mercredi 24 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole se replie en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, les investisseurs attendant de savoir si l'Organisation des pays...

    mardi 23 avril 2019 à 21:52

    Le pétrole continue à monter avec les sanctions américaines …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur hausse mardi au lendemain d'une décision américaine de stopper les exemptions aux...

    mardi 23 avril 2019 à 12:58

    Le pétrole repousse ses sommets avec le durcissement des san…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient à leur plus hauts en près de six mois mardi en cours d'échanges européens, dopés par...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite