Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole perd du terrain, plombé par la très forte progression des stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole se repliaient nettement mercredi en fin d'échanges européens, plombés par une hausse bien plus importante qu'attendu des stocks américains de brut, qui ont battu un nouveau record, et par une reprise du dollar.
Vers 17H35 GMT (18H35 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 40,75 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 1,04 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 1,33 dollar à 40,12 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui étaient déjà orientés à la baisse depuis le début des échanges asiatiques, ont creusé leurs pertes après la publication des dernières statistiques du département américain de l'Énergie (DoE), qui ont révélé une progression bien plus forte que prévu des stocks de pétrole brut aux États-Unis la semaine dernière.

Une nouvelle progression énorme des stocks hebdomadaires américains de brut, couplée à un dollar renforcé, ont tiré les prix du pétrole à la baisse, relevait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Lors de la semaine achevée le 18 mars, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 9,4 millions de barils pour atteindre 532,5 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur une progression de seulement 2,525 millions de barils, soit quasiment quatre fois moins.

La hausse annoncée par le DoE est encore plus importante que celle qu'avait anticipée la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui avait dit mardi soir tabler sur une progression de 8,8 millions de barils.

De leur côté, les stocks d'essence ont reflué nettement plus que prévu, perdant 4,6 millions de barils. L'API avait prévu un recul de 4,3 millions de barils, et les experts de Bloomberg de seulement 2,2 millions de barils.

En revanche, les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont progressé contre toute attente de 900.000 barils, alors que l'API attendait un reflux de 400.000 barils et les experts de Bloomberg de 650.000 barils.

M. Lawler estimait toutefois qu'étant donné le très fort écart entre les prévisions des analystes et les chiffres officiels du DoE concernant les réserves de brut, la chute de quelque 2% des cours restait en fait assez légère et pourrait être le précurseur d'un prix plus élevé du pétrole si le dollar se stabilise.

Le renforcement du billet vert, à la faveur de discours plutôt haussiers de différents membres de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui n'ont pas exclu qu'un nouveau relèvement des taux de l'institution intervienne plus tôt que prévu, pesait en effet sur les cours du pétrole.

Car l'appréciation du dollar rend les achats de brut, libellés en billets verts, plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Parallèlement, le marché continuait à surveiller les préparatifs de la réunion prévue le 17 avril entre pays producteurs membres et non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) pour discuter d'un gel coordonné de production, dont l'idée a fait bondir les cours depuis la mi-février.

Quelque 13 États membres de l'OPEP, dont l'Iran mais pas la Libye, ont déjà annoncé leur participation.

Concernant la Libye, la piètre situation sécuritaire du pays rend peu probable une hausse durable de la production, estimaient les analystes de Commerzbank.

Mais, jugeaient-t-ils, avec le refus de l'Iran et de la Libye de geler leur production, la réunion du 17 avril s'apparente de plus en plus à une farce.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite